Israël et le Golfe vont signer un pacte de non-agression

0
42

Marc – JForum

Ex-Premier ministre qatari : Israël et les États du Golfe s’apprêtent à signer un pacte de non-agression

Le cheikh Hamad Bin Jassim dit qu’il n’est pas contre un tel accord, estime que la décision unanime prise par la Ligue arabe la semaine dernière de rejeter le plan de paix américain n’était pas dans le meilleur intérêt du Moyen-Orient

Israël et les États du Golfe signeront bientôt un pacte de non-agression qui pourrait également inclure le Maroc, a déclaré l’ancien Premier ministre du Qatar.
Dans une déclaration en arabe sur Twitter, le cheikh Hamad Bin Jassim a déclaré: “Le 14 décembre de l’année dernière, j’ai publié un tweet dans lequel j’ai parlé de l’accord du siècle [le nouveau plan de paix américain] et déclaré qu’il serait annoncé au début de cette année.
“Maintenant, il sera suivi d’un pacte de non-agression entre Israël et les pays du Conseil de coopération du Golfe, en plus de l’Égypte, de la Jordanie et éventuellement du Maroc“.

حمد بن جاسم بن جبر

✔@HAMADJJALTHANI

نشرت بتاريخ 14 ديسمبر من العام الماضي تغريده تحدثت فيها عن صفقة القرن وقلت إنها ستعلن بداية هذا العام. والآن سيتبعها اتفاقية عدم اعتداء بين إسرائيل ودول مجلس التعاون الخليجي بالإضافة إلى مصر والأردن وربما المغرب.

1,694 people are talking about this
L’ancien politicien a indiqué qu’il n’était “pas contre” un tel accord avec Israël et estimait que la décision unanime prise par la Ligue arabe la semaine dernière de rejeter l’accord américain n’était pas dans le meilleur intérêt de la région.

L'ancien Premier ministre qatari Sheikh Hamad Bin Jassim

L’ancien Premier ministre qatari Sheikh Hamad Bin Jassim
Photo: AP )
“Bien qu’il y ait des pays arabes qui ont promis à la partie américaine qu’ils prendraient une position positive sur l’accord, ils ne l’ont pas fait, et ils l’ont justifié en disant qu’ils ne pouvaient pas à cause des médias”, a déclaré Jassim.
Il a ajouté que “la partie arabe suit une politique basée sur des tactiques à court terme, tandis que la partie israélienne place sa politique sur des bases stratégiques à long terme”.
Le plan de Trump, annoncé à la Maison Blanche le 28 janvier avec un Premier ministre souriant Benjamin Netanyahu flanquant le président, se range du côté d’Israël sur pratiquement toutes les questions les plus controversées du conflit vieux de plusieurs décennies.
 

דונלד טראמפ ובנימין נתניהו בחשיפת תוכנית המאה

Benjamin Netanyahu et Donald Trump à la Maison Blanche pour annoncer le plan de paix américain au Moyen-Orient
Photo: Getty Images )
Cela permettrait à Israël d’annexer de grandes parties de la Cisjordanie, y compris des implantations juives qui abritent des centaines de milliers de personnes et sont considérées comme illégales par une partie de la communauté internationale.
Les Palestiniens, qui ont rompu leurs liens avec les États-Unis après que Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël en 2017, ont catégoriquement rejeté le plan.
S’adressant mardi au Conseil de sécurité des Nations Unies, le président palestinien Mahmoud Abbas a réitéré son rejet du plan, le qualifiant de “cadeau” à Israël.
Agitant une copie d’une carte que le plan américain envisage d’établir pour une solution à deux États pour Israël et la Palestine, Abbas a déclaré que l’État découpé pour les Palestiniens ressemble à un “fromage suisse” fragmenté.
LIRE  « Les Palestiniens ont perdu leurs soutiens dans le monde arabe »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire