Guy Millière : Le totalitarisme à la française contre Eric Zemmour

0
443

La situation qui règne en France a une dimension clairement totalitaire. C’est le cas depuis des années, mais cela s’aggrave. Ce qui se passe autour de la probable candidature d’Éric Zemmour le met au jour, jusqu’à l’obscénité.

Comme je l’ai expliqué dans des vidéos récentes, la gauche française avait assuré son hégémonie dans le secteur intellectuel. Tous les “penseurs” qui s’expriment assez largement aujourd’hui en France sont de gauche, de Michel Onfray à Pascal Bruckner, même si des nuances les séparent. Des penseurs tels que Raymond Aron et Jean-François Revel n’ont pas de successeurs : non pas parce qu’il n’y a pas de penseurs qui pourraient s’inscrire dans leur lignée, mais parce qu’une épuration intellectuelle feutrée, mais aussi impitoyable qu’une épuration ethnique, s’est opérée. Les maisons d’édition françaises n’ont plus publié certains livres. Certains auteurs ont disparu de l’horizon et ont été placés dans des positions équivalentes à celles des dissidents russes au temps de l’Union Soviétique : s’ils écrivent, non seulement aucune grande maison d’édition ne les édite, mais aucun journal ou magazine ne parle de leurs livres, et aucune radio ou télévision ne les invite. Il en résulte une relative indigence des débats intellectuels français. Il reste quelques commentateurs estimables qui se comptent sur les doigts d’une seule main et ne sont plus très jeunes. Éric Zemmour aurait dû faire partie de ceux qui ont disparu de l’horizon. J’ai déjà dit pourquoi cela n’a pas été le cas : il est fondamentalement gaulliste. Il a, en tant que gaulliste, des propos souvent anti-américains. Il parle très peu d’Israël et de quelques autres sujets tabous, tels le soi-disant “dérèglement climatique”. C’est un conservateur français, très français. Il tient néanmoins un discours juste sur des sujets cruciaux, l’immigration et l’islam. Pour cette raison, la gauche a tout fait, depuis des années, pour l’éliminer, sans y parvenir.

La gauche étant parvenue à l’hégémonie aussi dans le domaine politique, et tous les partis politiques étant désormais des partis de gauche, avec des nuances diverses, y compris le Rassemblement national, elle tient à préserver son hégémonie là aussi, et à continuer à conduire la France vers l’euthanasie (c’est ce qu’elle fait dans tous les pays : la gauche détruit, c’est au cœur de ce qu’elle est). Elle imaginait que son hégémonie dans le domaine politique était assurée. Elle pensait que la volonté d’Éric Zemmour d’entrer dans le champ politique n’irait pas très loin. Elle découvre que ce n’est pas le cas. Elle entend désormais tout faire pour l’éliminer. Au vu des moyens dont elle dispose, elle peut, hélas, y parvenir.

LIRE  Les options qui se présentent : un gouvernement avec Abbas, des élections ou chercher des déserteurs

On assiste depuis quelques jours une montée en intensité de l’incitation à la haine anti-Zemmour. Aux insultes, invectives, diffamations, salissures, aux propos le traitant de fasciste, raciste, antisémite (que le Grand rabbin de France l’ait traite d’antisémite est une insulte à la fonction de Grand rabbin de France et aux valeurs du judaïsme), équivalent des Talibans, aux déformations de ses propos (je n’y reviens pas, j’ai consacré un article à ce sujet), viennent s’ajouter des volontés de lui interdire d’être candidat. La Khmer verte Anne Hidalgo, du haut de ses 5% d’intentions de vote, dit qu’elle ne débattra pas avec lui et que les autres candidats devraient faire comme elle, le candidat communiste (2% d’intentions de vote) fait confiance aux juges d’extrême gauche de son pays et dit qu’un homme condamné par un juge gauchiste au nom d’une loi communiste (la loi Gayssot, le bouclier de tous les islamistes et de tous les islamo-gauchistes) devrait être exclu de la politique en France. Une émission de télévision entièrement diffamatoire et intégralement répugnante a été réalisée par des propagandistes de bas étage qui ont trouvé des “témoins”, anonymes bien sûr, pour dire différent type d’insanités, et tout y passe, y compris les accusations d’agression sexuelle.

Les incitations à l’émeute contre lui déferlent, et les fascistes d’extrême gauche, Antifa ou autres, se comportent en fascistes pour dire que “le fascisme ne passera pas”, et les commentateurs de gauche (quasiment tous les commentateurs français) disent que c’est Zemmour, en osant parler, qui provoque les émeutes: s’il se taisait ou s’il parlait comme un robinet d’eau tiède très polluée, s’il cessait d’évoquer la réalité, il n’y aurait plus d’émeutes, cela va de soi, et si La république en marche devenait le parti unique, il n’y aurait plus que des gilets jaunes pour crier leur désespoir, mais en en mutilant quelques-uns de plus, le calme reviendrait.

LIRE  L’Inde, la Chine et la Russie s’abstiennent de préconiser que Jérusalem-Est pourrait être la capitale d’un Etat Palestinien

Des libraires proclament fièrement qu’ils n’ont pas les livres d’Éric Zemmour dans leur boutique – quel héroïsme !). Et s’il y a encore des émeutes, Éric Zemmour sera plus encore sur le banc des accusés.

Les semaines à venir vont être rudes et infames.

Éric Zemmour a contre lui les Juifs de gauche (des gens qui préfèrent des terroristes tueurs de Juifs façon Mahmoud Abbas à un Juif de droite), les organisations islamiques, les fascistes d’extrême gauche, la gauche socialiste, le parti communiste, la gauche macronienne et ses deux partis : les Républicains (chez qui les gens de droite ne sont ni Pécresse, ni Bertrand, ni Barnier) et la République en marche. S’il parvenait à s’imposer ce serait un exploit sans précédents. S’il gagnait, il serait confronté à un soulèvement généralisé.

Je sais qu’il n’est pas libéral économiquement (s’il l’était, il tomberait à trois ou quatre pour cent d’intentions de vote). Je sais qu’il est anti-américain, oui (les Français en leur grande majorité sont anti-américains). Je sais qu’il est cynique en politique étrangère (il est gaulliste). Je le soutiens néanmoins parce qu’il est la dernière chance pour la France : je veux encore espérer que le pays où je suis né ne va pas totalement sombrer, et Macron, qui n’est pas libéral économiquement, qui est anti-américain et cynique en politique étrangère, accepte l’islamisation de la France, et conduit le pays vers le naufrage total, qui est désormais imminent, et surviendra si rien ne change.

Ivan Rioufol, un homme pour qui j’ai estime et amitié, a, dans une émission de télévision qu’il anime, invite récemment mon amie Bat Ye’or. Il a invité aussi Renaud Camus. Quand il a invité Renaud Camus, les injures des fascistes d’extrême gauche se sont abattues sur lui et sur Renaud Camus. Renaud Camus est un grand écrivain. Il a écrit un livre appelé Le grand remplacement, un livre excellent et courageux (il a aussi conçu la couverture de mon livre Comment le peuple palestinien fut inventé), et la notion de grand remplacement est utilisée par Éric Zemmour, à juste titre. Depuis la publication du livre Le grand remplacement, Renaud Camus n’a plus d’éditeur et est exclu de tous les médias. C’est le “pluralisme démocratique” à la française. C’est de ce “pluralisme” là que meurt la France.

LIRE  Conseil des droits de l’homme et Israël : le théâtre annuel, ça suffit!

Éric Zemmour est comparé en France à Donald Trump. Il y a peu de rapport entre lui et Donald Trump. Donald Trump est un conservateur américain, ce qui signifie qu’il est libéral économiquement, qu’il n’est pas anti-américain (à la différence des démocrates américains) et qu’il a des positions éthiques en politique étrangère. Ils ont néanmoins des points communs : ils aiment leur pays. Ils sont courageux. Ils sont exécrés par toutes les gauches du monde, ce qui en dit très long sur toutes les gauches du monde, qui sont fondamentalement des ennemies de la civilisation occidentale.

NDLR : Nous avons tenu à publier ce texte de notre ami Guy Millière, car nous apprécions particulièrement sa lucidité et son intelligence. Cela ne signifie pas que nous avons un avis en ce qui concerne Zemmour, loin de là. Nous vivons en effet « loin de là », justement, et les difficultés ainsi que le risque que représente la candidature de cette personne nous échappent, ou en tout cas nous ne parvenons pas à les juger correctement. Au lecteur de se faire une idée, et il nous semble que Guy Millière peut nous permettre d’y parvenir plus facilement.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire