“L’ambassade américaine sera transférée à Jérusalem”

Marc Zell, coprésident des républicains américains de l’étranger en Israël, estime que l'ambassade américaine sera déménagée de Tel-Aviv discrètement.

0
2497
Marc Zell, head of Republicans Overseas Israel branch

Marc Zell, coprésident des républicains américains de l’étranger en Israël, a déclaré mercredi qu’il n’y avait aucune vérité dans les rapports selon lesquels le président Donald Trump avait décidé que l’ambassade des États-Unis en Israël resterait à Tel-Aviv.

« Selon mes sources, il n’y a pas de changement dans la politique du président concernant le déménagement de l’ambassade à Jérusalem et, d’après ce que je sais, il n’a pas l’intention de proroger l’ordonnance qui maintient l’ambassade à Tel Aviv », a déclaré Zell à Arutz Sheva, ajoutant que le déménagement de l’ambassade se produirait de manière discrète.

« J’ai dit plus d’une fois dans les médias que, pour que l’ambassade se déplace à Jérusalem, le Président n’a tout simplement rien à faire. S’il ne fait rien, alors selon la loi, l’ambassade doit déménager à Jérusalem. C’est ça le plan et je pense qu’il est judicieux de le faire sans déclarations ni cérémonies. Laissez la loi américaine faire le travail « , a-t-il expliqué, ajoutant qu’il croit que l’ambassadeur David Friedman, qui travaille actuellement à Tel-Aviv, vivra et travaillera à Jérusalem.

« L’ambassadeur doit arriver ici dans cinq jours, et j’ai l’intention de le rencontrer et il nous dira ce qu’il a l’intention de faire », a déclaré Zell.

Ses remarques sont venues après des rumeurs rapportées dans les médias israéliens selon lesquelles Trump aurait déjà décidé de proroger l’ordonnance qui empêche le transfert de l’ambassade à Jérusalem.

Au cours de l’interview, Zell a également estimé que Trump, lors de sa prochaine visite, n’essaiera pas d’imposer à Israël un accord de paix avec l’Autorité palestinienne.

LIRE  Quand Jean Rochefort évoquait ses terribles souvenirs d’enfance à Vichy

« Je veux que les gens comprennent que la question palestinienne n’est pas le problème central. Je ne dis pas qu’il n’est pas important, mais il n’est pas central. L’orientation actuelle de l’administration en ce qui concerne le Moyen-Orient est la façon de traiter la menace iranienne. Cela nécessite une coopération entre Israël et les États sunnites de la région, et le président est vraiment concentré sur cela « , a expliqué Zell.

« Le président parle d’un deal. Il aime faire des deals, il est fort pour faire des deals. Nous pourrions voir quelque chose, mais à mon avis, nous ne verrons pas un accord qui amènera une solution définitive au conflit israélo-palestinien, mais plutôt un pas dans la bonne direction pour faire en sorte que les parties gèrent leur relation de manière constructive. Je ne vois pas de résolution du conflit à l’horizon. »

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire