La Présidente du Parlement Européen à Auschwitz : « Il est de mon devoir et de ma responsabilité de protéger les Juifs d’Europe »

0
65

Lors de sa visite au camp d’extermination d’Auschwitz dans le cadre de la conférence annuelle des dirigeants pour la lutte contre l’antisémitisme, la présidente du Parlement européen a déclaré : « Nous devons combattre la propagande et le récit de l’antisémitisme rampant, ce n’est pas seulement la responsabilité des dirigeants politiques mais aussi du système judiciaire ».

Be’hadré ‘Harédim – Yanki Farber – Illustration : Le Premier ministre du Monténégro, Dritan Abrazovic à Auschwitz avec l’aimable autorisation du photographe

La Présidente du Parlement européen, Roberta Mezzola, le Commissaire de l’Union européenne, Oliver Verhali, la Secrétaire du Parlement français, Caroline Janvier, la Présidente du Parlement tchèque, Markta Pakarova, le Premier ministre du Monténégro, Dritan Abrazovic, l’ambassadeur d’Israël auprès des institutions de l’Union européenne, Haim Regev, des ministres de pays d’Europe et des dizaines de hauts parlementaires de tout le continent se sont réunis au camp d’extermination d’Auschwitz dans le cadre de la conférence annuelle des dirigeants pour la lutte contre l’antisémitisme organisée par l’Association des organisations juives d’Europe, l’EJA.

La Présidente du Parlement, Roberta Mezzola, a déclaré : « Je suis très heureuse d’être ici aujourd’hui pour la première fois. Il est de mon devoir et de ma responsabilité de protéger les Juifs d’Europe de l’antisémitisme. Nous devons combattre la propagande et les récits relatifs à l’antisémitisme et nous le faisons. Pour gagner la mission, nous avons besoin de plus qu’une stratégie – mais en prenant l’initiative et l’action. Nous n’oublierons pas et nous ne laisserons pas cela se reproduire. »

Le commissaire de l’Union européenne, Oliver Wehrli, responsable de toutes les relations avec les pays frontaliers de l’Union, a souligné qu’il était de son devoir de venir à Auschwitz et a déclaré : « Je crains vraiment que ce qui s’est passé ici ne se reproduise. L’antisémitisme vise à éteindre la vie juive dans toute l’Europe. Il ne suffit pas de dire jamais. Encore une fois, nous devons faire quelque chose. Mon message aux Européens : il n’y a qu’une seule victoire sur la mort et c’est la vie. »

LIRE  Les actions et les menaces des arabes sur le Mont du Temple

Le président de l’Union des organisations juives d’Europe EJA, le rav Menachem Margolin, a déclaré pour sa part : « Les temps de guerre et de crise économique sont une plate-forme pour une grave escalade de l’antisémitisme. Par conséquent, aujourd’hui plus que jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, les dirigeants européens sont tenus d’agir avec une plus grande détermination pour éradiquer l’antisémitisme tant dans le domaine de l’éducation que dans celui de la législation. Diffamer le peuple juif et l’État juif relève de la liberté du mépris, et non de la liberté d’expression. Une violation du mode de vie juif est une violation de la liberté de religion et de culte. Nous attendons de chacun des chefs de parlement, ministres et fonctionnaires qui ont répondu à notre invitation qu’ils retournent demain dans leur pays et mettent en œuvre des programmes éducatifs sur la leçons tirées de l’Holocauste ainsi que des changements essentiels dans la législation contre l’antisémitisme et la xénophobie », a noté le rav Margolin.

Dans le cadre du rassemblement spécial, les dirigeants européens ont déposé des couronnes au complexe du « Mur de la Mort » à Auschwitz et allumé des bougies commémoratives sur les ruines des chambres à gaz à Birkenau. Plus tard, les membres de la délégation ont entendu des témoignages effrayants de la survivante de l’Holocauste, la baronne Regina Sochobolsky – Slozny et de la petite-fille de Miri Knoll – la survivante de l’Holocauste âgée de 85 ans qui a été assassinée dans son appartement à Paris il y a plusieurs années.

Dans le cadre de la convention, le prestigieux prix Sir Montefiore au nom de l’EJA a été décerné à Alexander Shkevich, le fondateur du Congrès juif eurasien pour ses nombreuses années de travail pour préserver et promouvoir la communauté juive européenne. En recevant le prix, Shkevich a déclaré : « C’est un grand honneur pour moi d’être ici. Ma mère a survécu à l’Holocauste parce qu’elle a pris le dernier train. Sinon, elle serait allée à Auschwitz et je ne serais pas ici. Je vous admire pour donner de votre temps et de votre énergie pour faire de ce monde un endroit meilleur. Je vous souhaite que vous ne vous lassiez jamais et que Dieu vous récompense, vous et vos enfants. »

LIRE  Visite du nouvel ambassadeur des Etats Unis en Israël auprès des Grands de la Tora !

La présidente du Parlement tchèque, Markta Pakarova, a souligné qu' »il est très important de montrer aux jeunes générations ce qui s’est passé à Auschwitz et tout au long de la Shoah afin de préserver la mémoire. Voir de ses propres yeux est important. La violation des droits de l’homme est inacceptable. Il est de la responsabilité de tous les politiciens européens d’éradiquer l’antisémitisme – Nous ne devons pas répéter les erreurs tragiques de nos ancêtres. Ces maux doivent être arrêtés. »

Le Premier ministre du Monténégro, Dritan Abrazovic, a fait passer le message suivant : «Nous devons nous méfier et avertir de ce qui s’est passé ici. Les jeunes générations doivent être éduquées pour que les atrocités ne se reproduisent pas. Cette visite est une contribution à la promotion d’une culture du souvenir et l’anti-discrimination et le devoir de chaque dirigeant européen de visiter Auschwitz. »

La secrétaire du Parlement français, Caroline Janvier a conclu en déclarant : « Chaque dirigeant politique devrait se rendre à Auschwitz pour se rappeler que l’homme est capable du pire, et que la modernité n’empêche pas le pire de se produire ».

Haim Regev, ambassadeur d’Israël auprès de l’Union européenne et de l’OTAN, a déclaré sur place : « J’ai été honoré de rejoindre la délégation de l’EJA à Auschwitz, avec la présidente du Parlement Roberta Metzola, le commissaire européen Oliver Valerhi et des parlementaires de tout le continent. Une tournée où ils ont visité les camps d’extermination pour la première fois et ont vu de près les horreurs de l’Holocauste. Je ne doute pas que cette tournée sensibilise les dirigeants européens à lutter contre le phénomène de l’antisémitisme et à soutenir nos efforts en la matière. »

LIRE  L'ancien ministre Israel Katz : "Il y a ici une guerre d'anéantissement"

Aucun commentaires

Laisser un commentaire