Gour à ‘Arad

0
827

L’histoire est la suivante : ‘Arad est une ville du Sud du pays, à la hauteur de Beèr Chéva’ et sise au-dessus du désert de la Mer Morte. La ‘hassidouth Gour s’est installée dans cette ville depuis plusieurs décennies, donnant une vitalité certaine à la vie juive de la ville.

Depuis de longues années, la communauté en question a prié dans la grande synagogue de la ville – qui très certainement n’était pas très animée. L’association gérant ce site n’a pas tellement apprécié leur présence, et a fait appel aux ‘hassidim de ‘Habad pour qu’ils viennent également prier en ces lieux, afin de rééquilibrer la situation. Puis cette association s’est tournée vers le tribunal civil (!) afin d’obtenir l’éviction de la ‘hassidouth Gour de la synagogue, du fait qu’ils dérangeaient l’ordre établi dans ce lieu de prière. Le tribunal a rejeté la demande, et condamné l’association à rembourser les frais occasionnés à la ‘Hassidouth.

En 2014, le contrat entre l’association et la municipalité a pris fin, et le maire d’alors, Teli Ploskov, a décidé de transmettre la synagogue à la ‘hassidouth Gour. Cela eut mis fin au débat, si le maire suivant, Nissan Benhamou, de Yech ‘atid, n’en avait pas décidé autrement : il s’est mis à tout faire pour expulser les ‘Hassidim de la synagogue… Là, le conflit est devenu public, et les gens de Yech ‘atid, visiblement assez nombreux à ‘Arad, s’y sont mis eux aussi, allant même jusqu’à se rendre à la synagogue le Chabbath (qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour la bonne cause ?) à perturber le bon déroulement de l’office. Là aussi, le tribunal a été contracté, et il a décidé de permettre à la ‘Hassidouth Gour de continuer à prier en ces lieux, mais avec l’obligation de défendre au courant du mois leur position.

LIRE  Une nouvelle synagogue a été inaugurée sous le Mur des Lamentations !

Le sujet est arrivé sur la place publique, et les représentants de la ‘hassidouth ont lancé la guerre, avec, en particulier, le rav Litzmann, ministre de la Santé, à leur tête, avec manifestations dans tout le pays, pression politique etc.

En tout cas, la vie publique à ‘Arad devient joyeuse…

Aucun commentaires

Laisser un commentaire