La nouvelle croisade de BDS – frappe les Palestiniens…

0
604
BDS

Le mouvement des boycotteurs anti-israélien BDS a obligé SodaStream à déménager. Ce célèbre fabricant de distributeurs de boissons pétillantes était jusque-là implanté à Michor Adoumim, en Judée Samarie.

Cette usine employait plus de 600 ouvriers palestiniens, percevant un salaire et des avantages identiques à ceux de leurs collègues israéliens.

L’usine a été relocalisée en octobre 2015 dans le désert du Néguev à Lehavim, à l’intérieur de la ligne verte. Conséquence : 525 licenciés, palestiniens pour des raisons d’éloignement du lieu de travail. Le 1er mars 2016, les 74 Palestiniens restants sont également déchus de leur poste, pour non obtention de permis de travail par les autorités israéliennes. Au total, plus de 600 travailleurs palestiniens, sur les 1300 salariés de l’usine, se sont ainsi retrouvés sans emploi.

Daniel Birnbaum PDG de SodaStream International.
Daniel Birnbaum
PDG de SodaStream International.

Les ouvriers palestiniens ont bien compris aujourd’hui que BDS lutte contre leurs intérêts, et ils considèrent ce mouvement de boycott comme leur nouvel ennemi.

Une page Facebook « Paix Intifada » a été créée par les enfants de ces salariés licenciés. Ils y demandent le renouvellement des permis de travail des 74 Palestiniens : « Nous sommes les enfants des employés de SodaStream qui ont travaillé ensemble, Juifs et Arabes palestiniens, pendant des années ; preuve qu’un jour, il peut y avoir la paix. Le gouvernement israélien doit prolonger les visas de travail de ces 74 palestinien.

« Le fait que les Palestiniens et les Juifs travaillaient côte à côte montre non seulement la possibilité de vivre ensemble en paix, mais également que BDS ment. Je demande à Binyamin Netanyahou de trouver un moyen de laisser les 74 employés retourner au travail aux côtés des Israéliens pour continuer ce modèle unique de coexistence, et pour continuer à faire mentir BDS », a déclaré Daniel Birnbaum, le PDG de SodaStream International.

LIRE  Cyberattaques : pour qui rouleraient les Russes ?

Aucun commentaires

Laisser un commentaire