Le maire de Jérusalem remercié pour le respect de la Chemita dans sa ville !

0
43

Un document spécial de reconnaissance a été décerné au maire de Jérusalem, Moché Léon, par le Grand rabbin de Jérusalem, rav Chelomo Moché Amar, et par le chef du Beth haMidrach pour Halacha dans les colonies du rav Yossef Efrati. Rabbi Chelomo Moché Amar : « Pour la première fois, Jérusalem a respecté la Chemita intégralement et sans rentrer dans des discussions. » Le rav Yossef Efrati : « Il y a quelque chose que j’envie au maire Moché Léon, c’est son grand mérite à respecter la Chemita à Jérusalem de toutes ses forces. »

Be’hadré ‘Harédim – Avrami Perlstein

Des dizaines d’employés municipaux des domaines du jardinage, de l’entretien et de l’amélioration de l’apparence de la ville se sont présentés à la mairie de Jérusalem au 6ème étage de la place Safra. Après deux ans de travail, ils sont enfin arrivés à recevoir l’appréciation de leurs activités au cours des deux dernières années et à recevoir des certificats d’appréciation pour leurs nombreux efforts. Grâce à eux, de Neve Ya’akov au nord, au Har ‘Homa au sud, de la Cité de David à l’est de la ville à Kiryat Mena’hem à l’ouest, tout Jérusalem a été sanctifié par la sainteté de la Chemita.

L’événement a été ouvert par le maire Moché Léon qui a tenu à remercier en premier lieu le Grand rabbin de Jérusalem, le rav Amar, et le chef du Beit Midrach pour la Halacha dans les colonies de rabbi Yossef Efrati. Aussi, le maire a tenu à remercier personnellement M. Itzik Nidem, chef des opérations, Mme Ziva Nakravi, directrice de l’aile Shefa, et Mme Ofira Levy, responsable de l’aménagement du jardin et du paysage.

LIRE  Lafarge en Syrie: la partie civile accuse Lafarge de «nettoyage de preuves» dans l'enquête

Plus tard, le maire a répété aux personnes présentes la décision de préserver la Chemita de manière absolue. « Il y a exactement deux ans, la première réunion a eu lieu au cours de laquelle le sujet de la Chemita a été abordé dans mon bureau. Je me souviens que la première fois que ce sujet a été abordé, nous n’avions aucune question : il était clair que Jérusalem allait respecter la Chemita telle qu’elle était. Il ne faisait aucun doute que Jérusalem – la ville sur laquelle tout le peuple juif a les yeux rivés, gérera fièrement la question de Chemita sans compromis « , a déclaré le maire.

« Qui comme vous sait que ce n’était pas du tout un défi facile. Même avant le début de l’année 2015, nous avons mené la plantation de plus de 6000 arbres ici. Nous avons fait progresser la prévention de toutes sortes de dangers possibles et accéléré la réalisation de nombreux projets de jardinage. Le changement comprenait également une exclusion temporaire des critères pour recevoir le formulaire 4, de sorte que dans l’année de Chemita, le jardinage ne fera pas partie des exigences pour obtenir un permis pour entrer dans le bâtiment.

« Même tout au long de l’année de Chemita, les travaux ne se sont pas arrêtés un instant. Il fallait répondre aux besoins qui naissaient de la région et aux demandes des habitants. C’est pourquoi nous avons relié le Moked 106 de la municipalité au Beth Midrach du rav Efrati dans le but d’apporter des réponses aux questions qui venaient du terrain. »

LIRE  Liban : Hezbollah positionne du matériel militaire sur les frontières avec Israël

Après cela, le Grand rabbin de Jérusalem, le rav Amar, est venu parler, détaillant l’importance particulière de garder la Chemita selon la Halakha. « Pour la première fois, Jérusalem a respecté la Chemita sans controverse, alors qu’il y avait un souci de prouver au peuple et au monde que Jérusalem est le palais du Roi qui glorifie les mitsvoth de la Chemita. » Le Grand rabbin de Jérusalem a salué le travail béni qui comprenait des préparations avant l’année de Chemita et la réponse aux défis tout au long de l’année, lorsque grâce à l’activité menée par le maire avec les employés municipaux, Jérusalem a respecté la Chemita comme il le fallait.

Le rav Yossef Efrati a passé en revue les problèmes que posait l’observance de la Chemita à Jérusalem au fil des ans et a déclaré : « Il n’y avait rien de tel à Jérusalem où l’année de la Chemita a été tenue avec une si grande élégance. S’il y a quelque chose que j’envie au maire Moshe Leon, c’est son grand mérite à garder la Chemita à Jérusalem »

Après cela, les rabbanim ont appelé le maire et lui ont remis le certificat de reconnaissance central et l’ont béni pour qu’il continue à gérer, cultiver et promouvoir la ville de Jérusalem comme il l’a fait au cours des trois dernières années. Immédiatement après cela, les hauts fonctionnaires de la municipalité qui ont géré l’observance de la Chemita ont été appelés et ont reçu les certificats d’appréciation des rabbanim et du maire qui les ont remerciés pour leurs efforts pour maintenir la Chemita dans la ville sainte.

LIRE  Masquer notre culture pour « ne pas offenser »

Aucun commentaires

Laisser un commentaire