Iran, économie: défis majeurs pour le futur gouvernement ?

Iran, économie: défis majeurs pour le futur gouvernement ?

0
46

Iran et économie : les défis auxquels le nouveau gouvernement de Netanyahou devrait être confronté

Maintenant que les résultats des élections sont officiels et que Benjamin Netanyahou commence à préparer son retour au poste de Premier ministre, il est temps de jeter un coup d’œil aux défis qui l’attendent – ils sont nombreux.

Parmi les principaux défis figure l’animosité émergente entre la communauté mondiale, et en particulier les États-Unis, envers les membres de la droite religieuse-sioniste de la future coalition.

Le président américain Joe Biden a tendu la main à Netanyahou lundi, attendant plusieurs jours pour prendre la décision après la publication des résultats officiels des élections jeudi. Bien que cela puisse être lié au fait que le président est préoccupé par les élections américaines de mi-mandat, une autre explication suggère que cela exprime son mécontentement à l’égard du nouveau gouvernement israélien.

Dans une conversation qui a duré huit minutes, Biden a apparemment dit à Netanyahou que « nous sommes frères, nous ferons l’histoire ensemble… Mon engagement envers Israël est incontestable ».

Netanyahou a déclaré au président américain : « Nous apporterons plus d’accords de paix historiques, c’est à portée de main. Mon engagement envers notre alliance et notre relation est plus fort que jamais. »

Au cours de la semaine dernière, de nombreux dirigeants mondiaux ont félicité Netanyahou pour sa victoire, notamment le président français Emmanuel Macron, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le dirigeant indien Narendra Modi et le Premier ministre italien récemment élu Giorgia Meloni.

Netanyahou devra décider quelles relations diplomatiques il poursuivra pendant son mandat. Compte tenu de la réputation des membres de sa coalition d’extrême droite, il devra convaincre la communauté internationale que son gouvernement relève toujours de la définition d’une démocratie équitable.

L’un de ses premiers défis est l’accord maritime avec le Liban, qu’Israël a récemment approuvé et auquel Netanyahou s’est opposé avec véhémence. Il a d’abord qualifié l’accord d’acte de reddition, mais a ensuite adouci sa position et a déclaré qu’il l’honorerait.

De plus, Netanyahou devrait donner suite à ses intentions exprimées de s’appuyer sur les accords d’Abraham – l’Arabie saoudite étant son premier objectif. Cependant, ses efforts ne seront pas nécessairement accueillis à bras ouverts, surtout compte tenu du statu quo actuel au Mont du Temple.

Dans l’intervalle, aucun changement drastique n’est attendu dans la politique israélienne de rejet de l’accord sur le nucléaire iranien. Bien que Netanyahou doive néanmoins faire face à la situation dans laquelle l’Iran décide de devenir une puissance nucléaire.

En ce qui concerne les implantations en Cisjordanie, Netanyahou subira de fortes pressions de la part de ses alliés de la droite sioniste et religieuse pour enfin reprendre les projets de construction. On s’attend à ce que les Américains aient peu de patience face à ce qu’ils considèrent comme une injustice faite à la minorité palestinienne.

Israeli construction in the West Bank Construction israélienne en Cisjordanie( Photo : Reuters )

Ce n’est que la pointe de l’iceberg quand il s’agit du sujet des Palestiniens. Netanyahou devra réévaluer la situation actuelle en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, avec une menace terroriste constante qui plane sur la tête des civils israéliens.
De plus, la majeure partie de la direction de la sécurité de l’État subira une transition de représentants dans le mois et demi à venir – Israël accueillera un nouveau chef d’état-major de Tsahal et ministre de la Défense.
Ils devront évaluer comment continuer à agir contre les quelque 240 fusillades qui ont eu lieu en Cisjordanie depuis août, la plupart visant les forces de Tsahal. Les militants palestiniens gagnent en influence et en pouvoir à un rythme rapide, et le prix que l’armée israélienne paie augmente certainement.

Au-delà du front intérieur, Netanyahou devra clarifier la position israélienne sur la guerre en Ukraine. Lors de sa campagne électorale, il a dit un jour qu’il envisagerait l’option de fournir des armes à l’Ukraine, bien que cela ait peut-être été une décision stratégique pour accumuler les votes. Étant donné qu’il décide d’emprunter cette voie, les relations futures avec la Russie deviendront difficiles.
Un autre défi mondial qui a affecté Israël est l’inflation. Le sujet économique brûlant en Israël est le coût de la vie, qui devra être l’une des premières choses que le nouveau gouvernement abordera. Les prix ont bondi d’environ 19 % au cours de l’année écoulée, provoquant l’une des crises économiques les plus importantes qu’Israël ait connues depuis des années.

« J’ai grandi », déclare Ben-Gvir aux Israéliens inquiets de son ascension

Le coprésident du parti sionisme religieux dit qu’il a fini par comprendre que la vie est « compliquée », ajoutant qu’il ne chercherait pas à imposer des lois religieuses ou à restreindre la liberté de dissidence, et qu’il s’attaquerait aux Arabes d’Israël criminels.

JForum avec Ynet 
LIRE  Israël sous cyberattaque massive chinoise et russe

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop