Gideon Sa’ar : « Le débat à la cour suprême est un jeu absurde »

0
101

Le membre de la Knesset Gideon Sa’ar du Likoud, qui s’est présenté aux primaires contre Benjamin Netanyahou et a perdu par un écart considérable, est sorti à sa défense et contre les discussions de la Haute Cour concernant la mise en place du gouvernement par Netanyahou: « Ce serait terrible si nous devions en arriver à de quatrièmes élections ! »

Be’hadré ‘Harédim

Gideon Sa’ar, du parti Likoud, a exprimé son opinion dans une interview avec Aral Segal à radio 103FM au sujet des pétitions et de la conduite de la Haute Cour, malgré le fait qu’il existe une loi fondamentale traitant de la question : « Que signifient les règles du jeu démocratique, si elles sont rétrospectivement dénouées? » Sa’ar a expliqué pourquoi ces discussions devraient affliger non seulement le camp de droite mais tous les citoyens et critiquer l’intervention de la Haute Cour sur les questions politiques: « C’est devenu normal ! « 

« C’est un spectacle absurde », dit-il, après que de longues négociations ont eu lieu et une majorité parlementaire s’est formée à la Knesset. La demande des pétitionnaires est – « Fixons les règles du jeu rétrospectivement, rembobinons la roue pour que le joueur qui a excellé dans le jeu ne puisse pas jouer ! »

Il a ajouté: « La question a été tranchée dans une loi fondamentale il y a plus de 20 ans, elle a établi l’équilibre entre les valeurs, le législateur a donné du poids au choix démocratique du public. Je pense que d’un point de vue juridique, c’est quelque chose qui devrait être au centre de la discussion. L’ensemble du processus actuel n’a pas de sens ».

LIRE  Israël doit-il envahir Gaza ?

« Nous ne sommes pas prêts à ce que l’acte d’accusation détermine qui est éligible et qui est inapte à être Premier ministre. Le législateur a choisi de présenter la question d’une manière complètement différente. Nous respectons le tribunal mais voulons qu’il respecte la loi », a-t-il déclaré. En outre, le membre de la Knesset Sa’ar a évoqué la possibilité que l’accord soit rejeté par la Haute Cour et partant pour de nouvelles élections, admettant que « ce sera terrible et horrible. C’est vraiment la dernière chose dont l’État a besoin en ce moment. « 

Il a dit: « Pire que cela, c’est la prise de conscience que rien n’est clair et rien n’est certain. Peu importe les règles du jeu, c’est une chose terrible. Il se peut que de nombreuses années d’activisme judiciaire, avec lesquelles le système s’est aligné et n’est pas venu choisir à aucun moment, nous ont amenée à ce point. » Il a même évoqué la récusation par la Haute Cour de la loi sur les infiltrés, affirmant que « quiconque est autorisé à préserver les frontières et l’identité de l’État et à établir une politique d’immigration, ne peut pas appliquer sa politique. Ceci est l’exemple le plus extrême d’une intervention de la Haute Cour dans le jeu politique. « 

Il a souligné que «je ne dis pas que la Haute Cour ne peut jamais intervenir, mais quelles en sont les raisons? Quelles sont les limites? Dans quelle majorité? Dans quelles circonstances? Comment surmonter la Knesset dans certains cas? Toutes ces choses sont censées être réglementées et les dommages doivent être absorbés par les deux autorités. Les élus, auprès desquels le public est venu clamer – « Nous vous avons choisi de le faire et pourquoi pas? » Et le pouvoir judiciaire, qui envahit le domaine des autorités élues, et par conséquent, le soutien et la large confiance en lui gagnent du terrain dans de très larges couches de la population. « 

LIRE  Maison Blanche : "La question du déplacement de l'ambassade est quand, pas si"

Montage: Ofri Glichman, Radio 103FM

Aucun commentaires

Laisser un commentaire