La Haute Cour critique durement la rénovation de la maison de Bennett

0
47

Les requêtes déposées devant la Haute Cour contre le Premier ministre ont été partiellement acceptées et les juges ont vivement critiqué la conduite de l’État. Il a été révélé un avis rendu tardivement et exposant des travaux de construction sans procédure d’urbanisme : « Traîner les pieds a causé beaucoup de souffrances à des voisins innocents » | La question de la résidence si son devoir de privé est officiel n’a pas été tranchée.

Ce soir (mercredi), les juges de la Haute Cour ont sévèrement critiqué la conduite des travaux de construction aux abords du domicile du Premier ministre Naftali Bennett à Raanana, et jugé qu' »il est difficile de justifier la construction de travaux de construction sans autorisation de l’État. » Le gouvernement officiel à Jérusalem a jugé que « cette situation est inappropriée. »

Ces mots ont été écrits dans les décisions des juges Noam Solberg, Yossef Elron et Ofer Grosskopf concernant les pétitions déposées par la municipalité de Raanana et les voisins de Bennett contre un plan établi par la police sur des manifestations près de son domicile à Raanana. Dans la décision sur les requêtes, que les juges ont partiellement acceptée, ils ont écrit qu’au cours des audiences, il est apparu clairement que les travaux de construction ont été effectués « sans avoir été précédés d’une procédure d’urbanisme comme requis ».

Le juge Ofer Grosskopf s’y est également joint et a écrit : « Il est difficile de comprendre le frein à la rénovation de la résidence officielle à Jérusalem (que le Premier ministre choisisse d’y vivre en permanence ou non), et de plus il est difficile de justifier l’exécution de travaux de construction sans autorisation de l’Etat à la résidence de Raanana. Il faut vérifier les choses, et on espère que cela sera fait ».

LIRE  Herzog à Ankara. Nouvel élan entre Israël et la Turquie.

Quant à la rénovation de la résidence officielle à Jérusalem, les juges ont mentionné que les représentants de l’État ont affirmé que le lieu « a besoin d’une rénovation de sécurité et d’entretien, qui durera au moins six mois. Cependant, dans la pratique, jusqu’à présent, rien n’a été réalisé ». sur ce sujet. Selon les juges, cela signifie que « tant que l’affaire n’est pas réglée, le Premier ministre ne peut être autorisé à vivre dans la résidence officielle, même s’il le souhaite ; cette situation est inappropriée ».

Les pétitions elles-mêmes ont été acceptées en partie. En ce qui concerne « l’heure » et le « lieu » des manifestations, le juge Noam Solberg a jugé qu’une mise à jour présenté indique que depuis le dépôt des requêtes, il y a eu un changement dans la nature des manifestations, ce qui amène à un manque de justification judiciaire. Entre autres, il a été révélé que les manifestations se déroulent à moindre échelle, à moindre intensité, et qu’en règle générale, elles n’ont lieu que le samedi soir. Les pétitionnaires n’étaient pas non plus en désaccord avec ces données. Ainsi, il a été déterminé qu’il n’y a pas de place pour une intervention dans ces aspects.

Dans le même temps, il a été noté que si la fréquence et l’intensité des manifestations s’étaient poursuivies comme auparavant, il aurait été possible de définir un cadre plus limité que celui existant – tant en termes de fréquence des manifestations que de localisation par rapport aux habitations du quartier. En effet, autoriser une manifestation trois fois par semaine, adjacente à des résidences, dans un environnement calme et paisible, ne cadre pas avec des décisions rendues jusqu’à présent dans des cas similaires, où une manifestation d’une semaine a été autorisée, dans une zone de commerce non résidentielle. En tout état de cause, lorsque la police a annoncé son intention de réexaminer les dispositions de l’ébauche à l’avenir, il a été précisé qu’elle doit également tenir compte de ce contexte. Cela est dû à l’écart évident qui existe entre les circonstances des affaires passées et celles de cette affaire.

LIRE  L'auteur de l'attaque au camion-bélier de Stockholm voulait «écraser des infidèles»

Les juges ont tranché qu’il n’y avait pas de raison de décider si la maison du Premier ministre à Raanana était une résidence privée ou une résidence officielle, car cela n’était pas nécessaire pour une décision dans cette procédure. Il a également été déterminé qu’il n’était pas nécessaire d’exiger les allégations soulevées concernant les travaux de construction et les restrictions de circulation à proximité de la maison du Premier ministre à Raanana.

On se rappellera que les requêtes ont été déposées selon le bordereau reçu par la police pour la tenue de manifestations près de la maison à Raanana. Selon lui, les manifestations qui auront lieu aux abords de la maison seront fréquentes jusqu’à trois fois par semaine. Les voisins voulaient également arrêter les travaux de construction et les restrictions de circulation aux abords de la résidence à Raanana, mais ont accepté de renoncer à ces revendications.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire