Interview du député Doudi Amsallem sur Bennet et la loi sur l’électricité

0
194

Le député Dudi Amsalem dans cette interview : « Bennett est dans un état mental très difficile, heureusement qu’il y avait des gardes de sécurité à la Knesset ce matin »

Radio Kol ‘Hai – Esti Peled

Le député Dudi Amsalem dans une interview pour une « édition principale » spéciale et orageuse à radio Kol ‘Hai attaque vivement l’abandon du Néguev comme il le dit : « Un million de dounams avec 450 000 délits de construction ont été livrés de manière ordonnée aux Bédouins. Dans une décennie, nous les verrons à la périphérie d’Eilat ». Sur Miki Levy : « L’esclave asservi de Lapid ». Sur Mandelblit : « On ne l’entend plus, il a du s’endormir. Mais prononcez simplement le nom de Netanyahu et vous verrez comment il se réveille ». « Seuls les rouquins et la gauche ont des droits. »

Le député Dudi Amsalem (Likoud), qui est considéré comme l’un des membres les plus populaires de la Knesset, a été interviewé ce soir (mercredi) par « l’édition principale » présentée par Avi Rabina et a parlé de l’affaire extraordinaire dans laquelle le Premier ministre a attaqué le président de l’opposition dans un accès de rage ce matin. Il vit un effondrement personnel, il n’est rien au gouvernement, il n’est pas pertinent, le corona commence à éclater et donc il a perdu. « 

Amsalem a ajouté : « Bennett est dans un état mental très difficile alors il nous a attaqués comme sur un terrain de football, heureusement il y avait des gardes de sécurité car sans eux il aurait pu nous battre. »

Amsalem a attaqué la conduite du président de la Knesset : « Miki Lévy, il ne rempli pas son rôle de président de la Knesset, de par lequel il devrait veiller au respect de cette institution. Parce qu’il est un fidèle serviteur de Lapid. Les responsables des comités de la Knesset ne peuvent rien faire, parce qu’ils ont un patron au dessus d’eux. La Knesset est devenue une blague. »

LIRE  Israël renforce son aide en faveur des entrepreneurs high-tech ultra-orthodoxes

Le député Amsalem a expliqué la reddition dangereuse d’Israël aux Bédouins : « Un million de dounams dans le sud du pays sont sous le contrôle des Bédouins, il y a 450 000 infractions en matière de construction en Israël, dont certaines reposent sur des infrastructures nationales. Aujourd’hui, nous avons remis le Néguev aux Bédouins de manière ordonnée et formelle. Dans 10 ans, vous les verrez à la périphérie d’Eilat, recevant l’eau et l’électricité aux frais de l’État. »

Amsalem a attaqué la duplicité d’Abbas : « Mansour Abbas est l’un des plus grands menteurs de la Knesset. C’est le chef du mouvement islamique dont l’idée est de manger les Juifs de l’intérieur. Et c’est ce qui se passe ici en fait. Ce matin, lui et Taha ont mené tout un dialogue entre eux, ouvertement, en arabe (notre photo). Je me croyais dans l’enceinte du parlement palestinien à Ramallah. « 

Amsalem proteste contre la comparaison entre la jeune colonie et les délits de construction et la prise de contrôle des terres de l’État dans le Néguev : « Il n’y a pas de proportions entre la jeune colonie et les Bédouins, il y a plusieurs centaines de maisons non connectées, ce n’est pas comparable à donner aux Bédouins un millions de dunams, ce qui est le quart d’un État. » Sur le silence de Mendelblit : « Au passage, Mendelbluf (sic !) n’a pas bronché face à ce projet de loi, après tout, un juif qui fait cela verra sa maison immédiatement détruite. Nous devons assimiler les droits des Juifs aux arabes. Nous allons vers un abîme. »

LIRE  En Israël, les ventes d’appartements ont été effrénées ces derniers mois

Amsalem a également attaqué le pliage d’Elkin : « Les gens ici qui ont pris la tête de l’État effectuent une vente de quelque chose de différent chaque semaine. Les plantations du FNJ ont également été arrêtées pour ne pas déranger les Bédouins. Elkin, qui est le chef de l’Administration foncière d’Israël, a donné l’ordre de ne pas contrarier les Bédouins. Ce que nous avons construit en 70 ans semble devoir être perdu en un an. »

Amsalem a précisé qu’il n’échangeait un mot avec aucune des personnes de Yemina : « Je ne leur parle pas un mot et demi. Je ne peux pas les voir. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire