Europe : nouvelle vague de migrants à l’horizon – « Huit à dix millions sont en route »

0
744

En février 2016, le président turc Recep Tayyip Erdoğan (à gauche) a menacé d’envoyer des millions de migrants en Europe. « Nous pouvons ouvrir les vannes en direction de la Grèce et de la Bulgarie à tout moment et nous pouvons mettre les réfugiés dans les autobus », a-t-il déclaré à Jean-Claude Juncker (à droite), président de la Commission européenne. (Source de l’image: bureau du président turc)

par Soeren Kern – Gatestone

… Un accord  prévoyait que l’UE s’engageait à payer 3 milliards d’euros à la Turquie, mais aussi à exempter de visa 78 millions de Turcs et à relancer les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. En échange, la Turquie acceptait de reprendre tous les migrants et réfugiés qui étaient arrivés en Grèce par la Turquie.

Dès que l’accord a été conclu, le flux des migrants arrivant en Grèce a commencé de se tarir, sans être stoppé définitivement. Selon les données fournies par l’Union européenne le 12 avril 2017, 30 565 migrants ont atteint la Grèce depuis l’entrée en vigueur de l’accord de migration. Seuls, 944 d’entre eux sont repartis en Turquie. Malgré cela, ces chiffres contrastent nettement avec les centaines de milliers de migrants arrivés en Grèce au plus fort de la crise migratoire. La coopération de la Turquie est essentielle à la fermeture des vannes migratoires.

Le 22 avril, le ministre turc des Affaires européennes, Ömer Çelik, a lancé un ultimatum à l’Union européenne : si les Européens n’accordent pas d’exemption de visa aux citoyens turcs d’ici la fin du mois de mai, l’accord signé avec l’UE serait suspendu et la Turquie inonderait à nouveau l’Europe de migrants.

LIRE  Un jeune homme juif délivré du cœur de la bande de Gaza

Le 17 mars, le ministre de l’Intérieur de la Turquie, Süleyman Soylu, a averti que son pays « sidèrera » l’Europe en renonçant à l’accord et en envoyant 15 000 réfugiés syriens par mois en Europe: « Nous avons un accord de réadmission. Je vous le dis Europe, avez-vous ce courage ? Si vous le souhaitez, nous vous enverrons les 15 000 réfugiés que nous retenons chaque mois et cela vous sidèrera. Vous devez comprendre qu’aucune stratégie n’est possible dans la région sans la participation de la Turquie ».

En février 2016, le président turc Recep Tayyip Erdoğan avait déjà menacé d’ouvrir les vannes qui retiennent aujourd’hui plusieurs millions de migrants. « Nous pouvons laisser passer les migrants en direction de la Grèce et de la Bulgarie à tout moment et nous pouvons mettre les réfugiés dans des autocars », a-t-il déclaré au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Dans un discours, il a également marqué son impatience : « Il n’y a pas marqué « idiot » sur notre front. Nous serons patients, mais nous agirons comme il convient. Ne croyez pas que les avions et les bus ont été fabriqués pour rien. »

Les responsables européens expliquent à la Turquie que l’exemption de visa passe par le respect de 72 conditions, y compris la plus importante : un allègement des lois antiterroristes, que le régime Erdogan utilise pour faire taire les opposants politiques, notamment depuis le coup d’Etat raté de juillet 2016. La Turquie a refusé de se conformer aux exigences de l’UE.

Les opposants à l’exemption de visa craignent que des millions de ressortissants turcs ne finissent par migrer vers l’Europe. Le magazine d’information autrichien, Wochenblick , a récemment rapporté que 11 millions de Turcs vivent dans la pauvreté et « nombre d’entre eux rêvent de s’installer en Europe centrale. »

LIRE  Un engin explosif syrien détruit dans l'air

D’autres analystes estiment que l’exemption de visa offre à Erdoğan la possibilité d’exporter son « problème kurde » en Allemagne. Selon le ministre bavarois des Finances, Markus Söder, des millions de Kurdes n’attendent que l’exemption de visa pour échapper aux persécutions du régime d’Erdoğan : « Nous risquons d’importer un conflit interne turc », a-t-il averti. « En fin de compte, moins de migrants arriveront par bateau, mais d’autres arriveront en avion ».

L’Union européenne est ainsi prise dans une situation sans issue. D’une manière ou d’une autre, la Turquie parait déterminée à inonder l’Europe de migrants : soit avec l’autorisation de l’Europe au moyen d’un système d’exemption de visa, soit sans son autorisation, si elle refuse l’exemption de visa.

Les responsables grecs ont récemment révélé qu’ils avaient élaboré des plans d’urgence pour faire face à une nouvelle crise migratoire. La Turquie accueille quelque trois millions de migrants en provenance de Syrie et d’Irak, dont beaucoup attendent probablement l’opportunité de fuir vers l’Europe.

L’Italie se prépare également au pire. Près d’un million de personnes, principalement originaires du Bangladesh, de l’Égypte, du Mali, du Niger, du Nigéria, du Soudan et de la Syrie sont en Libye en attente d’un moyen de traverser la Méditerranée, indique l’OIM.

Le directeur du bureau des Nations Unies à Genève, Michael Møller, a déclaré que l’Europe devait se préparer à l’arrivée de millions d’autres migrants en provenance d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient. Dans une interview au journal The Times, Møller, un Danois a déclaré :

« Nous avons assisté à l’une des plus grandes migrations humaines de l’histoire. Et elle risque de s’accélérer. Les jeunes ont tous des téléphones portables, ils peuvent voir ce qui se passe dans d’autres parties du monde, et cela agit comme un aimant ».

LIRE  La Bulgarie intéressée par le gaz naturel israélien !

Le ministre allemand du Développement Gerd Müller a fait écho à l’avertissement de Møller : « Des mouvements migratoires plus vastes sont à venir : la population africaine doublera dans les prochaines décennies. Un pays comme l’Egypte passera à 100 millions d’habitants, et le Nigeria à 400 millions. À notre époque numérique avec Internet et les téléphones mobiles, tout le monde est informé de notre prospérité et de notre mode de vie. »

Müller a ajouté que 10% seulement des migrants qui ont pris la route sont arrivés en Europe : « Huit à dix autres millions sont en chemin ».

 

Soeren Kern est senior fellow de l’Institut Gatestone, basé à New York.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire