L’armée russe a perdu environ 40 000 soldats dans les combats en Ukraine

0
70

On estime que 40 000 soldats russes ont été tués, blessés ou faits prisonniers depuis l’invasion de l’Ukraine il y a quatre semaines, et l’OTAN a annoncé que ce nombre élevé a eu un impact majeur sur le moral des forces du président Vladimir Poutine.

Des dizaines de milliers de soldats russes ont été tués, blessés ou faits prisonniers en seulement quatre semaines, et depuis l’échec de l’invasion de l’Ukraine par Poutine, le moral des soldats a été gravement endommagé.

Le Daily Mail a rapporté cette semaine qu’une nouvelle estimation du nombre de blessés et de prisonniers amène le chiffre ahurissant qu’entre 30 000 et 40 000 soldats russes ont été évincé au cours de la campagne militaire. Certains experts militaires estiment que la mission de la Russie ne sera pas viable si les pertes grimpent à 30 % de sa puissance, soit quelque 60 000 personnes. La colère de Poutine monte alors que ses forces continuent de se tenir à des kilomètres de Kiev, Kharkiv et Tchernihiv. Dans le sud, ils ont réussi, mais à un prix « terrible ».

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a admis que l’ampleur des sanctions occidentales avait stupéfié le Kremlin. « Lorsque l’Occident a gelé les réserves de la banque centrale, personne n’avait prévu que les sanctions que l’Occident adopterait en arriveraient à un tel point », a-t-il déclaré aux étudiants universitaires.

La question suivante : est-ce que Poutine va utiliser des armes nucléaires ?

Une équipe de hauts responsables de la sécurité a été formée par la Maison Blanche pour examiner des scénarios extrémistes dans la guerre entre l’Ukraine et la Russie, y compris l’utilisation d’armes nucléaires, chimiques et biologiques par Poutine. L’équipe discute également de la possibilité que la Russie envahisse des pays autres que l’Ukraine. Les scénarios devraient être utilisés dans la rencontre de Biden avec de hauts responsables de l’OTAN.

LIRE  Israël ouvre un bureau consulaire dans l’île de Mindanao aux Philippines

La Maison Blanche a nommé une équipe spéciale qui se prépare actuellement à des scénarios extrêmes qui pourraient survenir pendant la guerre, y compris l’utilisation d’armes chimiques. Cela a été rapporté dans le New York Times.

L’équipe est composée de hauts responsables de la sécurité, discutant de la réponse évidente que les États-Unis devraient adopter au cas où le président russe déciderait d’agir de manière extrême.

Parmi les déploiements possibles, en figure également un pour l’utilisation d’armes navales, biologiques ou nucléaires, une possibilité susceptible de préoccuper les Américains. C’est après qu’il a également été signalé que la Biélorussie autoriserait les Russes à déployer de telles armes sur son territoire.

D’autres préparatifs concernent la possibilité que Poutine décide d’étendre l’invasion, de s’écarter de l’Ukraine et d’envahir les territoires de l’OTAN et d’attaquer les livraisons d’armes et l’aide à l’Ukraine.

L’équipe discute également des préparatifs pour la possibilité que la Russie étende les combats et envahisse également la Moldavie ou la Géorgie, ainsi qu’un scénario dans lequel l’Europe aura du mal à gérer le nombre de réfugiés.

Ces scénarios devraient être au cœur des réunions du président Joe Biden avec les dirigeants de l’OTAN aujourd’hui à Bruxelles.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire