Lapid précise : « Je suis en faveur des orthodoxes au gouvernement, mais il est difficile de faire bouger Lieberman »

0
93

« Si un député ultra-orthodoxe vient demain et nous présente un réel besoin, nous l’examinerons sérieusement », a déclaré Yair Lapid dans une interview ce soir, lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait donné un « pot-de-vin » politique à la députée Zoabi en échange de son retour à la coalition | Il a en outre affirmé qu’Israël n’était pas contre un accord nucléaire et a évoqué ses chances de devenir Premier ministre.

Be’hadré ‘Harédim – ‘Hizky Neuman

Le ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre Yair Lapid a été interviewé ce soir (mercredi) par Raviv Drucker dans l’édition principale de News 13 et a abordé des questions brûlantes sous l’autorité de son ministère, telles que l’accord nucléaire avec l’Iran, ainsi que les problèmes de coalition et ses chances de rejoindre le bureau du Premier ministre.

« Il y a de bonnes chances », estime Lapid sur la possibilité qu’il entre à Balfour d’ici la date fixée en 2023. « La vie m’a appris à faire attention aux prédictions. Je pense que les chances sont bonnes. J’ai conclu un accord politique auquel je crois. Il est temps que celui qui dirige le pays en soit le centre. »

Les orthodoxes rejoindront-ils la coalition ?

Concernant la possibilité d’intégrer des partis orthodoxes dans la coalition, le président de Yesh Atid a déclaré : « Sont-ils prêts à adhérer à nos directives de base ? Je suis favorable à leur entrée,  je féliciterai tout parti qui voudra adhérer, mais il devra comprendre que les lignes de base doivent être respectées. Nous ne déplacerons pas Lieberman du ministère des Finances. C’est difficile de bouger Yvet s’il n’est pas d’accord. »

LIRE  L'hypocrisie musulmane face aux détecteurs de métaux au Mont du temple

Sur la coopération avec Ra’am au sein de la coalition, il a continué à se féliciter et à critiquer vivement l’opposition : « Nous sommes sur le point de clôturer un an au gouvernement. C’est difficile sur le plan culturel parce qu’il y a une incitation terrible. Je regarde ce qui vient de l’opposition. On ne dit plus partisans du terrorisme. On dit Arabes. Il y a besoin de faire le changement. C’est dur et long et ça ne se fait pas en un jour. Nous avons brisé ce mur selon lequel Juifs et Arabes ne siégeront jamais dans un seul gouvernement. »

Lapid a commenté la critique à son encontre au sujet de l’argent qu’il a transféré à la députée Zoabi Meretz pour son retrait de sa démission et a déclaré que c’était de l’argent qui avait été promis dès le départ pour les besoins essentiels, « même si un député orthodoxe vient demain et nous présente un réel besoin public ses besoins publics – nous y réfléchirons sérieusement ».

La marche du drapeau passera par la porte de Naplouse – Ben Gvir : Provocateur

Plus tard dans l’interview, Yair Lapid a évoqué les tensions sécuritaires avant la Journée de Jérusalem et le défilé de drapeaux dans la capitale. « Je soutiens la décision sur la disposition du défilé. Je ne serai pas convaincu qu’un Israélien n’est pas autorisé à agiter le drapeau israélien le jour de Jérusalem dans la capitale israélienne », a déclaré Lapid. « C’est au-delà de la discussion sur la souveraineté. C’est une chose fondamentale. Nous sommes autorisés à défiler dans notre capitale avec les drapeaux de l’État. »

LIRE  Islamisation: Erdogan construit un réseau de partis politiques à sa main en Europe

Le ministre des Affaires étrangères a attaqué Ben Gvir : « Il y a des provocateurs. Il y a quelques semaines, Ben Gvir n’a pas été autorisé à atteindre la porte de Naplouse. Certaines personnes y viennent pour enflammer le Moyen-Orient et déclencher la guerre de Gog et Magog. Mais le défilé du drapeau sur Jérusalem aura lieu. »

Israël n’est pas contre l’accord nucléaire

Lapid a fait référence à l’accord nucléaire et a déclaré: « L’accord nucléaire n’a pas été signé à ce jour parce que principalement les États-Unis et l’Iran sont coincés dans une série de différends, y compris le refus américain où nous avons été très impliqués pour nous assurer que les gardiens de la révolution ne soient pas retirés de la liste des terroristes. Notre implication est discrète et est là tout le temps. Nous avons décidé dès le premier jour de produire une ébauche de dialogue constant avec les Américains. Nous ne sommes pas d’accord avec la tentative même de revenir à un accord qui est mauvais, mais pas de rompre les liens. »

« Israël n’est pas contre un accord. Il est contre cet accord. Ce n’est pas un accord hermétique. Il ne nous protège pas hermétiquement de l’idée que l’Iran deviendra un État nucléaire. Je ne suis pas contre un accord. Il faut faire tout le possible pour empêcher l’Iran de devenir nucléaire. »

La coalition a connu pas mal de crises depuis sa création. Ce n’est que récemment qu’Idit Silman s’en est dégagée, après quoi Jida Rinawi-Zoabi a menacé de faire la même chose et est revenue. Aujourd’hui, Michael Bitton a annoncé qu’il cesserait de voter avec la coalition et Sharan Hashakel a voté contre la loi Ra’am. Une autre cause qui pourrait faire obstacle au gouvernement est l’évacuation de ‘Homech ».

LIRE  Crise Israël-Turquie: les motifs de la modération israélienne mis à mal

Aucun commentaires

Laisser un commentaire