L’avenir du « sultan turc » en danger ?

0
81

Trois partis de gauche en Turquie sont parvenus à un accord pour se présenter ensemble sur une seule liste aux élections qui devraient avoir lieu le 18 juin 2023 contre le président actuel. C’est ce qu’a rapporté vendredi le journal Jumhurheit.

Ce ne sont pas les principaux partis d’opposition, le Parti républicain du peuple et le « Bon Parti », mais des partis qui sont considérés à Ankara comme formant la gauche déclarée : le Parti populaire pro-kurde, le Parti des travailleurs turcs et le parti de gauche Sol.  Précisément parce qu’il s’agit de partis qui n’affrontent pas le Parti de la justice et du développement de Recep Tayyip Erdogan pour les mêmes votes potentiels, cela inquiète le président, car l’alliance entre les trois partis peut empêcher une situation où l’un d’eux reste en dessous du niveau de blocage élevé, à dix pour cent.

Dans le même temps, le grand danger d’Erdogan pour sa position de président aux élections directes est l’« Alliance du peuple » du Parti républicain du peuple dirigé par Kamal Kilicdraulo, et le parti dirigé par Marel Aksner, dont le candidat contre Erdogan, du moins selon aux sondages d’opinion, peut battre le bloc technique. L’Alliance du peuple d’Erdogan avec le Parti du mouvement national.

« L’objectif du Parti démocratique du peuple en créant le bloc de gauche est de réfréner les affirmations selon lesquelles il est un ‘partenaire secret’ des Nations Unies », a rapporté Jumhourheit. Cependant, le Parti populaire démocratique, d’autant plus sous le « parapluie » du bloc de gauche, peut soutenir (quoique à distance) les Nations Unies – dans le but de vaincre Erdogan.

LIRE  «L'antisémitisme est au plus bas dans le pays», annonce le Grand rabbin de Russie

Aucun commentaires

Laisser un commentaire