Le bout du tunnel ?

0
664

L’un des événements qui a perturbé la vie politique du pays a été le rapport du contrôleur de l’Etat, Yossef Shapira, concernant le conflit de Tsouk étan.

 

Les groupes cherchant à faire tomber Netaniahou ont évidemment fêté l’événement, espérant par ce biais réussir dans leurs projets. Mais, et c’est remarquable, une fois de plus, leur enthousiasme les a fait totalement rater l’effet attendu : ils n’ont pas attendre avec calme le jour de la publication du rapport pour que l’effet tant attendu par eux se concrétise, mais ils n’ont eu cesse de dévoiler divers éléments de ce rapport, faisant que, le jour de sa publication, le public n’avait plus aucun intérêt à en prendre connaissance, tant tout était déjà connu, et n’intéressait plus personne !

 

Mais sur le fond, il ressort tout de même un point plus qu’inquiétant de ce rapport : un grand débat a perturbé alors les responsables de l’Etat, quand, en particulier, le ministre de la Défense d’alors, Ya’alon, était d’avis qu’il ne faut pas traiter des tunnels en provenance de la Bande de Gaza à même le sol, mais uniquement par l’intermédiaire de l’armée de l’air. C’est vrai que cela a coûté moins de vies humaines, mais seulement la moitié des tunnels a été alors détruite, et il en reste un grand nombre, qui ne fait qu’augmenter avec le temps.

Car tel est le tableau qui nous attend, que D’ nous en préserve, pour une prochaine guerre : la guerre des tunnels ! Le ‘Hamas investit des sommes folles pour en creuser d’autres, sentant que c’est le seul axe dans lequel il a une quelconque chance d’arriver à battre Israël : qu’on se souvienne de la capture du seul soldat d’alors, Guil’ad Shalit, en 2006, et du millier de prisonniers palestiniens libérés pour obtenir sa libération…

LIRE  Bolsonaro, ce président que les médias adorent nazifier

Le ‘Hamas a parfaitement repéré notre faiblesse stratégique, celle de tenir à toute personne, vive ou morte, et d’être prêt à rendre une quantité inouïe d’ennemis et de terroristes pour la récupérer. C’est tout à l’honneur du peuple juif, mais…

 

Que peut-on faire contre les tunnels ? Récemment, Iyov Kara a déclaré contre le dirigeant du ‘Hezbolla, qui se terre depuis quelques années dans un bunker de peur d’être frappé par les armes israélienne, qu’il suffira sous peu un seul robot israélien pour se rendre dans son lieu de refuge et en finir avec lui et ses hommes. Il se peut que Kara a livré là un secret militaire, et aurait fait part officiellement de préparatifs innovants dans ce domaine, mais la question est de savoir quand de tels appareils seront prêts pour le combat – sans doute pas dans l’immédiat.

On sait également dans le monde que diverses places de préparation à la lutte souterraine sont actuellement utilisées – et les armées d’autres pays s’intéressent déjà à les visiter.

 

La guerre moderne serait-elle souterraine ?

Semble-t-il, sachant que c’est le seul domaine dans lequel le ‘Hamas a une certaine supériorité stratégique, il a lancé une opération de très grande envergure pour faire avancer le plus vite possible ses projets de creusement de tunnels – on admet que le sous-sol de Gaza n’est pas moins creux que celui de Paris, contenant un ensemble de réseaux et de galeries liés les uns aux autres.

Certains se moquent même du projet actuel de métro à Tel Aviv : dommage de ne pas faire appel aux ouvriers des tunnels de Gaza, car ils savent avancer avec une vitesse que ceux de Tel Aviv sont loin d’égaliser…

LIRE  Y a-t-il un problème de place dans les cimetières juifs ?

 

Le rapport de Shapira semble surtout se préoccuper de ce qui s’est passé voici quelques années lors du conflit Tsouk étan. Il se peut qu’il eut été bien plus positif de s’intéresser aux préparatifs matériels d’Israël face aux menaces actuelles.

Pour notre part, il n’est pas du tout déplacé de prier déjà pour que l’Eternel continue à nous accorder Sa protection, pour tout danger que ce soit !

 

 

 

 

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire