Le double standard anti Israël de l’ONU dénoncé

Le double standard anti Israël de l’ONU dénoncé

0
46

Les États-Unis condamnent le Conseil des droits de l’homme de l’ONU pour parti pris anti-israélien. Washington s’est joint à 21 autres pays pour appeler à mettre fin à l’attention disproportionnée accordée à Israël par l’organisme des droits de l’Homme après la publication d’un rapport accusant Jérusalem de perpétuer le conflit avec les Palestiniens.

Illustration : Salle de conseil des droits de l’Homme, Genève
Les États-Unis ont condamné lundi le Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour un rapport publié la semaine dernière accusant Israël de perpétuer le conflit avec les Palestiniens. Dans son rapport de 18 pages qui se concentre sur les causes profondes du conflit, la Commission d’enquête internationale indépendante des Nations Unies sur le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et Israël a identifié « le déplacement forcé, les menaces de déplacement forcé, les démolitions, la construction de colonies et l’expansion, la violence des colons et le blocus de Gaza » comme « facteurs contribuant aux cycles récurrents de violence ». Bien qu’incité par la guerre de Gaza de l’année dernière, le mandat d’enquête du Conseil des droits de l’homme de l’ONU inclut les violations présumées des droits de l’Homme avant et après cela. L’enquête ouverte est dirigée par l’ancien chef des droits de l’homme des Nations Unies Navi Pillay qui est rejoint par Miloon Kothari de l’Inde, le premier rapporteur spécial des Nations Unies sur le logement convenable, et l’expert australien du droit international des droits de l’homme Chris Sidoti.

L’existence même du rapport est la preuve de l’attention disproportionnée porté à Israël. Les efforts de Yaïr Lapid et de la délégation israélienne ont porté leurs fruits.

La déclaration initiée par les États-Unis est signée par au moins 22 pays, dont l’Autriche, le Canada, l’Allemagne, le Royaume-Uni et le Brésil, et critique les larges pouvoirs conférés à l’enquête et cite son existence même comme preuve de l’attention disproportionnée que le conseil des droits de l’Homme dédie à Israël, un traitement auquel il cherche à mettre fin. La déclaration fait suite au lobbying du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, ainsi que d’autres diplomates israéliens, dont la délégation israélienne auprès des institutions de l’ONU à Genève, dirigée par l’ambassadeur Meirav Eilon Shahar, dans le but de discréditer l’enquête et ses conclusions.

Israël a boycotté l’enquête, l’accusant de partialité et a interdit l’entrée à ses enquêteurs.

Après sa publication la semaine dernière, le ministère des Affaires étrangères a qualifié le rapport de « gaspillage d’argent et d’efforts » qui équivalait à une chasse aux sorcières. Israël a boycotté l’enquête, l’accusant de partialité et interdit l’entrée à ses enquêteurs. Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a été critiqué par Jérusalem et ses alliés pour ses attaques fréquentes contre l’État juif. En 2018, l’ administration Trump a décidé de se retirer du Conseil des droits de l’homme, l’une des raisons invoquées étant « son parti pris chronique contre Israël ». Les États-Unis ont ensuite repris leur position de membre à part entière de l’organisme des droits de l’Homme sous l’administration Biden.
LIRE  Le biographe de Trump : "Il démissionnera à l'automne ou avant"

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop