Le Kéter d’Aram Tsova considéré par l’UNESCO comme un bien de la culture mondiale

0
801

Le « Kéter » d’Aram Tsova est un texte ancien des plus connus. Il couvre l’ensemble des écrits de la Tora (Tanakh) selon notre tradition, et comporte divers éléments complémentaires (« Massoreth » et autres). Cependant, il n’en reste que 60 %, le reste ayant disparu, en particulier le Pentateuque lui-même (si ce n’est une partie de Devarim/Deutéronome,et quelques bribes de Chemoth/l’Exode, retrouvées plus tard).

Son importance réside dans sa source : bien que conservé durant des siècles en Syrie, à Aram Tsova, il a été rédigé à Tibériade, par les grands massorètes de cette ville (on désigne notamment un certain Ben Acher comme le scribe principal), sans doute à la fin du Xème siècle. Le Rambam a vu ce document, et en a confirmé la valeur. La fixation des parachiyoth « ouvertes » ou « fermées » telle qu’indiquée par ce grand décisionnaire est inspirée du Kéter, et a influencé l’écriture des Sifré Tora dans toutes les communautés juives.
Dans les faits, cet ouvrage est encore utilisé de nos jours par certains sofrim, qui ne se basent que sur lui pour la rédaction des textes des prophètes.
Le Kéter a connu bien des péripéties, mais a longtemps été conservé dans la communauté d’Alep en Syrie, dénommée Aram Tsova – dans la synagogue Eliahou hanavi, récemment détruite par Daech… En 1958, il a été apporté à Jérusalem par un riche libanais de nationalité iranienne, pour se voir finalement donné au Musée d’Israël, où il est conservé avec d’immenses précautions.

L’UNESCO a donc décidé, à présent, de l’introduire parmi les quelques 300 objets d’intérêt historique mondial, ce qui lui confère une grande notoriété – pourtant susceptible de rendre encore plus improbable la récupération des parties manquantes : un grand collectionneur, tels que Chelomo Moussayov de Londres, zal, a signalé que des antiquaires lui ont proposé de racheter des pièces manquantes, mais qu’il n’avait pu accepter, vu l’énorme somme exigée en contrepartie… A présent, il sera sans doute encore plus difficile de proposer une telle pièce à la vente…

LIRE  Jérusalem: le nouveau maire veut réduire les nuisances des muezzins

Aucun commentaires

Laisser un commentaire