La première au monde : une étude sur l’efficacité du vaccin a été publiée

0
57

L’étude de la Koupath ‘Holim Clalit sur le vaccin de Pfizer, qui a testé 600 000 vaccinés contre 600 000 non vaccinés, est la première à être publiée après un examen indépendant. Ses découvertes – dont une efficacité de 94% dans la prévention des infections symptomatiques – apportent un espoir dans le monde entier, et de nombreux médias ont titré à sa suite: « Un point de repère pour les pays qui veulent désespérément mettre fin aux fermetures. »

Ynet

La campagne de vaccination en Israël continue d’intéresser le monde entier, et maintenant l’une des études menées ces dernières semaines – qui montre que le vaccin développé par Pfizer a la plus grande efficacité contre le virus corona – est devenue la première étude professionnelle au monde à être publiée dans une revue scientifique.

L’étude en question est la même étude publiée la semaine dernière par la Koupath ‘Holim Clalit, qui a montré qu’une semaine après avoir reçu la deuxième dose du vaccin, 94% des vaccins évitaient les infections symptomatiques et 92% étaient efficaces pour prévenir les maladies graves. L’étude a été menée par la Clalit et a été assistée par des chercheurs de l’Université de Harvard.

Données d’efficacité du vaccin Pfizer – Résultats de recherche de Clalit:
Prévention des symptômes:
57% deux à trois semaines après la première dose
• 66% dans la période de 21 jours à 27 jours après la première dose
94% une semaine après la deuxième dose
Prévention des maladies graves:
• 62% deux à trois semaines après la première dose
80% dans la période entre 21 jours et 27 jours après la première dose
• 92% une semaine après la deuxième dose
Prévention de la mortalité:
72% deux à trois semaines après la première dose
84% dans la période de 21 jours à 27 jours après la première dose
* L’étude ne fournit pas de données précises sur la réduction de la mortalité après la deuxième dose.

LIRE  Pompeo: des armes aux EAU sans nuire à l’avantage d’Israël

Les chercheurs ont examiné les données d’environ 600 000 vaccinés âgés de 16 ans et plus. Le groupe vacciné a été testé contre un groupe témoin d’environ 600000 personnes non vaccinées qui ont été soigneusement ajustées, de sorte que chaque personne vaccinée a été testée par rapport à une personne non vaccinée semblable à lui dans une longue série d’indicateurs tels que le risque d’infection, niveau de maladie grave, santé et plus encore.

L’étude a été publiée dans le New England Journal of Medicine et de nombreux médias du monde entier en ont fait la une, soulignant qu’il s’agit de la première étude indépendante à montrer que le vaccin – du moins celui de Pfizer – est efficace dans le «monde réel». « comme l’ont montré les essais cliniques de Pfizer. En collaboration avec la société allemande Biontech.

Reuters, par exemple, l’un des plus grands organes d’information au monde dont les rapports sont publiés textuellement sur de nombreux sites à travers le monde, a décrit la publication de l’étude ce soir comme un «jalon» important pour les pays «désespérés» de mettre fin au cycle sans fin de fermetures et restrictions du fait du virus. L’agence de presse américaine AP et le New York Times ont également inclus le rapport d’étude dans leurs titres.

Le professeur Ran Balitzer (notre photo), directeur du Clalit Research Institute, a été interrogé par Reuters et a déclaré que lui et les autres chercheurs avaient été surpris par les résultats de l’étude, car dans le monde réel, les conditions sont différentes des essais contrôlés dans les essais cliniques, et leur évaluation était moins efficace que celle de Pfizer.

LIRE  Prague : mémorial dévoilé par les enfants sauvés par Sir Niholas Winton des camps de la mort

Balitzer a également évoqué les résultats de l’étude qui a montré que l’efficacité du vaccin est maintenue dans tous les groupes d’âge, y compris ceux âgés de 70 ans et plus, et a déclaré: «Nous avons montré que le vaccin est efficace dans presque tous les sous-groupes, jeunes et vieux, ceux qui n’ont pas de comorbidité et ceux qui ont une comorbidité. « 

L’étude suggère en outre que le vaccin de Pfizer est efficace contre la souche britannique du virus. Les chercheurs notent dans leur article qu’ils ne peuvent pas déterminer un niveau d’efficacité spécifique contre cette souche – qui est considérée comme plus contagieuse et peut-être même qui provoque une morbidité plus sévère – mais elle était déjà dominante en Israël au moment de l’étude, à partir de décembre. L’étude n’a pas éclairé la question de savoir si le vaccin est efficace contre la souche découverte en Afrique du Sud, dont d’autres études ont déjà montré une certaine résistance à d’autres vaccins.
« C’est une autre excellente nouvelle, confirmant que le vaccin est efficace à environ 90% pour prévenir une infection vérifiée à tout niveau de gravité, une semaine après la deuxième dose », a déclaré Peter English, qui conseille le gouvernement britannique sur les maladies infectieuses. Il a fait l’éloge de l’utilisation par la recherche d’un énorme groupe témoin, affirmant que cela donnait « une plus grande confiance » que ses observations provenaient effectivement du vaccin et non d’un autre facteur.

D’autres données intéressantes issues de l’étude montrent que le vaccin offre une assez bonne protection contre le virus dès la première dose. Selon l’étude, après la première dose du vaccin, le vaccin offrait une protection de 62% contre les maladies graves. Deux à trois semaines après la première injection, une efficacité de 57% dans l’infection symptomatique a été diagnostiquée.

LIRE  Le « vin de Terre sainte » : rare découverte archéologique du 5ème siècle en Israël

Les données peuvent augmenter les appels dans le monde entier à donner la priorité à l’administration de la première dose au plus grand nombre possible de personnes dans la population, même si cela signifie que la deuxième dose ne sera pas administrée trois semaines plus tard, comme recommandé par Pfizer.

De nombreux pays dans le monde, rappelle-t-on, ont rencontré des difficultés importantes dans leur campagne de vaccination, que ce soit en raison de difficultés logistiques ou de perturbations dans l’approvisionnement en vaccins des fabricants.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire