Israël: Biden veut remettre les pendules à son heure

Israël: Biden veut remettre les pendules à son heure

0
68
PM Netanyahu meets with US Vice President Joe Biden

Biden appuie sur le bouton de réinitialisation avec Israël. Les élections israéliennes expliquent en partie l’attentisme de Biden. Son problème au Moyen Orient semble être Netanyahou.

 

Près d’un mois après le début de sa présidence, Joe Biden n’a pas encore appelé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Lors d’un briefing la semaine dernière, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que l’appel aurait lieu « bientôt ».

Mais le retard notable du président, qui connaît le Premier ministre depuis des décennies et a même écrit une fois : «Bibi, je ne suis pas d’accord avec nombre de choses que vous dites mais je vous aime», ne peut être un oubli. C’est sûrement un effort calculé pour démontrer qu’il n’y aura pas de retour aux politiques centrées sur Israël des années Donald Trump. Et tandis qu’Israël restera le plus proche allié de l’Amérique au Moyen-Orient, Biden prévoit une réinitialisation. Contrairement à son prédécesseur, Biden est susceptible d’être un président pro-israélien mais pas nécessairement un pro-Netanyahou.
Cela dit, Biden a plusieurs problèmes internes urgents à régler. Confronté à une transition retardée, il se concentre désormais sur la lutte contre la pire crise de santé publique depuis un siècle, réparant une économie en déroute et essayant de faire de son mieux pour guérir une nation amèrement polarisée.
En outre, le secrétaire d’État Tony Blinken et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan ont déjà eu de multiples contacts avec leurs homologues israéliens. En d’autres termes, l’administration Biden n’a pas perdu le numéro de téléphone de Netanyahou.
Et pourtant, lors de sa visite au département d’État la semaine dernière, Biden a énuméré les «amis les plus proches» des États-Unis avec lesquels il avait parlé – Canada, Japon, Allemagne, Australie, Grande-Bretagne, France, Corée du Sud et même l’OTAN. Biden n’a mentionné Israël – le seul régime démocratique du Moyen-Orient – nulle part dans son discours.
En revanche, le président de l’époque, Donald Trump, a appelé Netanyahou quelques jours après son accession à la présidence. L’ancien président a également arrosé Netanyahou avec des gestes unilatéraux à la fois grands et petits, y compris la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël ; déplacement de l’ambassade américaine là-bas et, des semaines avant l’une des élections de Netanyahou, l’extension de la reconnaissance américaine de la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan.
De toute évidence, Biden n’est pas Trump. Et le pic de sucre pro-Netanyahou des années Trump – largement motivé par le besoin de Trump d’apaiser les circonscriptions politiques nationales – est terminé.
Le retard dans l’appel de Netanyahou signale également un changement probable dans les priorités: non seulement Biden fait face à la reprise intérieure la plus difficile de tout président depuis Franklin Roosevelt, mais il semble également considérer le Moyen-Orient, à l’exception de l’Iran, comme moins une préoccupation centrale que la Chine et l’Asie dans son ensemble. Sullivan l’a indiqué en augmentant le personnel de la sécurité nationale en Asie et en réduisant les effectifs du Moyen-Orient.
Dans le même temps, ne vous y trompez pas, Biden n’est pas l’ancien président Barack Obama en ce qui concerne Israël. Il ressemble plus à l’ancien président Bill Clinton, pour qui le soutien d’Israël était profond. Pendant huit ans, j’ai vu Clinton démontrer une profonde sensibilité pro-israélienne, qu’il s’agisse de la sécurité israélienne ou de son respect pour l’État que les Israéliens avaient créé. Affligé par les funérailles du premier ministre assassiné, Yitzhak Rabin, il écrira plus tard dans ses mémoires qu’il «était venu à aimer (Rabin) comme j’avais rarement aimé un autre homme».
De même, Biden a une longue et constante expérience de soutien à Israël depuis sa première visite en 1973. Il a été un fervent partisan du maintien de l’avantage militaire qualitatif d’Israël, aidant même à façonner le paquet de sécurité pluriannuel de 38 milliards de dollars d’Israël en tant que vice-président.
Obama a essayé d’aller fort à la fois sur la question des armes nucléaires de l’Iran et sur une solution israélo-palestinienne à deux États, garantissant pratiquement les tensions avec la droite Netanyahou. Biden donne la priorité à l’Iran, mais, comme lui et Blinken l’ont admis, les progrès seront lents vers une solution à deux États. En effet, l’administration Biden a déclaré qu’elle laisserait la décision de Trump sur l’ambassade américaine à Jérusalem en l’état; les membres de l’administration ont chaleureusement salué les accords d’Abraham de leurs prédécesseurs – normalisant les relations entre Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn; et ils n’ont pas annulé la déclaration de Trump de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, essentielle à la normalisation des relations entre Israël et le Maroc.
Biden n’a clairement aucune illusion sur Netanyahou. Il sait sûrement que sa propre approche à la fois des Palestiniens et des Iraniens diffère considérablement de celle de Netanyahou. C’était Biden, après tout, qui était profondément embarrassé par l’annonce par Israël en 2010 d’une expansion majeure des unités de logement à Jérusalem-Est. Il est venu sur les talons de l’administration Obama qui a entamé un effort pour persuader Israël de faire exactement le contraire. Et, contrairement à Trump, Biden ne va pas arroser Netanyahou de cadeaux ou améliorer les perspectives électorales du Premier ministre. Avec une quatrième élection israélienne à seulement cinq semaines, Biden est extrêmement peu susceptible de faire un geste qui démontrerait une préférence pour un candidat politique.
Bien sûr, le président ne cherche pas à créer des tensions avec Netanyahou, et encore moins à mener un combat soutenu. Et sur la question la plus préoccupante du Moyen-Orient – comment gérer l’expansion nucléaire iranienne – il essaiera probablement de comprendre les préoccupations israéliennes concernant le programme nucléaire iranien et de coordonner, si possible. En ce qui concerne les Palestiniens et une solution à deux États, il s’abstiendra probablement de faire pression, en grande partie parce que les perspectives de progrès pour le moment sont minces, voire nulles.
Mais si Netanyahou tente de saper les efforts du président pour réengager l’Iran – comme il l’a fait avec Obama – ou lui forcer la main avec une expansion majeure des colonies, sans parler de l’annexion, Biden le repoussera sûrement. Le président croit en une relation solide entre les États-Unis et Israël et comprend que le respect mutuel et la réciprocité sont essentiels pour la voir prospérer. Mais son soutien va à Israël, pas à Netanyahou, et cela peut devenir douloureusement clair si le Premier ministre israélien ne peut pas ou ne veut pas accepter ces deux règles de la route extrêmement importantes.
Mais douloureuse pour qui Biden ou Israël ?
JForum – CNN
LIRE  Netanyahou dans une attaque inhabituelle contre la France !

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop