La Russie désactive ses batteries S-400 à Khmeimim

0
116

La Russie désactive ses batteries S-400 à la base aérienne de Khmeimim – et dans toute la Syrie

Les batteries russes de défense aérienne avancées S-400 de la base aérienne de Khmeimim en Syrie ont été discrètement «désactivées», selon des sources et des publications militaires russes. Cela n’a pas été officiellement confirmé ni infirmé. Une source a déclaré qu’aujourd’hui, pas un seul S-400 n’est opérationnel en Syrie.

Il y a trois mois, des sources militaires de DEBKAfile ont rapporté que l’armée syrienne avait rapporté que les S-400 russes postés à l’extérieur de l’important complexe militaire syrien à Masyaf, dans l’ouest du pays, avaient été “désactivés”, ce qui indique l’arrêt ou la mise en veille de leurs systèmes radar.

Nos sources notent que, bien que des systèmes de défense antiaériens russes S-300 et S-400 soient déployés en Syrie depuis quatre ans, ils n’ont jamais été utilisés pour faire barrage aux assauts de l’armée de l’air israélienne contre des cibles militaires iraniennes. Néanmoins, malgré la coordination et les ententes établies entre la Russie et Israël, les équipages aériens israéliens ont toujours soigneusement pris en compte la présence de ces armes perfectionnées, chaque fois qu’ils volaient dans l’espace aérien syrien.

La décision de la Russie d’interrompre sa défense aérienne relève de la spéculation, que ce soit en raison de pressions budgétaires ou en prévision de l’évacuation de tous ces systèmes de Syrie. Une autre théorie est que Moscou a si bien réussi à commercialiser ses S-400 auprès de pays étrangers qu’il en a manqué pour ses propres fronts russes, tels que la mer Noire ou en face des États baltes.

LIRE  Portugal : découverte d'un Séfer Tora du temps de l'Inquisition

Cette semaine, pour la première fois depuis l’intervention militaire russe dans la guerre en Syrie, en 2015, un bombardier stratégique américain B-52 a survolé Khmeimim, puis s’est dirigé vers la côte syrienne avant de se diriger vers l’est et d’atterrir en Jordanie. Nos sources signalent que le seul bombardier américain avait probablement pour mission de tester la neutralisation, selon les déclarations de la Russie, de ses systèmes de défense ultramodernes en Syrie.

Adaptation : Marc Brzustowski

Aucun commentaires

Laisser un commentaire