L’avertissement ciblé à Amir Ali Hajizadeh

0
217

Les missiles de croisière ont frappé le siège des forces aériennes de l’IRGC en Syrie – un coup dur pour les plans iraniens du Moyen-Orient

Le chef de l’armée des forces aériennes des Gardiens de la révolution iranienne, le général Amir-Ali Hajizadeh, a échappé au sort des «trois étrangers» tués lorsque 3-4 missiles de croisière ont décollé de navires de guerre flottant au large des côtes syriennes, dimanche soir, 22 décembre, et se sont écrasées sur son Siège syrien à Agraba, au sud de Damas. Mais les trois victimes étaient presque certainement des officiers des forces aériennes, ce qui a déclenché des informations erronées selon lesquelles le général était parmi eux.

Le coup est clairement venu frapper trop près de sa zone de confort. Indiquant que quelque chose d’important venait de se produire, Téhéran est allé vite pour limiter les dégâts. En quelques heures, l’agence de presse iranienne IRNA a informé les journalistes que le général Hajizadeh “est en parfaite santé”, tout en affirmant également que les cibles de l’attaque au missile s’étalaient de la tombe de la Sainte chiite Seyyeda Zeinab au sud de Damas jusqu’à la grande base aérienne T-4 près de Homs.

Même si le général de l’IRGC Air Force en a réchappé indemne, les missiles frappant son quartier général syrien portaient ce message : «Nous savons exactement où vous êtes et nous suivons vos moindres mouvements. Soyez-en averti. » Le général Hajizadeh, révèlent nos sources, a été, entre autres, le maître-planificateur, qui a conçu et supervisé dans les moindres détails l’exécution de l’énorme attaque iranienne de drones-missiles de croisière contre les infrastructures pétrolières saoudiennes le 14 septembre, qui a, en grande partie, mis hors service la moitié de la production de pétrole de l’Arabie saoudite.

LIRE  Goldnadel : «En Iran, la France préfère avoir tort avec Obama que raison avec Trump»

La partie non identifiée qui a attaqué dimanche son quartier général syrien le mettait en garde contre la répétition de son exploit saoudien partout au Moyen-Orient, notamment en Israël. S’il devait néanmoins réessayer, il a été dûment informé qu’il en paierait le prix fort. La frappe de missiles de dimanche a donc élevé la lutte entre les États-Unis et Israël d’une part, et l’Iran de l’autre à un nouveau niveau, les deux parties étant prêtes et disposées à frapper les principaux atouts stratégiques de leur adversaire.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire