Globes sur le monde orthodoxe

0
169

Le terrible crime ?

La société ‘harédi a connu une semaine difficile : un taux de corona particulièrement élevé, une réponse tardive à cette épidémie et un style de vie qui la rend particulièrement difficile à défendre • Maintenant, ils doivent également faire face à une grande vague de haine en provenance de l’extérieur et à des jugements internes peu favorables • Le journaliste Dror Foyer du journal Globes fait entendre une voix saine et décente, rare dans le pays

La semaine dernière, nous avons été exposés à une vague très laide de haine contre les orthodoxes. Cela ne sera pas la première vague, ni la dixième, mais elle était définitivement unique en son genre ; elle s’est produite alors que des centaines d’orthodoxes aux États-Unis et en Europe meurent du corona et des milliers de personnes contractent la maladie, tandis qu’en Israël, bien sûr, des orthodoxes remplissent les hôpitaux, et que des photos et des vidéos déchirantes d’enterrements et de morts avec des corps enveloppés de châles de prière. Des antisémites du monde entier accusent déjà les Juifs de propager l’épidémie.

Bon moment pour réveiller une mauvaise vieille haine. Des vidéos de personnes ultra-orthodoxes dansant lors d’un mariage ou assistant à un triste enterrement inondent les réseaux et provoquent des réactions haineuses et menaçantes déjà visibles sur le terrain. « Nous avons peur », m’ont dit plusieurs personnes anxieuses. Et la peur ne semble pas du tout infondée.

Qu’est-ce que les ultra-orthodoxes ont péché cette fois ? Quel est leur crime horrible ? Infecté par le corona, de quoi sommes-nous fâchés ? De ne pas avoir rapidement intériorisé la gravité de l’épidémie ? Après tout, beaucoup d’autres sont tombés dans le même piège, partout dans le monde et en Israël ; les laïcs sont également allés aux fêtes de Pourim et ont passé du temps dans les parcs, même dans Tsahal, tout semble avoir été fêté normalement. Certes, les rabbins de la communauté et ses dirigeants étaient perplexes, ne comprenaient pas la gravité et certains ont même dénigré les précautions prises, et le dédain ignorant pénétré – cela mérite toutes les critiques du monde, mais est-ce la faute humaine des orthodoxes que leurs dirigeants ont eu tort? Est-ce faux? Êtes-vous ou moi coupable de tous les échecs du gouvernement ?

L’État officiel d’Israël, lui-même, a admis des exceptions au départ, pour des cas tels que des prières et des funérailles – est-ce la faute des ‘Harédi ? Quel est leur péché, de vivre dans des quartiers surpeuplés et de petits appartements avec beaucoup de monde ? La pauvreté des ‘Harédi, est-ce là leur crime ? Nous allons l’accuser de suivre ses coutumes ? Certains habits ? D’avoir une grande famille ? De ne pas être assis toute la journée et d’éplucher le site du ministère de la Santé ? Contre quoi toute la communauté juive s’énerve-t-elle ? Qu’est-il advenu de la compassion humaine et l’amour des autres ? Je ne comprends vraiment pas. Mon cœur avec les orthodoxes, en Israël et dans le monde.

LIRE  Le Qatar, un émirat qui diffuse l’antisémitisme

Ni Staline ni Hitler – le corona…

J’essaie de revoir le déroulement des événements. Je lève mon appareil de téléphone et appelle mon ami Israël Grubeys, journaliste, écrivain et publiciste qui fait partie des gens sages et incisifs, rédacteur en chef adjoint du journal Michpa’ha. Grubeys me prend des photos de son balcon à Beth Chemech. Les rues semblent vides, à l’exception d’un minian pour Min’ha dans une cours, les fidèles se tenant éloignés les uns des autres. « Il y a une chasse aux sorcières ici avec des motifs antisémites, » Grubeys est en colère. Je lui demande tout raconter à partir de zéro.

« Toute la manière de traiter les orthodoxes a été mal faite. Il se trouve que rien n’était arrivé de grave jusqu’à ce que les dirigeants ultra-orthodoxes ne se reprennent. Qui a le pouvoir de restreindre la religion ? Seule l’autorité religieuse. Quand l’orthodoxe a entendu Netaniahou le non-religieux qui interdisait que l’on se rende dans les synagogues, il a grincé des dents. Dites-lui que les universités sont aussi fermées, il ne comprend pas du tout la comparaison. Nous avons prié à Auschwitz, vous me dites université ? Chaque enfant orthodoxe a grandi avec des histoires de ses ancêtres et grands-parents qui ont continué à respecter les mitsvoth même aux heures les plus difficiles, « mourir dans le monde de la Tora ». Le fait que je sois assis dans une synagogue garantie la garde du peuple autant que l’armée, alors maintenant nous nous arrêtons parce qu’il y a une épidémie ? Au contraire ! Il faut augmenter l’étude de la Tora. Quiconque ne se sent pas bien, qu’il aille étudier, cela fait deux mille ans que cette logique est suivie.

« Ils auraient pu tout faire selon une rhétorique différente. Comme par exemple le rav Melamed qui a dit : « Je fais attention pour moi-même de ne pas prier avec d’autres gens », c’est-à-dire au lieu d’un décret externe, de l’acceptation de soi et d’une recherche d’adaptation par nos sources. Il y a aussi un miracle pour le secteur orthodoxe que le rav Litzman soit préposé à la santé, car ils lui ont fait confiance. Cela se serait passé autrement avec un ministre laïc. Finalement l’orthodoxe peut écouter une personne portant la barbe… Mais même au début même Litzman a peiné à faire passer le messager : fermer les Yechivoth, cela n’était pas recevable ! Si le monde reste sans étude de la Tora une heure, le monde entier se disloque !  Qui peut-il prendre une telle responsabilité ? « 

LIRE  Attaque antisémite près de New York: une expertise psychiatrique estime l'accusé irresponsable

Apparemment, personne ne le voulait.

 

« Mais à un moment donné, il a fallu changer de cap : la sauvegarde de la vie est une valeur suprême. Lorsque vous arriver à constater qu’il s’agit d’une épidémie dangereuse et que vos frères à New York meurent – alors c’est votre devoir religieux de commencer à vous comporter de manière intelligente. Le bouleversement s’est fait dans la conscience de tout le monde : cette fois, ce n’est ni Staline ni Hitler, c’est une histoire nouvelle. Tant que les photos ne sont pas arrivées des États-Unis, tout était très amorphe. On pensait toujours encore qu’il s’agissait d’une épidémie de grippe.

Les images en provenance des communautés orthodoxes de Brooklyn et de Londres ont influencé les orthodoxes de Bené Brak bien plus puissamment que tous les bons discours de Bar Siman Tov ou de Netanyahou et plus rapidement que n’importe quel graphique. Pour les orthodoxes, Brooklyn est plus proche que Tel Aviv. Dans la presse orthodoxe, nous avons essayé de relever le gant. Il y a aussi la question de savoir comment éviter de faire pression sur les gens. Dans la presse laïque, il n’y a pas de prévention, pour le moins, pour effrayer : on montre les morts, on met des gros titres en rouge. Chez nous, nous soumettons les informations différemment. Comprenez, me dit Grubeys une chose à laquelle je n’avais jamais pensé, l’esprit orthodoxe est moins habitué aux influences extérieures. Les orthodoxes ne voient pas tous les jours des films sur les zombies ou les épidémies. Il n’y a pas de visualisation de la mort. Vous êtes venus plus préparés que nous. »

Comment est-ce être orthodoxe dans le confinement ?

 

La composition sociologique et immobilière est impossible. Vivez avec dix enfants à la maison, voyons ce que cela donne. Il faut beaucoup d’insolence et d’ignorance de la part d’une personne de la société laïque pour exiger les mêmes règles d’isolement d’une personne de notre société. Vous ne réalisez pas à quel point c’est difficile quand vous n’avez pas de culture de loisirs. Le programme de la journée de l’orthodoxe s’articule autour des trois sorties quotidiennes à la synagogue et au Kollel. C’est une société tribale qui est constamment ensemble. Vous savez ce que représente la fermeture des synagogues ? Prenez la synagogue des orthodoxes, ils meurent !

LIRE  Guiness : le plus vieux joueur du monde est un gardien israélien de... 73 ans !

Et maintenant, avant Pessa’h, c’est une tragédie double. Quiconque sait comment ce public s’organise pour cette fête peut comprendre combien de gestion il faut pour organiser une maison ‘harédi à cette occasion. Ce sont les semaines les plus occupées de l’année ‘harédith. Les questions de logistique sont folles : amener de la vaisselle au mikvé, cachériser, changer de place énormément d’éléments dans la maison, tellement de choses. Et soudain ce problème. Les gens ne savent pas quoi faire. La préparation a commencé tard. C’est une crise, pas drôle du tout.

Grubeys parle d’une crise humanitaire sur le plan financier. « Les éléments de sécurité dans le monde orthodoxe sont nuls. Vous voyez, ils ne se contentent pas de vous jouer devant vous – la pauvreté, l’ascétisme – ce n’est pas cynique, ils le font aussi par rapport à eux-mêmes. Ce sont des gens qui, pour la foi, vivent dans une pauvreté volontaire. »

Pessa’h, un nœud de problèmes

 

La venue de Pessa’h représente une grande épreuve et met les orthodoxes devant de grands soucis. Les caisses de prêts ne sont pas préparées à travailler à distance. Et qui sait si des dons vont arriver ? Et aussi le fait de devoir rester Pessa’h en vase clos sera très difficile pour ce public. Les couples qui viennent de se marier et qui n’ont rien, les personnes âgées qui restent seules. Les sociologues et les économistes pensent que la société orthodoxe va vers une situation d’effondrement économique. Comme l’ensemble de la société, mais là, s’ajoute un piment de plus : celui des familles nombreuses. « Beaucoup de gens n’auront rien à manger à Pessa’h », me dit-on.

Il est important de comprendre, pour une personne laïque comme moi, l’isolement nous rend dépressif, mais d’un point de vue purement financier – il engendre une économie significative. Je ne vais pas au restaurant, je ne dépense pas, je n’achète pas, etc. Je pense avoir oublié où se trouve ma carte de crédit. Mais pour l’orthodoxe isolé ce n’est pas seulement vivre dans un appartement très encombré, c’est un coup dur sur le plan économique. Du coup, les enfants qui mangeaient dans des institutions n’ont soudainement plus où le faire. Et la pression augmente aussi.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire