Évaluer la percée que réalise le laser tactique d’Israël

0
103

Marc – JForum

Jusqu’à récemment, l’application militaire de lasers à énergie relativement élevée était davantage de la science-fiction qu’il ne correspondait à la réalité. Cela commence à changer.

Le ministère israélien de la Défense a annoncé le 8 janvier une  «percée» dans son développement de la technologie laser pour intercepter les menaces aériennes. Cette étape technologique promet de renforcer la défense antimissile d’échelon inférieur d’Israël et offre une autre opportunité pour la coopération américano-israélienne en matière de recherche et développement.

En 2006, le même comité israélien qui a recommandé le développement du dôme de fer pour la défense antimissile à courte portée a également recommandé à Israël de poursuivre la R&D pour développer un laser à l’état solide dans le même but.

L’annonce de la semaine dernière démontre la prescience de cette recommandation.

Les scientifiques du gouvernement israélien et les partenaires de l’industrie ont développé une source laser à semi-conducteurs capable de produire un faisceau cohérent, basé sur plusieurs modules laser plus petits, suffisamment puissant pour intercepter des roquettes et des missiles de niveau inférieur.

La principale percée concerne la puissance et la précision du faisceau laser. Le ministère de la Défense israélien rapporte qu’il a pu «cibler et stabiliser le faisceau» à distance.

Après le développement, le MoD a lancé trois programmes laser en collaboration avec des partenaires de l’industrie israélienne. Les deux premiers programmes se concentrent sur la production d’un laser au sol fonctionnant en complément du dôme de fer et d’une capacité laser maniable sur véhicule pour protéger les forces mobiles. Le troisième programme, dont le développement peut prendre plus de temps, vise à mettre en service une version aéroportée qui pourrait protéger de plus grandes zones.

LIRE  Du 11 septembre 2001 à Barcelone : retour sur 15 ans de djihadisme

Le général de Brigade Yaniv Rotem du ministère israélien de la Défense prévoit qu’Israël fera la démonstration des capacités laser sur le terrain cette année. Pour être clair, Rotem semble faire référence à un démonstrateur et non à un système sur le terrain. Quoi qu’il en soit, ce calendrier peut s’avérer difficile. Bien que le développement représente une étape importante en R&D, il est important de comprendre la promesse de la technologie – ainsi que ses limites.

Cette technologie a le potentiel de fournir une capacité de défense antimissile plus rentable. Le développement et la production de l’optique, de la mécanique et de la source laser pour un seul faisceau sont certes coûteux. Le coût d’un seul tir laser est cependant négligeable.

Par conséquent, une fois mise en service, cette capacité pourrait aider à réduire la disparité des coûts, par exemple, entre des roquettes adverses relativement peu coûteuses et des intercepteurs cinétiques traditionnels beaucoup plus chers.

De plus, cette technologie laser pourrait fournir à Israël un stock d’intercepteurs pratiquement inépuisable, pour certaines missions, tant que les forces militaires garderont accès à l’électricité.

Malgré ces avantages importants, contrairement à certains rapports publics initiaux, les réalités techniques actuelles présentent certaines limites.

Cette technologie laser, par exemple, ne permettra pas l’interception à la vitesse de la lumière. Alors que le faisceau laser atteindrait en effet la cible à la vitesse de la lumière, se déplaçant beaucoup plus rapidement vers la cible qu’un intercepteur cinétique traditionnel, il devrait rester sur la cible pendant plusieurs secondes avant de la détruire. Le temps requis dépendrait de variables telles que la distance, la puissance du faisceau, les conditions atmosphériques, la nature de la cible et la position exacte du laser sur la cible.

On pourrait bien sûr utiliser plusieurs faisceaux, mais l’équipement nécessaire pour générer plusieurs faisceaux pourrait rapidement devenir prohibitif. Par conséquent, cette technologie laser, au moins pour l’instant, est mal adaptée pour contrer les salves adverses consistant en de grandes quantités de menaces aériennes.

En raison des défis liés au coût, au poids et à la maniabilité, l’emploi à court terme le plus efficace et le plus rentable de cette nouvelle technologie sera probablement associé aux batteries Dôme de Fer.

Si elle était mise en œuvre avec succès, cette technologie augmenterait à la fois la capacité et le potentiel du système Dôme de Fer – permettant aux utilisateurs de préserver les intercepteurs Dôme de Fer finis et plus chers pour les cibles et les conditions météorologiques non adaptées au faisceau laser.

Le département américain de la Défense a également  fait des progrès  dans la technologie des armes laser. L’armée, la marine et le corps des marines ont commencé à tester des lasers à haute énergie et dirigés conçus pour détruire les drones. L’Air Force a testé avec succès un système laser capable d’abattre des missiles, conçu pour être éventuellement utilisé sur des avions. La technologie actuelle pour les lasers est limitée à 50-150 kilowatts uniquement capable de détruire les drones et certains missiles tactiques ennemis entrants.

L’appariement israélien de cette capacité laser avec Dôme de Fer peut être pertinent pour l’armée américaine, qui a acquis deux batteries du système de défense antimissile (Dôme de Fer).

Alors que les technologies apparemment reléguées à jamais à la science-fiction deviennent une réalité, il est important que les États-Unis et Israël déploient ces capacités avant leurs adversaires. Compte tenu des besoins communs en matière de capacités et des prouesses démontrées des deux secteurs de l’innovation en matière de défense, il est clair que les États-Unis et Israël parviennent à le faire mieux qu’eux ensemble.

Jacob Nagel est un ancien chef du Conseil de sécurité nationale d’Israël et conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre israélien. Il est chercheur invité à la Fondation pour la défense des démocraties. Bradley Bowman est directeur principal du Centre sur le pouvoir militaire et politique du FDD, où le major Liane Zivitski est une analyste militaire invitée. Les opinions exprimées ou implicites dans ce commentaire sont uniquement celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement les points de vue de l’Université de l’Air, de l’US Air Force, du Département de la Défense ou de toute autre agence du gouvernement américain.

Jacob Nagel (ici avec Tom Shannon)

Aucun commentaires

Laisser un commentaire