Israël: le chaos politique bloque les budgets alimentaires pour les nécessiteux

0
165

La liste des projets et le transfert des budgets vers leurs ministères sont bloqués ou annulés en raison de l’absence de la crise de la formation d’un gouvernement et de la tenue des troisièmes élections.

L’Initiative de sécurité alimentaire, un projet vital d’aide alimentaire pour quelque 11 000 familles dans le besoin, est actuellement fermée en raison de la situation politique.

Si aucun budget n’est alloué aux entreprises avant la dissolution de la Knesset, des centaines de milliers d’enfants resteront affamés.

Il s’agit d’une subvention de centaines de shekels par mois pour la famille, à la fois pour l’achat de nourriture et pour la distribution de fruits, légumes et paniers alimentaires emballés, en mettant l’accent sur les produits à haute valeur nutritive. Le montant annuel de l’aide est d’environ 60 millions de shekels par an, dont environ un tiers provient des coffres de l’État et le reste des dons collectés par les organisations à but non lucratif.

21 millions de shekels alloués à la réinsertion des  femmes dans la prostitution n’ont pas été payé; un déficit de 200 millions de shekels pour la protection des travailleurs sociaux dans les services sociaux des autorités locales; un projet communautaire accessible aux personnes handicapées est fermé car il n’y a pas de budget; 1 million de shekels qui devaient aller dans des programmes d’aide aux sans-abri dans la communauté étrangère n’ont pas été transférés. 

Le projet fonctionne depuis 2016 grâce à un budget établi par le ministère du Bien-être social, en conjonction avec les dons recueillis par Jérusalem Eshel – y compris ‘Habad et avec la participation de l’Association Laket. En août dernier, un nouvel appel d’offres devait être choisi pour poursuivre le projet pendant deux ans, mais en raison du chaos politique, il a été reporté et le projet ne sera pas budgétisé au-delà de décembre 2019.

LIRE  Un juge fédéral de l’Idaho : les détenus peuvent avoir des repas cachers

Plus tôt ce mois-ci, le siège de la lutte contre la traite des femmes et la prostitution a adressé une requête à la Haute Cour contre les ministères du Travail et des Affaires sociales parce qu’ils n’utilisaient pas le budget pour réhabiliter les femmes dans la prostitution.

Le chef de la lutte contre la traite des femmes et la prostitution, l’avocat Nitzan Kahane a déclaré dans une interview au programme Agenda que le siège ne sait pas ce que nous ferons de l’argent pour financer les programmes de lutte contre la prostitution: « L’argent est allé au ministère du Bien-être social en avril, puis nous sommes arrivés à la fin de l’année et pas de trace des 21 millions de shekels du ministère de la protection sociale. « 

Source www1.alliancefr.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire