La ville de Tibériade jubile !

0
72

Il s’agit d’un réel précédent, du jamais vu : aux dernières élections municipales, Ron Coby est parvenu à devenir le maire de la ville. Cet enfant du cru, petit-fils de l’un des rabbanim d’alors, s’est toutefois avéré être un redoutable opposant à tout ce qui concerne la vie juive de la ville !

Cette localité est pourtant fort traditionaliste, comportant de nombreux hauts lieux du Judaisme (tombes des Matriarches, semble-t-il, tombes de rabbi ‘Akiva, celle de rabbi Méïr Ba’al haNess, celle de rabbi ‘Hiya, celle du Rambam, parmi tant d’autres – du reste, une partie de la ville est interdite aux Kohanim, pour avoir été construite en son temps sur l’emplacement d’un ancien cimetière).

On trouve dans la ville d’importantes communautés orthodoxes : l’ancienne, autour du rav Auerbach, de nombreuses autres synagogues dispersées dans la ville, et des communautés récentes, en particulier dans la partie haute de la ville.

Survient un nouveau maire, qui déclare d’emblée qu’il fera tout pour débarrasser sa ville de ce genre d’habitants ! Racisme, direz-vous. Peut-être, mais quand on sait jouer la bonne carte, on peut escompter avec les media avec soi. Cela a été le cas : au lieu du lever de boucliers qui aurait du se produire, Coby a eu droit à un vent d’estime et d’appui.

Là, sont intervenus les délégués municipaux : ils ont décidé de mettre fin à cette inadmissible saga, quand bien même cela serait à leur propre détriment. Comment peut-on s’y prendre ? Simple : le budget doit passer. S’il ne passe pas, au point d’un certain temps, le maire est démis et de nouvelles élections doivent avoir lieu. C’est ce qu’ils ont fait : ces délégués ont systématiquement voté contre le budget de la municipalité (pour des raisons sérieuses d’ailleurs, car évidemment un tel maire ne pouvait qu’aller contre les intérêts des nombreuses écoles religieuses de la ville). Finalement, ces jours-ci, après plusieurs prolongations, la municipalité a refusé le budget proposé par Coby, provoquant qu’il soit obligé de quitter la direction de la ville (faut pas s’en faire : comme on le sait sans doute, Coby se propose à présent d’arriver avec son exceptionnel tiquet à la Knesset…).

LIRE  Le président juif d’Harvard veut restaurer la foi dans l’éducation supérieure

Pour les délégués en question, il s’est agi d’un réel dévouement pour cette bonne cause : ils ne sont pas du tout sûrs de parvenir une seconde fois à être élus, mais cela ne leur importait pas, l’essentiel étant de provoquer le rejet d’un tel maire. C’est ce qu’ils sont parvenus à faire, et l’on ne peut que tirer le chapeau devant eux !

Aucun commentaires

Laisser un commentaire