Le Hamas massacre aussi des musulmans

0
297

Les terroristes du Hamas qui ont attaqué Israël le 7 octobre n’ont pas massacré seuls des Juifs. Les terroristes ont également assassiné et kidnappé de nombreux citoyens musulmans d’Israël, notamment des membres de la communauté bédouine. La vague de meurtres des terroristes n’a fait aucune distinction entre jeunes et vieux, musulmans et juifs.

Plus de 1 200 Israéliens ont été assassinés lors du massacre, tandis que 240 autres ont été kidnappés et emmenés en otages dans la bande de Gaza. Parmi eux, de nombreux Arabes israéliens ont été assassinés, blessés ou pris en otages. Parmi les personnes kidnappées se trouve Aisha al-Ziadna , une citoyenne musulmane d’Israël âgée de 16 ans.

La première vague d’attaques du Hamas a touché un festival de musique au kibboutz Re’im auquel ont participé environ 3 500 jeunes.
L’ampleur de l’attaque est devenue évidente lorsque des personnes ensanglantées et paniquées ont titubé dans la tente médicale en criant à l’aide.

Finalement, le personnel médical a reçu l’ordre de fuir avec tout le monde.

Awad Darawshe, 23 ans, un secouriste arabo-israélien, est resté sur place, refusant d’abandonner les blessés. « Je parle arabe. Je pense que je peux me débrouiller », a déclaré Darawshe, supposant qu’il puisse raisonner les terroristes. Peut-être pensait-il qu’ils ne feraient pas de mal à un compatriote arabe musulman. Il s’est trompé.

Le Hamas a impitoyablement battu, humilié, enlevé et assassiné ses compatriotes musulmans, y compris Darawshe alors qu’il pansait les blessés. Après que Darwashe ait été assassiné par les terroristes du Hamas, son ambulance a été volée et conduite dans la bande de Gaza.

Abed al-Rahman Alnasasrah, 50 ans, a été assassiné par des terroristes du Hamas alors qu’il tentait de sauver des gens du festival de musique. Il était marié et père de six enfants.

Fatima Altallaqat, 35 ans, du village bédouin d’Ar’ara, a également été assassinée alors qu’elle travaillait avec son mari près de la ville d’Ofakim, dans le sud d’Israël. Elle était mère de neuf enfants, l’aîné a neuf ans et le plus jeune a six mois. Son frère a déclaré que les terroristes du Hamas avaient tiré 40 balles sur Altallaqat.

Son mari, Hamid, raconte :

« Nous sommes une famille musulmane et religieuse et elle portait la coiffure traditionnelle d’une femme pieuse. Il est inconcevable qu’ils [les terroristes du Hamas] ne puissent pas voir qui était à l’intérieur [de la voiture]. Ils étaient à cinq mètres d’elle lorsqu’ils sont passés. Elle a dit qu’elle ne pouvait pas sentir ses jambes. Sa tête était ouverte et je pouvais voir son cerveau. Je savais qu’elle était proche de la mort.

Suleiman Zayadneh, respectivement frère et oncle de quatre des otages arabo-israéliens, se décrit comme fier d’être palestinien et musulman. Il rejette avec véhémence ce qu’il considère comme une négation des deux identités par le Hamas :

« Quelle fierté nationale ? Quelle religion ? Les gens qui sont venus pour tirer et tuer – ils ne connaissent rien à la religion. Ces gens [du Hamas] sont venus et ont tué à gauche et à droite. »

Le lieutenant-colonel Wahid al-Huzeil, agent de liaison de Tsahal avec la communauté bédouine, note :

« Le fait que le Hamas ait enlevé des civils innocents, notamment des femmes et des enfants, montre que cette organisation ne représente pas l’Islam… [qui] s’oppose au meurtre de femmes, d’enfants et de personnes âgées… cet incident montre à quel point…  » Leur lutte n’est pas religieuse. La société israélienne doit comprendre que sa lutte n’est pas contre les Arabes, mais contre le Hamas. «

Interrogés début 2023 sur leur qualité de vie générale en Israël, de nombreux Arabes israéliens ont répondu positivement . Une jeune femme voilée a répondu :

« Nous vivons dans un pays qui nous offre beaucoup de choses, du point de vue des lois, des avantages sociaux et de tout le reste. C’est le meilleur. En comparaison avec d’autres pays, c’est vraiment bien. J’étudie, je travaille, je profite de la vie « .

Ibrahim, un homme d’âge moyen, a été sans équivoque lors d’un entretien en 2014 : « Je n’ai jamais eu le sentiment d’être privé de quelque manière que ce soit. » Lorsqu’on lui a demandé s’il ressentait une inégalité de traitement entre Arabes et Juifs, il a rétorqué :

« Arrêtez ces bêtises. Ce sont des plaintes vides de sens. Je n’y crois pas. Tout le monde ici peut arriver où il veut. Quoi – le pays ne les laisse pas étudier ? O’Allah, sois avocat, sois enseignant. Est-ce que quelqu’un vous arrête-t-il ? Même dans la prière. Est-ce que quelqu’un vous empêche de prier ? Nous prions cinq fois par jour, cinq fois, personne ne nous arrête. Celui qui veut réussir peut réussir. Celui qui ne veut pas réussir blâme le pays, le gouvernement. »

Où au Moyen-Orient les Arabes prospèrent-ils au sein de la société, et pas seulement dans un monde privilégié de faveurs et de népotisme ? Israël.

Deux jours après le massacre du 7 octobre, Nuseir Yassin, un vidéoblogueur comptant 65 millions de followers, postait :

« J’ai réalisé que… pour un terroriste qui envahit Israël, tous les citoyens sont des cibles. Plus de 40 d’entre eux [les assassinés] sont des Arabes. Tués par d’autres Arabes. Et je ne veux pas vivre sous un gouvernement palestinien. Ce qui signifie que je n’ai qu’un seul foyer, même si je ne suis pas juif : Israël… Donc, à partir d’aujourd’hui, je me considère comme… Israélien d’abord. Palestinien ensuite. Parfois, il faut un choc comme celui-ci pour voir si clairement. »

De nombreuses histoires de générosité et d’héroïsme intercommunautaire réciproque ont été racontées au lendemain de cette tragédie nationale, et elles suscitent de l’espoir pour l’avenir.

La famille de Darwashe, l’ambulancier qui n’a pas voulu abandonner les blessés, a déclaré :

« Nous sommes très fiers de ses actions… C’est ce que nous attendons de lui et de tous les membres de notre famille : être humains, rester humains et mourir humains. »

Ali Alziadna, dont les quatre membres de la famille sont actuellement retenus en otages par le Hamas à Gaza, est touché par cet élan de soutien :

« Des gens de tout le pays viennent embrasser et soutenir la famille. La nation entière forme désormais une seule famille. »

De nombreux citoyens arabes d’Israël servent comme officiers et policiers de Tsahal, risquant leur vie pour leurs compatriotes israéliens. Beaucoup ont créé des innovations médicales qui sauvent des vies. Beaucoup servent en première ligne et sauvent des vies.

Sans aucun doute, l’un des objectifs du massacre du Hamas, outre le massacre du plus grand nombre possible d’Israéliens, était de contrecarrer la normalisation entre Israël et les pays arabes, notamment l’Arabie saoudite. Le Hamas aurait également eu pour objectif de nuire aux relations entre Juifs et Arabes en Israël.

Le groupe terroriste espérait sans aucun doute que nous assisterions à un nouveau cycle de violence entre Juifs et Arabes en Israël, similaire à celui qui a éclaté en mai 2021. Ensuite, le Hamas a réussi à inciter un grand nombre de citoyens arabes d’Israël à prendre part à la guerre. dans les rues et attaquer leurs voisins juifs et les policiers israéliens.

Cette année, cependant, les Arabes israéliens n’ont pas répondu aux appels du Hamas. L’une des raisons est que les Arabes israéliens ont vu de leurs propres yeux que les terroristes du Hamas ne font aucune distinction entre Juifs et musulmans.

Le Hamas a démontré à plusieurs reprises qu’il ne se soucie pas du bien-être des Arabes et des musulmans. Depuis leurs maisons de luxe et leurs chambres d’hôtel, en toute sécurité au Qatar et en Turquie, les dirigeants du Hamas donnent l’ordre d’attaquer Israël, puis s’assoient et laissent le monde pleurer sur la destruction qu’ils ont infligée à leur propre peuple.

Le 7 octobre, le Hamas s’est métaphoriquement tiré une balle dans le pied en montrant au monde, avec une fierté insondable et macabre, au moyen de caméras Go-Pro et d’autres auto-documentations, qu’il n’a ni un ensemble de valeurs religieuses ni laïques-humanistes. Peut-être que les Palestiniens de la bande de Gaza devraient regarder les citoyens arabes d’Israël et noter à quel point ils jouissent de l’égalité des droits, de la démocratie, de la liberté d’expression et de la liberté des médias. Si les Palestiniens veulent bien vivre, comme les Arabes israéliens, c’est le moment pour eux de se débarrasser du Hamas et de tous les dirigeants terroristes qui, depuis sept décennies, ne leur ont apporté qu’un désastre après l’autre.

JForum.fr avec www.gatestoneinstitute.org Khaled Abou Toameh
Khaled Abu Toameh est un journaliste primé basé à Jérusalem.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire