La loi sur l’accusé, destinée à éloigner Netanyahou de l’arène politique, peut-elle passer ?

0
72

La loi visant à maintenir Netanyahou hors de l’arène politique pourrait être votée à la Knesset sortante, mais ses partisans sont confrontés à de nombreuses difficultés. La grande question sera de savoir ce qui se passera après l’adoption de la loi.

Hidabrout – David Fried

Récemment, la coalition, ainsi que certaines parties de l’opposition, ont tenté de promouvoir une législation visant à maintenir Benjamin Netanyahou hors de la vie politique, par le biais d’une loi qui interdirait la poursuite de ses activités dans l’arène politique, profitant des actes d’accusation déposés contre lui sur un certain nombre de questions. La loi expulsant Netanyahou a été surnommée la « loi de l’accusé » et est un amendement à la loi fondamentale du gouvernement selon laquelle une personne accusée de crimes ne peut pas former un gouvernement.

Qui veut promouvoir la loi qui empêchera Netanyahou de revenir au pouvoir ?

En fait, la loi bénéficie d’un soutien assez large au sein de la coalition. Au début, c’est Gideon Sa’ar qui a mené l’effort pour faire avancer la loi par tous les moyens à sa disposition. Plus tard, d’autres membres de la coalition ont rejoint la promotion de la loi. Une voix particulièrement importante qui a encouragé l’adoption de la loi était le membre sortant de la Knesset d’Yisrael Beiteinu, Eli Avidar. Le soutien à la loi a augmenté particulièrement récemment, après la dissolution du gouvernement et la compréhension que Netanyahou pourrait revenir au siège du Premier ministre, ce qui a conduit des responsables de la coalition tels que Gilad Karib et Gabi Laski à la promouvoir vigoureusement.

LIRE  Carcassonne. Il voulait s'en prendre à des touristes russes et américains, et/ ou juifs : 9 ans en appel

Pourquoi la « loi de l’accusé » n’a-t-elle pas été adoptée jusqu’à présent ?

Yamina a exprimé son opposition depuis sa création et ses membres ont fait chuter sa promotion à maintes reprises. Maintenant, avec l’effondrement du gouvernement, la coalition envisage de faire avancer le projet de loi grâce aux votes du parti conjoint de l’opposition, alors qu’en fait Bennett et son parti s’opposent toujours à l’adoption de la loi et que certains ont annoncé qu’ils voteraient contre, tandis que d’autres d’autres membres du parti ont déclaré qu’ils s’abstiendraient.

Quelles sont les chances que la loi soit votée ?

Pour que la loi soit adoptée, il est nécessaire de l’adopter au sein de la commission de la Knesset dirigée par le député Nir Orbach, qui s’oppose apparemment à la loi, c’est donc une décision presque impossible. Pour cette raison, le Parti travailliste prévoyait de contourner la commission de la Knesset et, la semaine prochaine, de présenter la loi pour discussion au sein de la commission Constitution, loi et justice dirigée par Gilad Karib de leur parti. Mais selon divers rapports, le président de la Knesset, Miki Levy, a clairement indiqué aux responsables de la coalition qu’il s’oppose avec véhémence à la promulgation de la loi à la hâte, dans le cadre de la législation visant à dissoudre la Knesset, car il dit que c’est une loi qui traite d’une question de fond, qui nécessite une discussion approfondie.

Cependant, malgré l’opposition partielle de la droite et peut-être aussi du parti Ra’am selon certains rapports, la loi a une chance d’être adoptée du fait que la liste commune soutient son adoption.

LIRE  Ça continue : Orbach menace aussi

Si la « loi de l’accusé » est votée, enterrera-t-elle les chances de Netanyahou de revenir au pouvoir ?

Bien que la loi vise à empêcher Netanyahou de former un gouvernement, au cas où le chef de l’opposition obtiendrait 61 voix après l’élection pour soutenir la formation d’un gouvernement sous sa direction – il pourra de toute façon légalement changer la loi. Le principal effet de la loi sera en cas de match nul politique, ou dans le cas où l’un des membres du Likoud à la Knesset tenterait d’en profiter pour chercher et remplacer Netanyahou.

Que prétendent ceux qui s’opposent à l’adoption de la loi ?

Le principal argument contre l’adoption de la loi est qu’il s’agit d’une loi personnelle, c’est-à-dire une loi « cousue » aux mensurations d’une seule personne : le chef de l’opposition, Benjamin Netanyahou. Cette réalité, selon beaucoup, est particulièrement problématique et vise à changer les règles du jeu pendant celle-ci. En outre, beaucoup soulignent que Netanyahou n’a pas été condamné du tout, et que dans le procès devant lui, des détails supplémentaires émergent lentement qui réduisent et même démantèlent complètement certaines parties des actes d’accusation contre lui.

Y a-t-il des lois personnelles qui ont été adoptées dans le passé?

Les lois personnelles étaient souvent adoptées à la Knesset. Telle est la «Loi du Sud», par exemple, qui a été adoptée à la Knesset après que le fermier Shai Daromi ait abattu un certain nombre de Bédouins qui avaient fait irruption dans sa ferme. L’un d’eux a été tué et Daromi a été arrêté malgré les nombreuses protestations du public. Suite à la manifestation, un amendement a été apporté au Code pénal, selon lequel une personne ne sera pas tenue pénalement responsable d’un acte immédiatement nécessaire pour repousser quiconque s’introduisant par effraction dans une résidence, un commerce ou une ferme avec l’intention de commettre une infraction, sauf si l’acte était manifestement déraisonnable.

LIRE  Attaques de Smutrich: "Des courants dangereux se créent à droite"

La loi sur le personnel la plus connue et la plus influente en Israël n’est pas destinée à une seule personne, mais à un groupe de personnes occupant un poste spécifique : chef d’état-major général de Tsahal. Il s’agit de la loi sur le délai de réflexion, facteur politique.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire