Israël s’attaque à l’abus de la « loi du retour » par les Juifs...

Israël s’attaque à l’abus de la « loi du retour » par les Juifs américains, français et russes !

0
774

En décembre 2020, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Aryé Dérhy, a chargé le directeur général de l’Autorité de la population et de l’immigration, Shlomo Mor Yosef, d’accorder aux nouveaux olim qui ne se sont pas installés en Israël un passeport depuis un an seulement. Avec cela, Dérhy a techniquement abrogé une loi adoptée par Avigdor Liberman et Yisrael Beiteinu quatre ans plus tôt, qui ouvrait une large échappatoire par laquelle des dizaines de milliers de personnes, la plupart originaires de l’ex-Union soviétique, pouvaient recevoir un passeport israélien sans immigrer en Israël.

Le phénomène est connu sous le nom de Passport Aliyah : des Juifs qui immigrent en Israël en vertu de la loi du retour, mais n’ont pas l’intention de rester, de profiter des plages, de chercher un emploi, de payer des impôts et d’envoyer leurs enfants à l’armée. Tout ce qu’ils veulent à la place, c’est la citoyenneté israélienne, un passeport et une escapade rapide en Europe et en Amérique du Nord.

Pendant de nombreuses années, Israël a eu pour politique de n’accorder aux nouveaux ‘olim qu’un document de voyage et de ne leur délivrer un passeport israélien qu’un an plus tard, après leur installation en Israël. L’idée derrière cette politique était d’empêcher la délivrance de passeports israéliens à des personnes qui n’étaient pas intéressées par l’État d’Israël mais qui voulaient le passeport à des fins commerciales ou criminelles.

Début 2017, malgré les avertissements des professionnels de la fonction publique, la faction Yisrael Beiteinu Knesset, identifiée depuis sa création en 1999 à l’aliyah russe, a poussé un amendement qui permettrait d’obtenir un passeport israélien à son arrivée en Israël. Les résultats ont confirmé les pires craintes des professionnels. Il est vite devenu clair qu’un pourcentage élevé d’olim de l’ex-URSS en général, et de Russie en particulier, profitaient de la législation amendée, et arrivaient en masse en Israël pour obtenir un passeport bleu et blanc, et disparaissaient.

LIRE  Le public orthodoxe a peu été informé des problèmes du corona

Une enquête du journal Ma’ariv à la fin 2020 a montré qu’environ 40% des olim de l’ancienne URSS au cours des années 2018-2019 partaient peu de temps après leur arrivée 〈divulgation : « un cadeau d’Yisrael Beiteinu, vous n’avez pas besoin d’être israélien pour détenir un passeport bleu et blanc »〉.

Beaucoup d’entre eux ont fait acte de présence en moins d’un mois. Parmi les immigrés russes, il s’est avéré que les chiffres étaient encore pires : plus de la moitié d’entre eux qui sont arrivés après la modification de la loi ont quitté Israël peu de temps après leur arrivée et ont emporté leur passeport avec eux.

Selon un récent article paru dans Ha’aretz (Vous voulez un passeport israélien ? Alors prouvez que vous restez pour de bon), depuis le déclenchement de la pandémie au début de 2020, Passport Aliyah a commencé à englober les Juifs des pays occidentaux, notamment des États-Unis et de France, qui ont entamé le processus d’alyah non pas parce qu’ils souhaitent s’installer en Israël, mais parce qu’un passeport israélien faciliterait l’entrée et la sortie du pays pour rendre visite à la famille et aux amis malgré les confinements liés au virus.

Tomer Moskowitz, le nouveau directeur de l’Autorité de la population et de l’immigration, a déclaré à Ha’aretz que bientôt toute personne demandant à faire son alyah devrait signer un engagement à vivre en Israël de façon permanente si elle était approuvée.

Pour déterminer s’ils envisagent sérieusement de déménager en Israël, on demandera aux candidats :
s’ils ont vendu leur maison et leur voiture ?
Quels sont les projets scolaires de leurs enfants ?
Ont-ils quitté leur emploi ?
Ont-ils loué un conteneur pour expédier leurs biens en Israël ?
Ont-ils un endroit où vivre en Israël ?
Ont-ils inscrit leurs enfants dans une école en Israël ?
Ont-ils un travail en Israël ?
Ont-ils ouvert un compte bancaire israélien ?
Bien sûr, chaque réponse doit être accompagnée d’une documentation appropriée.

LIRE  Antisémitisme version américaine !

Les candidats à l’Aliyah devront signer une déclaration sur un formulaire de trois pages, disponible en anglais, russe, espagnol, français et portugais, devant un représentant consulaire israélien : « Je soussigné, après avoir été averti que je dois dire la vérité et que si je ne le fais pas, je serai passible d’une peine fixée par la loi, déclare par la présente que j’ai demandé à recevoir le statut d ‘«immigrant» en Israël afin de m’installer en Israël immédiatement et définitivement et de faire d’Israël le centre de ma vie. Je déclare également par la présente que toutes les informations et tous les détails que j’ai fournis dans ma candidature sont complets et corrects. »

« Nous utiliserons ce nouveau formulaire pour voir si les gens ont vraiment l’intention de s’installer en Israël », a déclaré Moskowitz à Ha’aretz.

source en anglais : www.jewishpress.com – ©ashdodcafe.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop