Le Grand rabbin rav Yits’hak Yossef s’élève contre une nouvelle réforme mise en route par Kahana

0
196

Le ministre des Religions Matan Kahana a signé des décrets pour changer le corps électeur des rabbins des villes – sans aucune consultation préalable avec les Grands rabbins d’Israël et l’institution du rabbinat.

JDN – Mordechai Halperin

Hier soir (lundi), le ministre des Religions Matan Kahana a subitement signé des décrets qui modifieraient le corps électeur des rabbins des différentes villes d’Israël, un changement qui n’est pas du goût du monde de la Torah. Il est maintenant sévèrement attaqué par le Grand rabbin d’Israël, le rav Yits’hak Yossef, qui demande au procureur général de geler les nouvelles réglementations de Kahana. Il écrit que « les réglementations sont une continuation de la destruction de la religion ».

Le bureau du Grand rabbin a déclaré que « les décrets signés s’inscrivent dans la continuité de la tendance à la politisation et à la destruction des services religieux en Israël, introduisant des facteurs de réforme dans les centres de décision en matière religieuse, l’utilisation abusive des outils gouvernementaux et contournement de la volonté des électeurs, sans aucune consultation avec les autorités – les Grands rabbins d’Israël, le rabbinat, le grand conseil rabbinique. « 

Aux termes de la nouvelle réglementation, le mandat d’un rav de ville sera désormais de dix ans, semblable au mandat des grands rabbins d’Israël, mais le conseil municipal peut prolonger son mandat de dix ans de plus, un certain nombre de fois, de sorte qu’ils mettent fin à leur mandat à l’âge de 80 ans. Ceux d’entre eux qui ont déjà dépassé l’âge de 80 ans mettront fin à leur mandat dans l’année suivant la publication du règlement.

LIRE  Le coronavirus frappe les communautés juives du monde

Comme nous l’avons révélé dans JDN News, Kahana travaille également contre la Cour suprême – la même institution que le gouvernement actuel prend soin de déclarer qu’elle est « la dernière forteresse qui préserve la démocratie en Israël », et que chaque mot et décision qui en émane est sacro-sainte. Pourtant cette institution a déjà fixé que toute modification du système électoral dans l’organe qui élit les rabbins des villes peut être faite par le ministre des religions, Matan Kahana, à travers les pouvoirs qui lui sont conférés par la loi – mais la priorité absolue pour changer le système se fait par une législation réglementée à la Knesset, par les membres de la Knesset.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire