France – la pré-guerre civile dont il est interdit de parler

1
999
France - la pré-guerre civile dont il est interdit de parler

Mardi dernier, à Nantes, un policier a été projeté au sol par les émeutiers, qui lui ont enlevé son casque et l’ont battu à la tête à l’aide de barres de fer. Le gardien de la paix a été grièvement blessé lors de cette agression et, selon les badauds et les commerçants présents alentours, s’il n’avait pas été secouru par ses camarades ainsi que par quelques volontaires spontanés, il ne fait aucun doute qu’à l’heure actuelle, il serait mort.

Les media tricolores ont globalement commenté cet épisode des violences qui secouent leur pays sans interruptions, mais ils s’efforcent d’isoler et de minimiser l’étendue et la dureté des affrontements, comme nous l’explique Damien. Celui-ci, à l’instar de ses camarades, est écœuré par le traitement biaisé de l’information. Il nous confie que, dans la seule ville de Nantes, lors de chaque « manifestation », les forces de sécurité doivent faire usage de 400 à 1 000 « grenades de désenclavement ». « Ce sont des projectiles qui, comme leur nom l’indique, sont utilisés par les policiers afin de briser un encerclement dont ils sont victimes, et auxquel ils n’ont recours que lorsque leur intégrité physique est compromise. Si nous n’avions pas disposé de ces grenades, des gardiens de la paix auraient été tués. » Puis il termine en expliquant que « 1 000 grenades de ce type en une seule journée constitue un nombre énorme, qui permet d’évaluer la dimension et la violence des heurts, que l’on cache délibérément au public, de même que l’étendue territoriale du mouvement et les bilans matériel et pécuniaire des dégâts. »

Nantes représente effectivement un point rouge sur la carte des émeutes, mais en réalité, toute la France est touchée. Des confrontations du même genre ont lieu chaque semaine à Paris, Marseille, Grenoble, Bordeaux, Toulouse, Dijon et Rennes, à Metz et à Strasbourg, pour ne parler que de ces métropoles.

Le ministère de l’Intérieur et l’ensemble des media ne publient que des bilans partiels et, partant, illisibles pour permettre de saisir l’étendue du phénomène. Dans les livraisons des quotidiens nationaux, il arrive le plus fréquemment que l’on ne mentionne absolument pas ces altercations, même si elles se sont déroulées dans la ville où ces confrères sont installés, et mêmes si elles ont fait des dizaines de blessés et pour des millions d’euros de dommages au bien public et aux commerces.

image002 (1)Dans un article paru dans Le Monde, le journaliste Adrien Sénécat se contente de contester les chiffres des blessés et des dégradations articulés par Christian Estrosi, député des Alpes Maritime, Président du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et Maire de Nice.

LIRE  L'Iran traite les problèmes à Natanz de... terrorisme nucléaire

Pour Sénécat, l’essentiel est qu’Estrosi exagère, que ce ne sont pas 400 policiers qui ont été blessés depuis le « commencement du mouvement », mais 230, au 1er mai. Damien pose la question : « Ce journaliste se rend-il compte de ce que signifie ce chiffre de 230 collègues blessés ? De ce qu’il représente en matière de volume de violence et de souffrances ? »

De plus, les chiffres qui courent parmi les syndicats et association policiers, qui sont, en principe les premiers informés, font état de 311 gardiens de la paix blessés et ayant dû recevoir des soins hospitaliers, ainsi que de 111 autres, plus légèrement atteints, mais dont la plupart a justifié des arrêts de travail.

« C’est énorme ! », s’exclame l’officier, « cela fait penser aux chiffres d’un conflit armé ». S’agit-il effectivement d’un conflit armé, rebondis-je ? « Non », répond mon interlocuteur, « pour la raison que les émeutiers n’utilisent pas d’armes de guerre, pour le moment en tout cas, mais ils nous lancent des pavés, des barres de fer et des bouteilles, qui sont également capables de tuer quelqu’un ».

La presse française parle de quelques centaines de « casseurs » dissimulés dans les manifestations qui seraient responsables des troubles, est-ce aussi votre sentiment ? Damien trépigne légèrement : « Pensez-vous vraiment que quelques centaines de casseurs au total pourraient blesser 400 policiers et membres des forces spéciales ? C’est plus qu’une plaisanterie médiatique de mauvais goût, c’est l’un des artifices destinés à flouter la réalité aux yeux des Français. En réalité, il existe des noyaux durs dans les manifs, qui se dissimulent au cœur du cortège, ils disposent de cagoules et de divers projectiles sur eux. A l’approche des forces de l’ordre, ils les agressent, mais, ce qu’il faut dire, c’est que beaucoup des autres participants les suivent et prennent part aux violences et aux dégradations. Les durs jouent le rôle de détonateurs, mais les gens qui participent à ces défilés savent pertinemment comment ils risquent de se terminer. Une personne qui n’a pas l’intention d’en découdre ne se mêlera pas à ces manifestations ».

Existe-t-il un danger pour que ces désordres dégénèrent en guerre civile ? « A mon sens, nous nous trouvons dans une situation de pré ou de para-guerre civile, ce qui ne signifie pas qu’elle risque de menacer la survie de l’Etat. Ce, même si les violences sont désormais attisées par des personnalités politiques, tels qu’Olivier Besancenot et Jean-Luc Mélenchon, et des organisations syndicales, comme la CGT. Ce qu’ils veulent c’est créer un climat d’insécurité permanente pour affecter les prochaines consultations électorales et influer sur le déroulement du débat démocratique à l’Assemblée. Le problème se pose sur la durée », détaille Damien, « l’équation se base sur deux données : la hauteur de la flamme et la durée de la contestation. La question fondamentale s’inscrit en ces termes : combien de temps le pays peut-il respirer alors qu’un demi-million de personnes sont mobilisées par intermittence afin de l’empêcher de fonctionner, que des centaines de véhicules privés sont incendiés, des dizaines de véhicules de police dégradés, des centaines de commerces saccagés ou barricadés, incapables de se sustenter normalement, et des dommages de l’ordre de dizaines de millions d’euros infligés à la propriété publique et privée ?

LIRE  Des principes. Cela existe encore ?

Le vrai risque consiste à ce que le désordre actuel se pérennise et qu’il franchisse encore quelques crans dans la violence. A ce rythme, la paix et l’ordre sociaux sont effectivement menacés et la situation risque de devenir incontrôlable. D’ailleurs, à mon avis, dans certaines circonstances et dans certains lieux, elle est déjà incontrôlable ».

Pourquoi, d’après vous, les media nationaux ne couvrent-ils pas correctement les avatars de ce soulèvement ? « On nous a dit, de même qu’aux journalistes, que si on accordait à ce mouvement la place qui est la sienne dans l’information, cela ferait boule de neige et cela encouragerait des centaines de milliers d’autres individus à participer à l’affrontement. On nous demande également de faire preuve de la plus grande restreinte dans nos répliques, en invoquant la même raison. Un responsable politique a dit à un groupe de nos officiers, que si, par malheur, un émeutier était tué, dès le lendemain et pour plusieurs jours, quelles que soient nos justifications, la France brûlerait ».

Et vous pensez quoi de ces directives ? « Nous pensons, dans la police, que cela ne fait que retarder l’échéance, en donnant aux formations politiques impliquées dans la violence l’occasion de rameuter des renforts en touchant des catégories de personnes qui ne sont toujours pas complètement impliquées dans le mouvement. Nous pensons, qu’avec le niveau de violence auquel nous avons à faire face, et malgré tous nos efforts, il n’est pas exclu que l’irréparable survienne, d’un côté ou de l’autre. Nous pensons que le travail d’un policier est de maintenir l’ordre et de protéger les citoyens, et que le travail d’un media consiste à informer ses clients et non à préjuger des réactions des uns ou des autres en fonction des orientations du pouvoir politique. Et nous pensons qu’il est périlleux, chacun dans son domaine, de sortir de nos attributions. Nous pensons, surtout, que nous, les policiers et les gendarmes servons de paravent aux politiciens, qui nous jettent à leur place dans la fosse aux lions pour représenter le gouvernement face aux émeutiers à leur place ; et que cela dépasse notre fonction, que notre tâche n’est pas celle de boucs émissaires ».

LIRE  Le député Ya'akov Asher s'en est pris à Bennet avec une très grande dureté

Quelles sont les revendications du mouvement ? « Officiellement, c’est la révolte contre la nouvelle loi du travail, thème auquel viennent s’ajouter des conflits locaux ou régionaux. Mais, en fait, nous affrontons des gens qui veulent provoquer un changement global par la force, et qui utilisent la Loi El Khomri comme signal de ralliement, comme plus petit dénominateur commun, et comme justificatif à la violence. Quel rapport existe-t-il entre le rejet de la Loi Khomri et frapper au visage un agent au sol avec des barres de fer ? »

Les banlieues participent-elles au mouvement ? « Moins au niveau des revendications, plus à celui des affrontements. Il existe beaucoup d’individus issus de l’immigration parmi ceux qui nous agressent, et l’on entend fréquemment le cri d’ « Allahou Akbar », ainsi que, moins souvent, des insultes contre la France ou contre les Juifs au cours des échauffourées. Suivant les villes, il y a un nombre au moins égal de Français d’origine entre les violents.

Damien, je vous trouve très lucide dans votre commentaire qui est remarquablement posé relativement à la situation que vous subissez, que nous vaut cette réserve ?

« La recherche d’efficacité. Hurler ne sert à rien, il est préférable de se faire entendre. De plus, nous sommes français, nous aimons notre pays et nous comptons bien le défendre, et non pas l’enfoncer davantage en adoptant une démarche dévastatrice. Nous sentons bien que nous constituons l’unique barrage entre la violence et les citoyens. Mais je peux vous assurer que les officiers et les membres des forces de l’ordre en ont très gros sur la patate, à commencer par la sensation d’être abandonnés dans l’arène, de ne pas avoir le droit de rétablir l’ordre ni de le préserver efficacement, d’être déshonorés et salis dans nos media et par certaines organisations politiques, de constater que la gravité de la réalité est cachée à nos compatriotes, et de ne pas pouvoir exprimer ce que nous avons à en dire. »

Par Patricia La Mosca

© Metula News Agency (adaptation)

1 Commentaire

  1. Contrairement aux dires de Mme la Mosca, ce qui agite la France en ce moment ne ressemble en rien aux prémices d’une guerre civile, mais constitue un mouvement syndical sans précédent concernant la loi Travail, rassemblant les 7 syndicats principaux français dont la CGT.

    Cette loi est dangereuse pour tous les salariés et surtout pour les jeunes, car elle radicalise la précarité de l’emploi et plus de 70% des Français y sont opposés.

    Cette loi a pour objet de remettre en cause tous les droits acquis des salariés français depuis cent ans et codifiés dans le Code du Travail puisque les accords d’entreprise primeront désormais les accords de branches(art.2), ce qui revient à définir un Code du Travail par employeur en particulier:
    1. en facilitant les licenciements économiques sans que les salariés puissent les sanctionner
    2. en pouvant modifier la rémunération des heures supplémentaires (payées 10% au lieu de 25%)
    3. le temps de travail devient modulable unilatéralement par l’employeur
    4. en diminuant toute surveillance médicale : précarisant ainsi la protection des salariés face aux risques du travail
    5. les salariés refusant un accord d’entreprise modifiant leurs conditions de travail seront licenciés sans pouvoir contester le bien fondé de ce licenciement.

    De telles mesures ont alerté l’opinion publique, et non pas « le besoin d’en découdre » comme avance Mme La Mosca.

    Cette loi n’a pu être discutée par l’Assemblée Nationale par deux fois car le gouvernement l’a imposée par le jeu de l’article 49-3 qui permet au gouvernement d’adopter une loi sans la soumettre aux députés.
    Or, l’article 49-3 ne peut être utilisé selon la Constitution qu’une fois par an et de plus dans le cadre d’adoption d’une loi budgétaire.
    La procédure gouvernementale est des plus antidémocratiques, ce qui a beaucoup choqué les Français.

    Du mois de mars à juillet 2016, des grèves, manifestations nationales et locales multiples de salariés de toutes branches, étudiants,retraités,fonctionnaires et autres professions n’ont cessé de demander le retrait de cette loi.
    Durant cinq mois consécutifs, le gouvernement a refusé d’engager le dialogue avec les organisations syndicales.
    Des personnalités politiques ont souvent rejoint ces défilés pour manifester leur soutien au mouvement, il est notable que le FN s’en est abstenu..
    La seule réponse du pouvoir à un tel mouvement a consisté à bloquer le processus démocratique par l’article 49-3, interdire une manifestation puis la permettre non sans un encadrement policier très important, tel que on aurait aimé le voir être mis en place contre le terrorisme.
    Lors de ces manifestations, comme c’est souvent le cas, des éléments perturbateurs cagoulés et armés de barres de fer s’en sont pris violemment aux manifestants, aux magasins, aux voitures et aux forces de l’ordre.
    Du côté des manifestants il y a eu à déplorer des morts comme du coté des policiers.
    Or, il faut savoir que ces manifestations sont par essence non-violentes,qu’il y règne un esprit bon enfant car les syndicalistes savent par tradition que ce n’est pas avec une barre de fer qu’ils feront entendre leurs revendications par le pouvoir.
    Les syndicats ont donc exigé d’être protégés des casseurs par les forces de l’ordre et de leur côté, les syndicats policiers ont demandé à jouer leur rôle et ont refusé de charger la foule comme l’ordre leur était souvent donné.
    Le mouvement ne s’est pas arrêté pendant les vacances et compte continuer à la rentrée, c’est dire qu’il ne s’agit en rien d’un « prétexte », que ce mouvement a bel et bien pour objet une loi concernant le vécu quotidien de chaque Français, son travail,son avenir,sa parnassa.

    En fait, Mme La Mosca n’a fait dans son article que reprendre les litanies des médias françaises; celles-ci n’ont eu de cesse de déplorer la situation de « blocage » de la France remettant en cause le droit de grève,de décrire les violences des casseurs attribuées aux syndicats et surtout à la CGT, en évitant très soigneusement d’examiner le fond du problème: le contenu de la Loi Travail et ses graves conséquences.
    Il est curieux que par un soit disant souci d’objectivité, cette journaliste n’ait interrogé qu’un seul policier et ait pu conclure qu’elle le trouvait « lucide » – par rapport à quoi?!
    je regrette sincèrement que mon journal ait fait paraître un bavardage impressionnant d’ignorance et vertigineux de sottise.

Laisser un commentaire