Le gouvernement a rejeté le projet de loi interdisant l’incitation contre les orthodoxes

0
44

Le comité ministériel a rejeté le projet de loi sur le racisme déposé par le député Yaakov Asher, qui visait à stipuler que l’incitation contre les orthodoxes serait également considérée comme une infraction pénale.

Le rejet du projet de loi qui est venu amender la loi sur le racisme, comblant ainsi le vide juridique qui ne permettait pas que l’incitation contre les orthodoxes soit considérée comme une incitation, est intervenu malgré l’engagement du ministre de la Justice Gideon Saar depuis le podium de la Knesset au député Yaakov Asher il y a trois mois d’établir une équipe professionnelle pour examiner la question et soumettre des recommandations immédiatement lors de la séance d’hiver de la Knesset.

Dans un résumé sur lequel le ministre de la Justice Gideon Saar a déclaré à la tribune de la Knesset lorsque le projet de loi a été déposé pour la première fois, il a été soutenu qu’un travail juridique complet était nécessaire pour examiner la question sous tous ses aspects juridiques, et qu’une équipe serait formée pour formuler des recommandations pour les modifications législatives nécessaires.

L’exposé des motifs du projet de loi du député, qui précise que nous avons récemment assisté à un phénomène croissant d’incitation au racisme contre la population orthodoxe. En conséquence, un phénomène d’incitation au racisme contre le public orthodoxe s’enracine dans la société israélienne, et qu’il fallait le contrer, en particulier en l’interdisant sur le plan juridique.

Un député qui a fait valoir qu’au-delà du fait que le code pénal actuel (selon l’interprétation du procureur de l’État) autorise l’incitation au racisme contre la population orthodoxe, on craint que la réponse du procureur de l’État n’encourage davantage de cas d’incitation au racisme contre les population orthodoxe.

LIRE  Israël : Netanyahou évacué d'un meeting à l'annonce de tirs de roquettes

Le député Yaakov Asher a réagi : « S’il n’y a pas de punition, il n’y a pas de dissuasion, et s’il n’y a pas de dissuasion, il y a incitation. Il est temps de mettre un terme à la terrible incitation qui fait rage dans les médias et sur les réseaux contre les orthodoxes, sous les auspices de politiciens cyniques qui tentent de manière irresponsable de recueillir des voix pour cette vague de haine. »

Il a également critiqué Gideon Saar et a déclaré que « c’est vrai que le gouvernement actuel ignore les besoins des orthodoxe mais la loi sur le racisme doit protéger tout le monde. Nous pouvons tolérer des rejets sans fin sur une question aussi importante et critique. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire