L’AP intensifie sa répression contre les journalistes palestiniens

L’AP intensifie sa répression contre les journalistes palestiniens

0
51
Palestinian plain-clothed security officers detain a man during a demonstration in the city of Ramallah in the occupied West Bank, on June 26, 2021, to protest the death of human rights activist Nizar Banat while in the custody of Palestinian Authority (PA) security forces. - Thousands of mourners attended on June 25 the funeral of the 43-year-old Banat, a day after he died in custody following his violent arrest by Palestinian security forces, which sparked outrage in the occupied West Bank. He was known for social media videos denouncing alleged corruption within the PA. (Photo by Ahmad GHARABLI / AFP) (Photo by AHMAD GHARABLI/AFP via Getty Images)

La Journée internationale de la persécution des journalistes palestiniens

Le 26 septembre marquait la Journée internationale de solidarité avec les journalistes palestiniens. Comme les années précédentes, les organisations anti-israéliennes ont profité de l’occasion pour lancer des accusations fausses et diffamatoires contre Israël, y compris le mensonge selon lequel les Israéliens cibleraient intentionnellement les journalistes palestiniens.

Il va sans dire qu’Israël ne cible aucun journaliste. Les journalistes qui choisissent de couvrir un conflit violent peuvent souvent se retrouver pris entre deux feux. Si des journalistes sont tués ou blessés, ce n’est pas parce que l’armée israélienne a ordonné à ses soldats de les prendre pour cible. C’est parce que les journalistes étaient au mauvais endroit, au mauvais moment. Tout journaliste qui pénètre dans une zone de guerre est conscient des risques encourus.

Notamment, tandis que les groupes anti-israéliens continuent de dénoncer Israël, l’Autorité palestinienne (AP) a intensifié sa répression contre les journalistes palestiniens en Cisjordanie.

Les mêmes groupes qui condamnent Israël depuis longtemps ignorent les attaques de l’Autorité palestinienne contre les libertés publiques, y compris contre ses propres médias, ainsi que l’arrestation et le harcèlement des journalistes palestiniens. Ces groupes anti-israéliens ne se soucient pas du bien-être et de la sécurité des journalistes palestiniens. Ce qui les intéresse, c’est de saccager Israël.

En ignorant les souffrances des journalistes palestiniens aux mains de leurs propres dirigeants, la communauté internationale permet à l’Autorité palestinienne de poursuivre ses efforts pour arrêter et intimider les journalistes palestiniens, ainsi que les enseignants, les militants des droits de l’homme, les hommes d’affaires et les étudiants universitaires. L’Autorité palestinienne sait qu’elle peut arrêter n’importe quel journaliste sans avoir à répondre de ses actes.

La répression exercée par l’Autorité palestinienne contre les journalistes et les militants politiques fait partie d’un effort continu visant à faire taire et à intimider ses détracteurs.

Les dirigeants palestiniens ont montré à plusieurs reprises qu’ils rejetaient toute forme de critique dirigée contre eux. La seule critique qu’ils acceptent est celle dirigée contre Israël. Les dirigeants palestiniens ne sont pas différents de la plupart des chefs d’État arabes dont les gouvernements contrôlent les médias, qui servent de porte-parole aux régimes arabes.

L’Autorité palestinienne sait également qu’elle peut envoyer ses agents tuer quiconque ose dénoncer la corruption financière ou l’abus de pouvoir sans avoir à répondre de ses actes devant la communauté internationale. C’est ce qui est arrivé à Nizar Banat , un éminent militant politique et des droits humains, qui a été arrêté et battu à mort par des agents de sécurité palestiniens en juin 2021.

Banat était un critique bien connu de l’AP. Bien que deux ans se soient écoulés depuis son assassinat brutal, aucun des policiers impliqués dans l’incident n’a été poursuivi. Selon Heba Morayef, directrice régionale d’Amnesty International pour le Moyen-Orient :

« Il y a deux ans, Nizar Banat a été arrêté et battu à mort alors qu’il était détenu par les forces de sécurité palestiniennes. Depuis lors, les autorités n’ont pas demandé de comptes aux responsables de son arrestation et de son agression.

« Les retards répétés et injustifiés, l’absence d’enquête sur les officiers supérieurs et la campagne continue d’intimidation et de harcèlement contre les membres de la famille de Nizar Banat témoignent d’un stratagème orchestré par les autorités palestiniennes pour dissimuler le crime et échapper aux responsabilités.

La dernière victime de la répression de l’Autorité palestinienne est le journaliste palestinien Tariq al-Sarkaji, un résident de Naplouse, en Cisjordanie.

Ironiquement, l’arrestation d’al-Sarkaji a coïncidé avec la Journée internationale de solidarité avec les journalistes palestiniens. L’Autorité palestinienne n’a donné aucune raison pour laquelle al-Sarkaji avait été arrêté. Le 27 septembre, un jour après la Journée internationale de solidarité avec les journalistes palestiniens, un tribunal de l’AP a prolongé sa détention de 15 jours.

Le groupe Avocats Palestiniens pour la Justice a condamné l’arrestation d’al-Sarkaji comme étant « illégale et arbitraire » et a appelé à sa libération inconditionnelle et à la fin de la persécution des journalistes et de la répression des libertés des médias en Cisjordanie. Le groupe a déclaré que le maintien en détention d’al-Sarkaji vise à entraver le travail des journalistes et constitue une violation de la liberté de la presse.

Al-Sarkaji n’est pas le seul journaliste palestinien arrêté par les forces de sécurité palestiniennes. Ces dernières semaines, plusieurs autres journalistes ont également été arrêtés. Il s’agit notamment de Sami al-Sa’i, Mohammed Shawasha, Jarrah Khalaf, Hatem Hamdan, Akeel Awawdeh, Ahmed al-Bitawi et Muath Washha.

Le Centre palestinien pour le développement et la liberté des médias (MADA) a condamné l’arrestation du journaliste indépendant Jarrah Khalaf par le service de renseignement militaire palestinien le 4 septembre. Le groupe a déclaré que Khalaf, 23 ans, avait été convoqué pour un entretien au quartier général du renseignement militaire de la ville. de Jénine. Le lendemain, il a été présenté au parquet de Jénine et inculpé de « possession d’armes ». C’est une accusation que l’Autorité palestinienne utilise souvent pour justifier l’arrestation de journalistes et de militants politiques. MADA a déclaré qu’elle considérait avec une extrême gravité l’arrestation du journaliste et a appelé à sa libération immédiate et inconditionnelle. Il a appelépour mettre fin à la répression contre les journalistes, qui s’est considérablement accrue ces derniers temps. Le groupe a également exhorté les institutions des droits de l’homme à assumer leurs responsabilités face à la « détention politique de journalistes palestiniens par l’Autorité palestinienne ».

« Le phénomène d’arrestation de journalistes par les services de sécurité palestiniens représente une politique dangereuse », a déclaré le Forum des journalistes palestiniens dans un communiqué du 15 mars 2023. Le forum a appelé l’Autorité palestinienne à « mettre fin à ses violations contre les hommes et les femmes ». journalistes et de les libérer immédiatement. »

C’est une triste vérité que, trois décennies après la création de l’Autorité palestinienne, les Palestiniens ne disposent toujours pas de médias libres et indépendants.

C’est une autre triste vérité que les journalistes palestiniens sont arrêtés et intimidés par les forces de sécurité de l’AP pour le crime d’exercer leurs fonctions. Les Palestiniens qui souhaitent pratiquer un véritable journalisme sont obligés de chercher du travail dans les médias israéliens et étrangers, où ils jouissent de bien plus de liberté que dans leurs propres médias.

Une vérité encore plus triste est que la plupart des organisations internationales de défense des droits de l’homme ne se soucient pas des abus perpétrés contre les journalistes palestiniens par leurs propres dirigeants.

JForum avec  Bassam Tawil  www.gatestoneinstitute.org
Bassam Tawil est un Arabe musulman basé au Moyen-Orient .
Sur la photo : des agents de sécurité de l’AP en civil ont battu un homme à Ramallah le 26 juin 2021, lors d’une manifestation pour protester contre la mort du militant des droits humains et politique Nizar Banat alors qu’il était sous la garde des forces de sécurité de l’AP. (Photo d’Ahmad Gharabli/AFP via Getty Images)

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop