La permission d’importer des oeufs de l’étranger et ses incidences sur l’économie locale

0
70

La commission économique veut ouvrir les quotas d’importation d’œufs, ce qui inquiète énormément les éleveurs de poules.

Be’hadré ‘Harédim – Haim Shmueli

Après une semaine de négociations complexes avec le ministère de l’Agriculture et des représentants des agriculteurs : la commission économique de la Knesset souhaite ouvrir les quotas d’importation d’œufs en Israël, compte tenu de la pénurie attendue d’œufs dans le pays dans les semaines à venir, suite à la destruction de plusieurs poulaillers dans lesquels des poulets infectés ont été trouvés.

Il existe une opposition à la demande du Comité économique, en raison des craintes d’importer un pourcentage élevé d’œufs de la variété brune dans le pays, avec un taux plus élevé d’œufs infectés par le sang ; environ 90 % des poules en Europe pondent des œufs bruns, contrairement à la situation dans le pays ici. La plupart des poules sont blanches pour des raisons de cacherouth.

Le député Uri Maklev a expliqué que l’industrie agricole en Israël n’est plus une profession comme toutes les professions et industries : elle renforce la communauté juive du pays, on ne peut pas leur dire de déplacer leur entreprise ailleurs, ce n’est pas comme les diamants ou le domaine du textile.

« La tomate de Turquie et la tomate du pays ne sont pas la même tomate », a déclaré le député Maklev au ministre de l’Agriculture.

« Il est impossible de leur dire de changer de métier, l’approbation de ce règlement constitue une reddition des membres de la coalition aux diktats du ministre des Finances, alors même qu’ils étaient censés s’occuper des agriculteurs qui font partie de leur coalition. »

LIRE  Profanations de cimetières : une blessure alsacienne

Le représentant des agriculteurs, Shimon Bitton, s’est tourné vers les membres de la Knesset et ont déclaré : « Je suis assis à table depuis 15 ans ici. Il y a des règles concernant les éleveurs de poules, acceptez-les ces règlements et n’allez pas à leur encontre, parce qu’autrement vous allez vers une condamnation à mort économique pour les familles de gens âgés de 60-70 ans du fait de la décision de ce comité. »

Il a dit : « Le ministère de l’Agriculture s’appelle la maison des agriculteurs. C’est faux : c’est devenu le cimetière des agriculteurs ! Vous parlez d’mportations d’Ukraine : quelle est la qualité de ces œufs ? Quel est leur prix ? Le contrôle va échapper des mains de le Knesseth ».

Aucun commentaires

Laisser un commentaire