Le député Israël Eichler : « La dictature de Lapid »

2
298

Le député Israël Eichler décrit le camp qui a perdu les élections, à sa manière connue pour être très haute en couleur : « S’ils faisaient partie du groupe Trump, ils envahiraient la Maison Blanche. Toute la mafia démocratique hurle comme des bêtes blessées dont la proie a été arrachée des dents » • Eichler prévient : « Nous ne devons pas sous-estimer leurs menaces. Car malgré les élections aux urnes, ils ont l’hégémonie. Les systèmes de gouvernement pratique restent entre leurs mains ».

Be’hadré ‘Harédim – A la Knesset Photo : Noam Moshkowitz, porte-parole de la Knesset

Il y a plus d’un mois, des élections ont eu lieu dans le pays. Plus de deux millions de Juifs ont voté pour les partis de droite et religieux. Naïvement, les électeurs pensaient que le gouvernement était passé entre leurs mains et que les membres de la religion « démocratique » allaient accepter la décision des électeurs, ce qui créait une « révolution de gouvernement ». Après tout, ils n’ont pas d’autre religion que la « démocratie ». Ce sont des rebelles contre toutes les religions et constitutions juives. Ils violent toutes les lois de la Tora et s’opposent à toutes les mitsvoth et obligations juives. Tout cela au nom de la démocratie. Selon leur foi, seul ce que les électeurs et les élus déterminent est la loi et la justice. Ils annoncent haut et fort : « Etat de droit » ! Malheur à ceux qui sont surpris en train d’enfreindre leur foi. Alors leur sort est scellé : la prison et des amendes, des procès et des enquêtes. Et chez nous, des élections ont eu lieu et les dirigeants progressistes de la « démocratie » et leurs assistants se sont rebellés contre la décision du peuple. S’ils avaient eu Trump, ils auraient envahi la Maison Blanche. Toute la mafia démocratique hurle comme des bêtes blessées dont la proie a été arrachée des dents. Seul le public naïf en est surpris : après tout, « le peuple s’est exprimé » ?

Nous devons être conscients de cette réalité pour lui faire face. S’ils le pouvaient, ils nieraient le « droit de choisir » de chaque Juif croyant à la Tora. Jabotinsky a déjà écrit que les Juifs barbus ne méritaient pas d’être élus dans le futur État. Ils ont déjà essayé de nombreuses méthodes et études. Des instituts financés par les fonds des réformateurs de la diaspora, traitent de la question de savoir comment affaiblir la voix du public orthodoxe. Une loi sur « l’élection directe du Premier ministre » a été promulguée pour le libérer des mains des orthodoxes. Les orthodoxes n’ont fait que se renforcer et le Shas est passé à 17 sièges. C’est pourquoi ils ont rendu le système électoral aux partis. Ils ont également augmenté le pourcentage d’obstruction, ce qui ne les a pas aidés non plus.

LIRE  Même l'aéroport Ramon, à proximité d'Eilat, menacé ?

Beaucoup de Juifs qui croient en D’ et en Ses enseignements n’ont pas encore intériorisé la façon dont le mot « démocratie » est interprété dans le camp réformateur-progressiste. Les innocents attendent d’eux qu’ils respectent la démocratie et qu’ils nous permettent de promulguer des lois qui empêchent les décrets du régime laïc. Mais il y a là une erreur fondamentale : la « démocratie » pour eux n’est pas « la règle de la majorité tout en préservant les droits de la minorité ». C’est un faux nom de couverture qu’ils utilisent tant qu’ils sont au pouvoir. Dès qu’ils perdent la confiance des électeurs, ils dévoilent leur interprétation de la démocratie. « La démocratie = la règle de l’hérésie et la culture de l’abomination ». Toute personne qui croit en D’ et en Ses enseignements ou aux valeurs de moralité et d’honnêteté, est par essence « l’ennemi de la démocratie ». Vous devez vous battre contre lui avec tous les outils nécessaires. Que D’ nous protège, que nul ne prononce ici le Nom de D’ ! Les concepts d' »égalité » ne sont pas non plus liés à la comparaison du droit d’une personne religieuse à des droits égaux à une « personne éclairée ».

Selon eux, l’éducation à la Tora juive ne doit pas être budgétisée par nos impôts. Depuis la création de l’État, nous avons construit de grandes écoles avec notre argent et payé des salaires élevés à nos enseignants. Les enfants de l’école étaient assis sur des bancs en bois et les enseignants n’avaient pas de pain pour leurs enfants. Mille excuses, critères, lois et règlements ont été écrits par eux pour établir légalement des décrets de discrimination et d’exclusion et de famine des un million d’enfants orthodoxes et leurs parents selon la loi et les règlements. Alors que nous leur payons de lourds impôts pour verser des dizaines de milliards par an pour l’éducation générale, de la maternelle aux universités. Ils vivent de notre argent et mentent pour dire qu' »ils subviennent aux besoins des orthodoxes ».

LIRE  Les pro-palestiniens menacent la plus grande pharmacie de Lyon car elle vend du Téva

C’est déjà un jubilé et demi, le peuple d’Israël est sous sa main cruelle. La classe dirigeante mène des programmes de discrimination contre les enfants orthodoxes et les enfants des pauvres, selon tous les livres de loi comme Sodome et Gomorrhe. L’enfant juif et le vieil homme manquent de droits de l’homme, par rapport à leurs « gros enfants », depuis le jour de sa naissance jusqu’à la vieillesse et retour.

« Il n’y a de pauvre qu’en pensée ». Nous devons écouter les cris de la fracture sur le danger pour la « démocratie ». Ils se rebellent contre la perte des partis réformistes aux élections. Ils déclarent la guerre jusqu’à la victoire. Leurs menaces ne doivent pas être sous-estimées. Car malgré les élections aux urnes, ils ont l’hégémonie. Les systèmes de gouvernement pratique restent entre leurs mains. Ils estiment que la démocratie et les résultats des élections peuvent affaiblir leur emprise sur la classe dirigeante et c’est pourquoi ils se battent. Non pas qu’ils manquent de quoi que ce soit en salaire ou en budget. Ils ont déjà prouvé qu’ils étaient capables d’utiliser les médias soviétiques et les tribunaux communistes. Les fonctionnaires du gouvernement dictatorial travaillent contre le gouvernement élu. Tout cela au nom de la « démocratie ». Quiconque vit en tant que Juif en Terre Sainte n’a droit à rien. Seul ce que les Palestiniens ont, les citoyens de l’État, est ce que les orthodoxes recevront et moins.

Les noms sont familiers et connus. Ceux qui dirigent le pays sont les mercenaires des réformateurs et les « chercheurs de paix » des fonds de l’Union européenne. Ils ont planté leurs employés dans tous les centres du régime et des médias. Leur ambition et leur désir de vivre dans une mauvaise culture, comme la pire des pays riches d’outre-mer. La plupart des fonctionnaires gagnent leur vie grâce à des fonds publics appelés « salaire » dans le secteur public. Les « travailleurs du secteur public » ne vivent que de l’argent de nos impôts. La majeure partie du chômage caché des travailleurs qui ne travaillent pas et perçoivent des allocations de chômage, dans les catégories de salaires élevés, se trouve dans le secteur public. Le secteur privé ne paiera pas de salaire à une personne qui vient travailler mais qui ne travaille pas et qui n’a pas de productivité au travail. La liberté d’expression n’est autorisée que pour l’incitation contre le judaïsme. Verser le sang de toute personne religieuse est autorisé. Malheur à ceux qui osent lever le petit doigt contre l’hégémonie au pouvoir du règne des juges, les juges de Sodome et Gomorrhe et les dirigeants du Kremlin médiatique. « Démocratie et égalité », c’est un ancien slogan de bataille de la révolution soviétique en Grande Russie, qui a régné pendant soixante-dix ans sur des centaines de millions de personnes. C’est ainsi qu’ils veulent voir l’État d’Israël s’établir dans la guerre contre son identité juive. Il faut se rappeler que dans chaque camp il y a beaucoup de bonnes personnes et quelques mauvaises personnes, et ce sont les hommes de la cour.

LIRE  Le Mossad cherche à recruter via Netflix, Hulu et Apple TV

À la lumière des jours de Hanoucca, les orthodoxes vaincront ces « sionistes », comme alors.

2 Commentaires

  1. Cet article est outrancier et ne reflète pas la réalité. Il ne fait qu’attiser la haine gratuite.
    La difficulté est de promouvoir les idéaux de la Tora sans violence et sans agressivité par l’exemple et l’enseignement. Il y a beaucoup d’ignorance.

    • Nous avons souligné le fait que ce député est connu pour son langage virulent. D’un autre côté, il habite en Erets Israël, il vit le pays, il oeuvre à la Knesset, et s’il se permet un tel langage, c’est qu’il comprend que c’est utile. Faisons-lui confiance que c’est un genre qu’il faut savoir aussi utiliser sur la place publique. Ya’akov a été gentil envers Essav, et le Midrach lui le reproche : on n’a pas toujours à baisser la nuque…

Laisser un commentaire