Le manque de sens pragmatique de Smotrich

0
200

Voilà, on y est : les décisions sont à prendre, et les principaux décisionnaires sont là, devant nous. Abbas ? Non, c’est finalement Smotrich qui semble avoir le dernier mot. Or là, il est « quelque peu » décevant, si l’on peut dire. Le jeune homme a des principes, à ce qu’il s’avère, et c’est bien : c’est vrai qu’il représente le « sionisme religieux », mais quel est l’élément qui a la primeur ? Eh bien, voyons.

Sur le plan religieux, si la Droite rate la marche et que c’est un gouvernement de « gauche » qui est mis en place, avec les seigneurs Lapid, Liberman et Sa’ar, les résultats sont clairs : plus de Chabbath sur la place publique, les conversions seront réalisables par tous, y compris par les libéraux les plus extrémistes, la Cour suprême assiera son pouvoir sur l’Etat, avec tout ce que cela peut signifier, sans oublier ce petit détail qu’est l’aide aux familles nombreuses (orthodoxes), aux personnes qui étudient la Tora et, surtout, leur statut par rapport à l’armée.

D’un autre côté, pour arriver à un gouvernement de Droite, il faut accepter que Abbas le soutienne, et donc en profite. Ceci pourrait signifier donner du poids à un groupe arabe, qui soutenait les groupes fanatiques et terroristes. D’accord, mais où en est Abbas ? Où en sont les Palestiniens, après le KO imposé à ce peuple par Netaniahou ces temps-ci ? Il semble bien qu’ils sont tous pragmatiques, et soient prêts à jouer le jeu, afin de pouvoir voir ajouter à leur population plus encore de droits que ceux dont ils jouissent déjà aujourd’hui.

LIRE  Décès du "'Hozer" du rabbi, rav Yoël Cohen zatsal

Pour Smotrich, c’est un cas de casus belli : impensable de s’engager dans une telle direction ! Etre pragmatique, pas au détriment des grands principes du sionisme (religieux). Et quand l’un des grands principes (le religieux) risque très fortement d’être mis à mal du fait que le second empêche d’emprunter une voie spécifique ? Le sionisme a le dessus ! C’est vrai, du reste, que ce groupe se présente bien comme étant « sioniste religieux », autrement dit, l’ordre n’est pas neutre ou dû au hasard…

Il semble bien que les anciens dirigeants rabbiniques de cette partie de la société soient en faveur d’un accord avec Abbas, mais bon, comme dit, ce ne sont que des représentants de la religion, ce qui passe en second rang dans ce milieu.

Sans parler des rabbanim du monde orthodoxe, tels que rabbi ‘Hayim Kanievsky, qui a déjà donné son accord à une telle démarche, mais bon, qu’est-ce que cela signifie pour le sieur Smortich ?

En conclusion – espérons qu’elle est provisoire -, ce jeune homme risque au moins grave d’envoyer le pays à des quatrièmes élections, ou, que D’ nous en préserve, à la formation d’un gouvernement horrible, formé par les pires ennemis du monde pratiquant dans le pays (mais bon, pas trop à s’en faire même dans une telle éventualité : ces gens-là sont tellement imbus de leur personnalité que, très rapidement, leur gouvernement s’effondrera, du fait des disputes qui pourront imanquablement se déclarer en son sein).

La seule chose de positive qui, a priori, peut ressortir de cette affaire est que Smotrich enterrerait définitivement son avenir politique ! Il fallait savoir être un peu plus pragmatique, jeune homme !

LIRE  Les Etats Unis : 7 millions de dollars pour le responsable de l’attaque terroriste en Argentine

Aucun commentaires

Laisser un commentaire