L’an prochain à Shafir ?

0
99

Un projet de ville nouvelle orthodoxe en voie de réalisation.

Depuis déjà de nombreuses années la communauté ‘harédithe subit une crise du logement sans précédente. Cette crise du logement est d’ailleurs générale, mais elle est aggravée pour les orthodoxes du fait du refus de nombreux élus locaux d’autoriser la construction de quartiers adaptés aux besoins de la communauté orthodoxe dans leur ville. Mais dernièrement, une série d’annonces encourageantes permet d’espérer un début de solution.

C’est notamment le cas dans le Conseil régional de Shafir. Il faut dire que cette autorité locale a la particularité de réunir des villages agricoles religieux, et même pour certains orthodoxes (Komemiout, Alouma, Zvediel). Acher Abergel, le président du conseil régional, introduit ainsi le projet de ville nouvelle : « Justement dans une période où certains n’hésitent pas à utiliser des qualificatifs désobligeants contre la communauté orthodoxe alors que celle-ci ne demande qu’à vivre en paix au côté du reste de la population, nous avons là une très grande bonne nouvelle. Nous, contrairement aux autres, voulons les orthodoxes chez nous. La décision a été acceptée en conseil plénier à l’unanimité ! ». Acher Abergel ne fait pas mystère de ses motivations profondes. Disciple du rav ‘Haïm Goldwitz, il a appris de lui à œuvrer pour l’ensemble du Klall Israël, y compris dit-il « ceux  qui ne sont pas exactement sur la même longueur d’onde que moi ».

Shafir se situe à l’ouest de la route 40 dans un cadre pastoral actuellement occupé par les champs de blé du mochav Ouzza. La localité est aux environs immédiats de Kyriat Gat qui sera la métropole de la nouvelle ville. Un accès direct est d’ailleurs déjà planifié. L’ensemble du conseil régional occupe 160 000 dounam, à comparer aux pauvres 7 400 dounam de Bené Brak qui a une population de 200 000 personnes ! Le projet de la nouvelle ville de Shafir s’est vu attribuer 4 400 dounam, dont la moitié pour des logements et l’autre pour une zone d’activité. Bordée par une forêt de plusieurs centaines de dounam qui sera son poumon vert, la nouvelle ville s’étendra dans un cadre champêtre. Les 9 356 logements déjà prévus devraient être proposés à la vente dans les deux ans qui viennent.

Aux cours d’une visite sur les lieux du projet, le rav Ya’akov Asher, député de Degel haTora et ancien maire de Bené Brak, a déclaré que « nous pouvons absolument accorder une bonne note au gouvernement actuel … du moins pour l’instant ». Il s’est également félicité de l’action décisive du ministre le rav Aryéh Derhy qui a su mobiliser les services de l’Etat pour faire passer le projet : « Il lui revient un très grand yichar koya’h ! On se souviendra sans aucun doute de lui comme celui qui a posé la pierre de fondation d’une solution pour l’ensemble du public harédi ». Aryeh Derhy a d’ailleurs lui-même souligné, au cours du dernier congrès de Schas que « nous avons l’intention d’établir un comité de pilotage du projet au sein du conseil régional où seront représentées toutes les tendances orthodoxes, séfarades, lithuaniennes, hassidiques, et de commencer la commercialisation immédiatement. »

הנה מה טוב ומה נעים שבת אחים גם יחד !

Tout est bien lorsque les frères s’asseyent ensemble !

 

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire