Jared Kushner – en Biélorussie, sa famille est une légende

0
1970

Les gens de la ville ancestrale de Jared Kushner ont tendance à parler très positivement du président Donald Trump.

Mais à Novogrudok – une ville pittoresque de 30 000 habitants dans l’ouest de la Biélorussie, à peu près à mi-chemin entre Minsk et Bialystok, en Pologne – l’élection de Trump est particulièrement célébrée car elle ajoute Kushner, le beau-fils du président et conseiller central, à la courte liste des succès internationaux de la ville.

« Bien sûr, je suis très fier qu’il y ait quelqu’un de Novogrudok à la Maison Blanche », a déclaré Boris Semyonov, un homme d’affaires de 57 ans, lorsqu’il a été interrogé sur le sujet la semaine dernière sur la place Lénine – un espace large et propre dans le centre-ville avec un buste du leader communiste. « J’attends qu’il nous visite ».

Yulia Silevskaya, une juriste dans la vingtaine, a déclaré que le poste de Kushner « ajoute du prestige » à sa ville.

Comme beaucoup d’autres habitants, Semyonov et Silevskaya connaissaient le nom de Kushner et son titre de la Maison Blanche.

Mais contrairement à beaucoup de personnes – y compris les résidents des États-Unis – les citoyens de Novogrudok connaissaient les Kushners avant l’élection présidentielle.

A Novogrudok, les Kushners sont connus et révérés – mais pas pour leur connexion à Trump ou leur empire immobilier, ni pour le scandale qui a englouti le père de Kushner, Charles, ou les récentes allégations de collusion avec la Russie.

Ici, les Kushners sont célèbres pour leur évasion audacieuse du ghetto au cours de l’un des actes les plus célèbres de résistance juive face aux nazis.

L’histoire de Kushners est présentée en évidence dans l’humble musée de la résistance juive de Novogrudok. Le musée de deux pièces, ouvert en 2007, affiche des photos de la famille paternelle de Kushner – son arrière-grand-père Zaidel, sa femme Hinda et leur fille Rae avec ses deux frères et sœurs. Le musée expose également les lits superposés où la famille a été obligée de dormir lorsque les Allemands ont rassemblé les Juifs locaux dans le ghetto de Novogrudok.

LIRE  Un nouveau “printemps” pour Daesh et l’Iran

En plus de la population juive locale de 6 000 âmes – environ un quart de sa population totale -, les nazis ont rassemblé 24 000 Juifs supplémentaires des villes voisines dans un ghetto construit autour du palais de justice.

« Les Kushners étaient une famille aisée qui, avant la guerre, possédait plusieurs magasins dans le centre, était connue pour beaucoup de gens ici », raconte Marina Yarashuk, directrice du Musée d’histoire et d’études régionales à Novogrudok, qui opère le musée juif. « Il est donc naturel qu’ils apparaissent dans l’exposition ».

Mais ce qui fait rend vraiment remarquable l’histoire de Kushners, ajoute Yarashuk, c’est la façon dont ils sont restés unis au cours d’une évasion remarquable. Leur plan semblait voué à l’échec, mais leur a finalement permis de survivre à l’Holocauste et de combattre les nazis aux côtés de partisans juifs.

« C’est une histoire incroyable », a déclaré Yarashuk. « Je suis contente qu’elle soit connue, même si ce n’est que parce que tout le monde s’intéresse à Jared Kushner ».

La survie improbable des Kushners est due à l’action de Rae Kushner – la grand-mère paternelle de Jared, âgée de 16 ans lorsque les Allemands l’ont enfermée dans le ghetto avec ses parents, sa sœur et son frère.

Ayant survécu à au moins cinq «sélections» pour exécution à la mitrailleuse – y compris celle dans laquelle sa mère a été assassinée – Rae s’est jointe à son frère pour diriger une évasion audacieuse par un tunnel creusé sous le ghetto lourdement gardé et entouré par une clôture électrique. Rae a rappelé son rôle dans l’évasion – qui comprenait l’enlèvement des déblais, ainsi que l’obtention d’outils de travail et d’informations provenant de non-Juifs qui entraient dans le ghetto avec la permission des Allemands – dans une interview de deux heures qu’elle a donnée en 1982 au Holocaust Resource Centre de Kean College au New Jersey.

LIRE  Liberté d’expression ou de mise à prix ?

Dans ce qui est devenu l’une des histoires les plus connues de l’Holocauste de Biélorussie, Rae a aidé à diriger les prisonniers à travers le tunnel d’évasion qui a été le plus long de son genre dans l’Europe occupée par les nazis et a permis la plus grande évasion de Juifs par un tunnel.

Les excavateurs – qui dissimulaient les déblais dans les doubles parois et les greniers – ont emmené 350 hommes et femmes vers la liberté par le tunnel et dans les bois. Là, les survivants ont rejoint les partisans de Bielski – un groupe de quelque 1 000 juifs nommés d’après les trois frères qui les dirigeaient et dont la bravoure a fait l’objet du film de 2008 « Defiance ».

En tant qu’organisateurs, Rae et son frère, Honie, avaient droit à une place parmi les premiers à ramper – ce qui était considéré comme une position beaucoup plus sûre qu’à la fin de la ligne. Mais elle a abandonné sa position privilégiée pour être avec son père de 54 ans et sa soeur de 15 ans. « Si nous vivions, nous vivions ensemble. Si nous mourions, nous mourrions ensemble », a-t-elle rappelé dans l’interview.

Cette décision a peut-être sauvé sa vie, ainsi que celle de sa sœur et de son père, qui était si affaiblie par des mois de malnutrition qu’il avait besoin de ses filles pour le porter. Le frère de Rae, qui était parmi les premiers à émerger, a disparu sans laisser de traces. Il n’a jamais été revu.

Aujourd’hui, le tunnel – qui a été creusé à l’intérieur d’une caserne et est maintenant le site du musée – est commémoré par un chemin de galets rouges qui trace sa trajectoire de 225 verges jusqu’au point de sortie, qui est aujourd’hui un trou à proximité d’un atelier de réparation automobile. Les murs du magasin portent des affiches commémoratives avec des images d’une fouille archéologique menée il y a 10 ans.

LIRE  Frappes en Syrie: la Russie impose des conditions à Israël

Dans l’entrevue de deux heures de Rae, qui a été archivée par le Musée commémoratif de l’Holocauste des États-Unis, elle a rappelé comment elle a forcé un paysan à guider sa famille dans les bois, où ils ont vécu pendant des mois avec les aliments donnés par les locaux jusqu’à leur découverte par les partisans du groupe Bielski, qui avaient entendu parler de l’évasion et cherché des survivants dans les villages voisins. Les Kushners vécurent dans les bois pendant un an, surveillant les troupes allemandes et aidant à la maintenance du camp des partisans jusqu’à la libération en mai 1945.

Rae a ensuite emmené sa famille dans un camp de réfugiés en Tchécoslovaquie et plus tard en Italie. Elle a épousé son mari, Joseph Berkowitz, également de la région de Novogrudok, à Budapest. Comme il était d’une famille pauvre, il a adopté son nom plus connu.

Ils ont émigré aux États-Unis en 1949 et se sont installés à Brooklyn, où ils ont élevé quatre enfants, y compris le père de Jared, Charles. Joseph Kushner a travaillé comme ouvrier de la construction, mais, au moment de sa mort en 1985, il avait bâti un empire immobilier comptant plus de 4 000 appartements.

Charles Kushner a visité plusieurs fois Novogrudok, et a même reçu une visite guidée du musée en 2014, a déclaré Yarashuk. Rae Kushner a visité au moins une fois avant sa mort. La famille a fait don de fonds pour la construction du musée de la résistance juive, selon Tamara Vershitskaya, ancienne directrice du musée.

« De toute évidence, c’était une expérience très émouvante pour lui, mais c’était aussi très émouvant pour nous », a déclaré Yarashuk.

Elle a ajouté: « Par ici, les Kushners, c’est tout une affaire … avec ou sans Trump. »

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire