Le Grand rabbin d’Israël refuse un dayan qui ne s’est pas fait vacciner !

5
355

La lutte contre le virus : alors qu’en Israël la campagne de vaccination se poursuit en force, quand près de quatre millions de citoyens ont déjà pris le vaccin contre le virus, il semble qu’il y en a qui doutent et hésitent | Ce matin, il a été annoncé que le Grand rabbin d’Israël, le rav Lau, a rejeté un dayan qui a refusé de se faire vacciner !

Be’hadré ‘Harédim

Un dayan préposé aux conversions dans le cadre du grand rabbinat d’Israël, qui a refusé d’être vacciné contre le corona, a été suspendu du panel par le président de la Grande Cour et le grand rabbin d’Israël, le rav David Lau.

Le rav a noté que pour lui, tous les dayanim ont le devoir d’être vaccinés « et tant que cela est légalement possible, un dayan qui n’a pas été vacciné ne pourra pas utiliser sa position et mettre en danger la cour ».

Pendant ce temps, l’un des plus grands rabbanim ‘Habad en Israël – le rav Yitzchak Yehuda Yaroslavsky – a informé l’es hassidim que seuls les vaccinés ou les gens après infection pouvaient entrer dans les synagogues.

Dans une lettre publiée ce matin, il a écrit que « conformément au fait que les synagogues et les institutions publiques vont bientôt ouvrir, j’annonce ce qui suit: ‘Dans les synagogues ouvertes dans les cours, etc., et ils ne sont pas autorisés à entrer dans le synagogues’. « 

« Aussi, a ajouté le rav, je demande à tous ceux qui travaillent avec le public dans les établissements d’enseignement, les étudiants de kollel, etc., que tout le monde soit obligé de se faire vacciner et que cela ne soit pas pris à la légère ».

LIRE  Des médicaments fabriqués dans l'espace ?

En réponse à une question de beaucoup, le rav a répondu que « le besoin de se faire vacciner n’est pas une question de permission mais un devoir selon la Tora, et il ne faut pas suivre toutes sortes d’opinions différentes et étranges qui n’ont aucune prise sur la réalité ».

5 Commentaires

  1. Il faut prier pour que ce virus et tous ses dérivés, mutations, variants, et j’en passe, ne soient plus ni détectés ni détectables. On inverse les causes et les effets. Comme dit le Sage du Talmud : «J’ai vu un monde à l’envers».
    On nous dit : «Le corona est quelque chose de différent, méconnu, etc. DONC on ne nous prescrit pas de médicaments.»
    La vérité est précisément le contraire : «On ne nous prescrit pas de médicaments, DONC le corona est quelque chose de différent.»
    Ce n’est pas une blague. Les manipulables me disent avec colère : «Tu es médecin pour dire au médecin ce qu’il doit faire? Tu ne manques pas d’un certain culot?? (Où sont les illustrations des visages énervés?)»
    «Non, avoué-je modestement, mais je sais quand je suis malade, et je sais aussi ce que fait le médecin en pareil cas. » Je ne raconte pas ma vie, néanmoins :
    Les gens grippés sont priés de subir un test corona, sous peine d’une interdiction d’aller se faire soigner, assuré ou non. Si c’est positif, vous avez perdu. La grippe (ou bronchite, ou pneumonie, ou autre, je ne sais pas, je ne suis pas médecin) empire.
    «Docteur, refuseriez-vous de porter assistance à une personne malade?»
    «Jamais, comment, hein? Le taux d’oxygène est à la limite de 92, voire moins??? Je vous envoie tout de suite une ambulance si vous êtes d’accord». «Non merci, docteur, pas confiance.»
    Et vous vous retrouvez en train de chercher dans vos placards. «Qu’est-ce qu’il a prescrit, la dernière fois, au juste?» Bref.
    Dix jours après votre test positif, si vous êtes encore vivant, vous êtes comme si de rien n’était autorisé à aller chez le médecin. Il vous ausculte, constate que – vous êtes ב »ה robuste – vous avez encore les voies respiratoires encombrées.
    Et là, c’est la confirmation de ce qui vous vous refusiez à admettre : «Nan, quand même pas, allez, arrête, yazi.»
    Le docteur, comme pour vous dire : «Vous voyez bien que ce n’est pas de ma faute», vous montre son écran.
    Il ne parvient pas à vous prescrire votre antibiotique. Sur l’écran, on peut lire : «Cette personne a été diagnostiquée comme porteuse du corona». Une ou deux opérations plus tard (c’est fini, on l’a autorisé à sortir), ça s’arrange.
    Ce qui est décrit dans cet article est très triste ; ça risque de rendre des gens non religieux ou antireligieux.
    Bref, il nous reste la prière, ce qui n’est pas peu dire.

    • Quel est exactement le rapport avec l’article ? Le rav Lau, et d’autres, et en fait l’écrasante majorité des rabbanim, sont arrivés à la conclusion (pas compliqué, après 4 millions de personnes qui l’ont fait) qu’il faut se faire vacciner. C’est triste, et ça risque de rendre les gens non religieux ou anti-religieux ? Evidemment, par rapport à cette nouvelle religion qui est celle de l’opposition à la réalité du corona, ou à ces vaccins que l’Eternel nous a permis d’avoir, cela peut faire problème. Mais quand on admet ce que l’écrasante majorité des gens dans le monde, et surtout, des spécialistes, a accepté, on peut tranquillement rejoindre le troupeau et profiter de cet extraordinaire allègement qu’est le fait de s’être fait vacciner et d’avoir dorénavant toutes les chances du monde (99,08 % non ?) de ne plus avoir à faire avec le virus.

      • Réponse au Rav Kahn qui m’interpelle (gentiment) en réponse à mon commentaire sur la décision du GR Lau.
        Serait-il possible d’obtenir des informations équitables, non orientées, où chaque opinion et/ou prise de position puisse s’exprimer. Qu’en pense le juge rabbinique qui a subi une telle mesure répressive et punitive? A-t-on le droit de le priver de son gagne-pain, de son prestige, quelle humiliation pour ce pauvre homme, traité comme un vulgaire criminel, quelle déchéance pour sa famille.
        Surtout que la réalité de corona, je viens de la décrire plus haut. Là est le rapport avec l’article. On nous a enfermés dans un carcan monolithique de la pensée.
        Les raisonnements du pouvoir, des pouvoirs qui s’alignent un peu partout, sont fondés sur des raisonnements fautifs : des sophismes. Ce n’est pas le corona qui nous prive de nos libertés, mais le chantage au vaccin. Les vrais spécialistes de la médecine, ceux qui soignent et sauvent les gens sont menacés (en France, par exemple, le prof. Perronne, Raoult, etc.)
        Au départ, quand une personne avait le corona et d’autres problèmes de santé, si elle venait à mourir, on la classait arbitrairement dans les victimes du corona.
        Ensuite, quand les premières victimes expérimental ont été frappées, on nous a imposé l’explication que ce n’était pas à cause du vaccin.
        Puis, comme personne ne se laissait vraiment convaincre, du coup, c’est la chape de plomb.
        La semaine dernière, Mme D., qui travaillait avec des personnes âgées, a été sommée de se faire vacciner. Elle est décédée après la première dose. C’était une dame que mon épouse connaissait, sinon, rien dans les médias.
        Donc, merci de nous apportez un droit de réponse du Juge Rabbinique spolié.

      • « ces vaccins que l’Eternel nous a permis d’avoir, » ? Ah bon !
        « l’écrasante majorité des gens dans le monde, et surtout, des spécialistes » Ah bon ? qui sont ces gens et ces spécialistes ?
        « rejoindre le troupeau » de moutons , sur lequel on fait l’essai un vaccin génique expérimental ( ce n’est pas une fake news , c’est Pfizer qui le dit) avec des conséquences à long terme ( 1 ou 2 générations) dramatiques car le génome humain n’est pas seulement dans le noyau de la cellule mais aussi dans les mitochondries ( les usines à tout faire en résumé) . Nous ne savons que 1,5% du génome humain. TOUT le reste est de l’inconnu .
        Cela me fait réfléchir et m’empêche de suivre la majorité ( Rabanim ou pas ) .

Laisser un commentaire