La violence émanant de la Gauche fait un pas de plus…

0
297

Le député Simcha Rotman, qui était Chabbath à New York, a été poursuivi par un mégaphone lors d’une manifestation de gauche pendant qu’il marchait avec sa femme. Et Netaniahou a droit à sa portion habituelle…

JDN

La Gauche continue ce Motsaé Chabbath dans la 22e semaine, et ses manifestants semblent perdre la patience et vouloir augmenter la violence qu’ils opèrent. À New York, aux États-Unis, le député Simcha Rothman a été menacé, lui et sa femme, pendant le Chabbath dans une manifestation à l’extérieur de la maison privée où ils se trouvaient. La famille Netanyahu a également eu droit à des manifestations privées. Des dizaines de milliers de militants de gauche à travers le pays se sont retrouvés re’hov Kaplan à Tel Aviv.

La manifestation à Césarée a eu lieu vendredi soir, lorsque les gauchistes sont arrivés sur les lieux sans l’avertir à l’avance ou demander l’approbation légale de la police pour manifester. Les manifestants ont manifesté à travers des haut-parleurs, des drapeaux et des tambours qu’ils ont apportés avec eux. La police a confisqué une partie de l’équipement et a tenté d’évacuer les manifestants, mais ils ont refusé de partir. Certains manifestants se sont plaints de la violence policière envers eux.

À New York, les manifestants ont choisi de s’en prendre au député Rothman qui passait le Chabbath avec sa femme dans la ville – malgré le caractère sacré du sabbat et le fait que les deux soient religieux.

Le ministre de la Sécurité nationale s’est entretenu avec le commissaire de police et commandant du district de la côte et a répondu à sa conduite lors d’événements hier soir devant la maison du Premier ministre à Césarée, au cours duquel un groupe d’émeubles (qui ne représentait pas tous les manifestants), se sont comportés contrairement à la loi, a troublé la vie des résidents, a refusé les directives de la police et a finalement attaqué la police qui a cherché à faire respecter la loi, a attaqué des policiers et est même arrivé dans les postes de police et a demandé de les bloquer.

Le ministre renforce le commissaire et le commandant de district et appelle le bureau du procureur à prendre des mesures contre ces gens qui ont attaqué la police. « La liberté d’expression n’est pas la liberté d’imposition et de l’intimidation, la violation de l’ordre public et de la liberté pour attaquer la police. Il est impossible de tolérer de tels phénomènes d’attaque contre la police et d’anarchie. « 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire