La vérité sort de la bouche des… : « Si le gouvernement n’avait pas été dissous, il n’y aurait pas eu d’opération à Gaza »

0
196
חבר הכנסת ווליד טאהא במליאה, 9.11.2020. צילום: דני שם-טוב, דוברות הכנסת

Dans une interview accordée à radio Mikan, le conseiller du député Valid Taha (notre photo) de Ra’am a déclaré que si le gouvernement n’avait pas été dissous, Ra’am aurait empêché le lancement de l’opération « Aube » : « Le gouvernement n’aurait pas osé entrer en guerre ».

Hidabrouth – Schneider

Said Badran, conseiller du membre de la Knesset Walid Taha de la faction Ra’am, a été interviewé hier (lundi) par la radio. A la question de savoir si c’est la désintégration du gouvernement qui a poussé le gouvernement de transition dirigé par Yair Lapid à lancer l’opération « Aube » contre le Jihad islamique, Badran a répondu par l’affirmative : « L’expérience prouve que durant la période où Ra’am faisait partie de la coalition – c’est lui qui la tenait et décidait de son sort. Le gouvernement n’aurait pas osé faire la guerre, c’est clair. »

Le président du sionisme religieux, membre de la Knesset Bezalel Smotrich, a commenté les propos : « Écoutez l’assistant de Walid Taha. Nous avons insisté et maintenant tout le monde sait que nous avions raison – un gouvernement ne doit pas être établi avec le soutien des partisans du terrorisme. Cela met en danger l’État d’Israël. Nous ferons en sorte, avec l’aide de D’ et la force que vous nous donnez, que cela ne se reproduise plus. »

Un membre de la faction de Smotrich, membre de la Knesset Sim’ha Rothman, a ajouté : « Dimanche, j’ai dit dans le studio ici que le mérite de l’opération à Gaza revient à l’opposition, et ce n’est que grâce au renversement du gouvernement qu’il a été possible. Aujourd’hui, après ces propos de Saeed Badran de Ra’am, il est déjà possible d’être plus précis. Grâce au sionisme religieux, qui a fait comprendre à tout le monde qu’il est même interdit d’imaginer la mise en place d’un gouvernement qui s’appuie sur des partisans du terrorisme. »

LIRE  Les néo-nazis américains remercient Donald Trump

D’un autre côté, le vice-ministre des services religieux, Matan Kahana, membre de la Knesset, a affirmé que les propos de Badran sont « absurdes ». « Après presque un an au sein du cabinet de sécurité, je peux témoigner de première main que la composition de la coalition n’a jamais été prise en considération pour faire de la sécurité décisions. La sécurité du pays dans ce gouvernement était et est toujours entre de bonnes mains ».

En réponse à la tempête qui a éclaté à la suite de ses paroles, Badran a déclaré : « Je précise par la présente que je ne suis pas le porte-parole de Ra’am, et que les choses que j’ai dites lors d’une interview avec cette station de radio ont été dites dans mon propre opinion et ne reflètent pas la position de Ra’am. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire