Le journaliste Tal Guilad raconte avec émotion : « J’ai couru vers la voiture avec trois matsoth, et j’ai pleuré sans savoir pourquoi. »

0
124

Tal Guilad, scénariste et journaliste israélien – raconte le moment où il s’est retrouvé à la veille de Pessa’h à la recherche de matsoth surveillées à Vienne. Comment cela s’est-il terminé et pourquoi a-t-il fondu en larmes ? Vous aussi vous serez ravis en lisant ceci.

Hidabrouth – Shira Dabush (Cohen)

Tal Guilad, scénariste et journaliste israélien – raconte le moment où il s’est retrouvé à la veille de Pessa’h à la recherche de matsoth surveillées à Vienne. Comment cela s’est-il terminé et pourquoi a-t-il fondu en larmes ?

« J’ai déjà dit que je n’étais pas religieux, n’est-ce pas ? La veille de Pessa’h, le matin, j’ai quitté Bratislava pour Vienne pour diverses courses. J’ai pris le temps restant pour une petite promenade dans la ville. C’était une belle journée, un bon moment pour découvrir quelques sites supplémentaires au cours la saison touristique ». Guilad ouvre ainsi son article. « Quand j’étais sur le point de retourner au parking, le téléphone a sonné. Ma fille, qui est en fait religieuse, m’a appelé pour me souhaiter de bonnes vacances et me demander comment elles se passent. Où je suis maintenant ? A Bratislava, ai-je dit. Non, je n’ai pas de communauté juive ni de synagogue dans la région ».

« Alors, où vas-tu obtenir de la matsa ? » Je n’ai pas de matsa, j’ai admis, je n’aime pas la matsa. Je me tiens au mieux de mes capacités, je peux respecter certaines choses, j’essaie, mais je n’aime pas la matsa. Je ne veux pas de la matsa ». « S’il te plaît, cherche de la matsa où tu peux – m’a demandé ma fille – c’est important. Il est très important de manger de la matsa à Pessa’h, même une seule matsa si tu peux en obtenir. » Je pouvais entendre le tremblement dans sa voix, j’ai réalisé à quel point c’était important pour elle. Dans des situations comme celle-ci je ne discute pas. D’accord, j’ai promis sans savoir si je pouvais le faire, je vais voir.

LIRE  Convoi de la liberté et risque de dérapages antisémites

« Vendredi, trois heures et demie de l’après-midi, à l’étranger. Qu’est-ce qui m’est arrivé, pensai-je, quelle matsa, où vais-je obtenir de la matsa maintenant ? À Vienne, il y a des magasins casher, mais à ce moment-là, tout était fermé, bien sûr, sauf pour un magasin que Google m’indiquait comme étant ouvert. La pluie européenne a commencé, de ces pluies qui viennent de nulle part au milieu d’une journée claire. Un vent froid. Je me tiens là près du parc municipal de Vienne, cherchant un abri, naviguant sur la route avec Waze et marchant jusqu’au parking pour de là, se dépêcher vers le magasin. Celui qui était censé être ouvert. Tout est fermé. J’ai commencé à m’énerver à propos de la situation – cela me paraissait complètement délirant. Je courais dans Vienne dans des coins que je ne connaissais pas et que je n’avais jamais visitées et je cherchais de la matsa.

J’interpelle alors des passants : « Désolé, peut-être savez-vous où je peux obtenir de la matsa ? » Ils avaient l’air assez surpris, l’un a répondu en yiddish et l’autre m’a traduit – il y a un centre ‘Habad à proximité, m’ont-ils dit, essayez. Montrez-moi la direction. Je me suis précipité là-bas, je n’ai rien trouvé, j’ai pensé que je me trompais peut-être de route et je m’apprêtais à repartir, puis j’ai vu le panneau « Chabad House ».

« Bonjour, peut-être que je peux avoir de la matsa ici ? Une ou trois matsa ? m’a demandé le gars de ‘Habad. Je ne savais pas quoi répondre. J’ai murmuré bêtement : ‘Je ne sais pas, de la matsa.’ Donnez-lui de la matsa ! Allez, allez avec lui, il vous en donnera. « Le gars du ravitaillement a ouvert les paquets dans la voiture et a essayé de trouver de la matsa. Je me suis excusé pour le dérangement que je leur causais, nous étions tous debout sous la pluie, essayant de trouver de la matsa. De la matsa pour l’étrange laïc qui avait atterri chez eux de nulle part.

LIRE  D'où vient le mythe du complot juif ?

Ensuite, le même type – orthodoxe – qui se trouvait avec moi à ce moment-là a dit : « j’en ai », et a sorti un paquet de trois matsoth. « Mais tu en as probablement besoin, » dis-je, surpris. « Non, » répondit-il, « je l’ai apporté au cas où quelqu’un en aurait besoin. Eh bien, c’est pour toi. J’étais sous le choc. Je ne savais pas quoi dire, à part merci merci, merci. J’ai demandé son nom. Ronen Ben Olga. S’il vous plaît, si vous le pouvez, bénissez cet homme juste, l’ange qui s’est trouvé sur mon chemin. Il a juste dit : « Fais attention aux matsoth, pour qu’elles ne soient pas mouillées par la pluie ». Trois matsoth. J’ai couru jusqu’à la voiture en pleurant sans savoir pourquoi.

« Merci à ma merveilleuse fille qui m’a tant pressé de trouver de la matsa, merci à ce type, l’ange qui était là à ce moment-là. Merci d’avoir tout arrangé et composé pour qu’à la veille de la fête j’aie trois matsoth, même sans planification et sans y penser. »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire