La traditionnelle perturbation provoquée par les Femmes du Kotel…

0
328

Au milieu de la prière de Roch ‘Hodech, les « Femmes du Mur » ont franchi les barrières et ont quitté avec force la zone qui leur était assignée. En conséquence, de graves affrontements verbaux ont été observés entre eux et la police, ce qui a provoqué de graves provocations et troubles pour les milliers de fidèles.

Beh’adré ‘Harédim – Kobi Ouziéli

De graves affrontements verbaux ont été enregistrés ce matin (vendredi), Roch ‘Hodech Av, entre les forces de police et les activités des « Femmes du mur » sur la place du Mur occidental, après que les « Femmes du mur » aient franchi les clôtures et violé les instructions de la police, dans le but de perturber la prière de masse traditionnelle tenue au Mur Occidental.

Pour rappel, chaque Roch ‘Hodech, beaucoup de personnes viennent traditionnellement prier sur la place du Mur occidental, et de l’autre côté, la police israélienne boucle une zone qui est également destinée aux « Femmes du Mur » et aux militants réformés et organisations conservatrices, et ceci pour les empêcher de déranger les nombreux fidèles du mur Occidental et de provoquer de violentes provocations.

Comme mentionné, ce matin, au milieu de la prière de Roch ‘Hodech, les « Femmes du Mur des Lamentations » ont franchi les barrières et ont quitté de force la zone qui leur était désignée. En conséquence, de graves affrontements verbaux ont été observés entre elles et la police, ce qui a provoqué de graves provocations et des troubles pour les milliers de fidèles.

Le directeur général du Centre Liva, Oren Hanig, qui était présent, a déclaré qu' »il est impossible qu’un petit groupe vienne chaque Roch ‘Hodech dans le but de déranger les milliers de fidèles et se comporte avec une violence extrême contre la police et les forces de sécurité. Il est temps d’inscrire dans la loi le caractère sacré du Mur des Lamentations et d’empêcher cette violente honte tous les premiers jours de chaque mois ».

LIRE  Grande-Synthe : “C'est Israël qui est derrière ça”, accuse un responsable du Centre Zahra visé par l'opération de police

Aucun commentaires

Laisser un commentaire