Le goy est venu vendre son ‘hamets…

0
1545

L’an dernier, c’est lui qui est venu acheter le ‘hamets de la ville de ‘Haïfa, bien qu’il portait déjà un chapeau et revêtait une veste comme toute personne religieuse de nos jours dans le milieu orthodoxe. Cette année, il est venu vendre son ‘hamets au rav de la ville… Car, entre temps, il s’est converti.

A dire vrai, toute personne qui a tenté de vendre son ‘hamets à une personne qui ne fait pas partie de notre peuple comprendra la difficulté : il faut lui expliquer que nous ne vendons que le ‘hamets, les miettes dispersées éventuellement dans la maison, ou alors des restes de produits alimentaires dans lesquels il se pourrait qu’il y a du ‘hamets, mais attention : pas les ustenciles dans lesquels ledit ‘hamets est entreprosé. Ajoutons à la difficulté le fait que la vente est définitive, mais il se peut qu’une semaine plus tard, elle sera annulé. Ah oui, l’adresse : voici la liste des 10.000 habitants de la ville qui ont mandaté le rav pour cette mission, et il suffit de se rendre chez l’un, chez l’autre, ou chez tous pour aller récupérer le bien acquis.

Francement dit, seul un jeune non juif en voie de conversion est capable de comprendre le sens d’une telle opération. Un autre, peut-être que la première année, il acceptera de tout son coeur, mais la seconde il se dira : je la connais, celle-là, le lendemain de Pessa’h le rav va me dire que tout est annulé, et chacun reprendra son ‘hamets…

Seul un candidat à la conversion est capable de saisir la portée d’une telle opération, et de marcher dans la combine. C’est ce qui s’est passé à ‘Haïfa.

LIRE  La semaine du travail casher

Mais un acheteur de cet ordre présente tout de même un grand défaut : il risque un jour ou l’autre de faire le pas, et d’arriver dans l’enceinte du peuple juif, et dès cet excellent acheteur ne pourra plus nous servir, et c’est dommage. Tel celui de ‘Haïfa venu lui-même vendre son ‘hamets…

Aucun commentaires

Laisser un commentaire