Lapid fait scandale à la Knesset : « On trouve ici des disciples de Yigal Amir »

0
35

La journée commémorative annuelle de l’assassinat du Premier ministre Rabin a également déclenché une série de tempêtes politiques cette année. Le vice-Premier ministre Lapid est monté sur le podium du plénum et a attaqué les militants de droite à la Knesset : « Les descendants idéologiques de Yigal Amir siègent aujourd’hui à la Knesset d’Israël. »

Be’hadré ‘Harédim

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a provoqué un tollé lors de la cérémonie à la mémoire du Premier ministre Yitz’hak Rabin, déclarant que les descendants idéologiques du meurtier du Premier ministre siégeaient aujourd’hui à la Knesset.

« Les descendants idéologiques de Yigal Amir siègent aujourd’hui à la Knesset d’Israël », a déclaré le ministre Lapid. « Les descendants idéologiques de Yigal Amir gagnent en légitimité, accueillent des invités dans tous les studios. Si nous n’avions pas fait le miracle du changement de gouvernement, ils seraient désormais ministres du gouvernement. »

Dans son discours, Lapid a affirmé que ce n’était pas la droite qui avait assassiné l’ancien Premier ministre Rabin, mais les anti-démocrates. Il a comparé la situation politique actuelle à ce qu’elle était il y a 26 ans : « C’était l’élection. C’est la division. Pas la gauche et la droite – ceux qui croient en la démocratie contre ceux qui en ont marre de la démocratie. Ceux qui veulent s’unir les gens, ceux qui veulent le démanteler. »

Les remarques de Lapid ont fait sensation dans le plénum et les membres de la Knesset ont interpelé Lapid durant son intervention, et ont même appelé le Premier ministre à condamner les remarques de Lapid. « Le point noir et la responsabilité de l’incitation contre la droite et le public religieux sont entre les mains de Bennett », a-t-on soutenu.

LIRE  Manifestations à Gaza : chronique d’un échec annoncé

Le chef de l’opposition a expliqué dans son discours pourquoi il avait boycotté la cérémonie d’État sur le mont Herzl. « Je dois vous dire quelque chose que j’ai sur le cœur. Depuis 26 ans, année après année, il y a eu ceux qui profitent des jours de commémoration pour Yitz’hak Rabin pour taper sur une grande partie du peuple et sur ceux qui les représentent.

« Au fil des années, j’ai entendu lors de ces événements des propos injurieux et faux sur le camp que je représente et aussi sur moi personnellement, mais j’ai serré les dents, je me suis retenu. J’ai rempli mon devoir d’être là en tant que Premier ministre selon le protocole de l’État. » Netanyahu a ajouté et piqué son prédécesseur dans le rôle de Lapid : « Il y a des dirigeants de l’opposition ici qui ont boycotté d’autres jours de commémoration et dont on ne parle pas. »

Dans son discours lors de la cérémonie, Netanyahu a également attaqué le Premier ministre Naftali Bennett : « Nous n’échangeons pas nos points de vue sur les chefs d’État conformément à la mode de l’époque et à l’ordonnance sur les médias. Nous ne pensons pas non plus aux mêmes concepts de légalité et de légitimité. Avec 10 sièges, pas avec 6, ce n’est pas légitime et ce n’est pas démocratique. » Sur les remarques de Lapid, Netanyahu a déclaré : « Ne nous prêchez pas en faveur de la démocratie. »

La personne qui a boycotté la cérémonie en plénum était le député Itamar Ben Gvir : « Le meurtre est un meurtre et doit être condamné et contesté dans tous les cas. En même temps, la gauche n’a pas tiré la leçon de l’assassinat de Rabin et continue d’inciter contre tous ceux qui ne pensent pas comme elle, la fille et les petits-enfants de Rabin incitent contre le leader de l’opposition, et Nitzan Horowitz n’oublie pas de crier pour un « représentant kahaniste » à la Knesset, alors qu’il siège lui-même avec les Frères musulmans et collabore avec des ennemis d’Israël qui veulent détruire le pays. Alors la coalition et nous sommes désolés qu’au lieu de faire du calcul mental, ils continuent à inciter. C’est vrai, le meurtre est un meurtre, c’est un meurtre et aucun Juif ne devrait lever la main sur un autre Juif « .

LIRE  Quand la nausée abonde…

Aucun commentaires

Laisser un commentaire