Israël-Hezbollah – La réponse est brillante mais insuffisante

Israël-Hezbollah – La réponse est brillante mais insuffisante

0
53

Heiman a écrit : « Le dilemme auquel sont confrontés les décideurs ce soir est entre quatre options principales :

a . S’arrêter là, vu qu’aucun dommage n’a été fait et que cette interception était un succès, ce qui pourrait conduire à d’autres tentatives similaires.

B. Attaquer un site au Liban – pourrait conduire à une escalade durant le gouvernement de transition.

C -Facturer un prix, mais illustrant notre réticence à attaquer le Liban.

D. Une réponse de type « guerre psychologique » – cyber, boom supersonique, messages stratégiques – aucun risque d’escalade, mais cela peut être perçu comme une faiblesse. »

Le major-général Res. a ajouté : « Au niveau opérationnel israélien, il y a une application parfaite du concept de protection économique en mer. Détection précoce, protection à plusieurs niveaux – air et mer. Et élimination d’une menace loin de la cible. »

Chabbath, nos forces de Tsahal, qui comprenaient des navires lance-missiles et un avion de chasse, ont intercepté trois avions sans pilote  s’approchant du Liban vers les eaux économiques d’Israël et ont tenté de s’approcher de la plateforme de gaz de Karish.
Les drones, appartenant à l’organisation terroriste Hezbollah, ont été interceptés par nos forces à une distance de sécurité de la plate-forme de gaz de Karish, l’un d’eux par un avion de chasse et deux autres par un missile éclair d’un navire lance-missiles de Tsahal.
Plus tard dans la nuit, l’organisation terroriste Hezbollah a publié une déclaration dans laquelle elle a commenté l’action : « Cet après-midi, une unité nommée Jamil Sakaf et Hadi Yaei a envoyé 3 drones dans la zone contestée de la zone de Karish pour une mission de collecte. La mission a été accomplie et aussi le message passé. La victoire vient d’Allah. »
Aujourd’hui (dimanche), le porte-parole de Tsahal, le général de brigade Ran Kochav (notre photo), a révélé à la radio 103fm qu’il y avait des premières informations de renseignement sur l’infiltration de drones du Hezbollah, a-t-il déclaré : « Les drones ne semblaient pas armés ». Kochav a ajouté : « Cette zone économique d’Israël fait partie d’Israël, ce n’est pas une zone disputée, il n’y a pas de discussion à ce sujet. Le Hezbollah essaie de nuire à la souveraineté israélienne de toutes sortes de manières – sur terre, dans les airs et sur mer ».

Ceci n’est pas une solution à long terme. Les drones ne sont plus une arme chère, et peuvent être envoyés en nombre. A contrario le système de défense aérien et les missiles hypersoniques utilisés coûtent eux très chers. Il y a donc derrière cela un désavantage pour Israël.

Il convient donc de faire comprendre au Hezbollah que lui aussi peut payer un coût plus cher et le Liban doit aussi comprendre qu’il n’est pas un spectateur innocent. Bien qu’il y ait un gouvernement de transition, Tsahal doit passer un message fort avant que cela ne dégénère.

La situation économique du Liban et son besoin d’aide internationale sera mis dans la balance, d’autant que l’alliance des 30 pays contre le Hezbollah (voir notre article) s’est réunie cette semaine, et que celle-ci est en capacité  – et dans la nécessité aussi par rapport à ses besoin de gaz de cette zone – de faire passer le message aux libanais.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop