Le ministre du Likoud défend les budgets pour les orthodoxes : « Un enfant orthodoxe n’est pas un demi-enfant »

0
326

Le ministre de la Culture et des Sports est prêt à des compromis dans la réforme juridique : « Nous devons accepter toute réalisation qui apportera un réel changement, mais s’il n’y a pas d’accords, nous avancerons unilatéralement » • Le gouvernement actuel est-il en danger ? « Ce qui causera la dissolution, c’est le comportement irresponsable de certains de ses membres »

JDN

Le ministre de la Culture et des Sports Miki Zohar met en garde dans une interview avec Israel Hayom : « Le danger pour le gouvernement ne vient pas de la protestation, mais des divisions internes. Boycotter un plénum, ​​comme l’a fait Ben Gvir, met en danger le gouvernement et la droite pour les nombreuses années à venir. »

Dans une interview avec Emir Ettinger, il déclare : « Je suis favorable à la réforme, mais tous les efforts doivent être faits pour parvenir à des accords et combler le fossé au sein du peuple d’Israël. C’est la tâche la plus importante en ce moment. Mais si nous n’y parvenons pas, il n’y aura pas d’autre choix que de faire avancer la réforme unilatéralement. Je ne sais pas si ce sera exactement la même réforme, mais ce que nous avons promis au public, nous devons le promouvoir.

« En supposant que nous ayons un long terme, si nous travaillons avec sagesse, nous pourrons faire avancer tous les problèmes. La manière de mener à bien l’ensemble de la réforme doit être intelligente et responsable. Il y a un large éventail de problèmes à résoudre – pour s’assurer que le parquet fonctionne de manière pure et propre, la clause de dépassement est importante, aussi la question des procureurs et la probabilité. Nous devons également apporter de bonnes nouvelles au comité de sélection des juges. »

Il estime que « le jour n’est pas loin où un gouvernement d’union de plus de 80 députés sera établi en Israël. Un tel gouvernement contribuera à l’unité du peuple, à la diminution de la haine fraternelle et à l’accroissement de l’amour. Quand cela arrivera-t-il ? Je ne sait pas. Cela arrivera-t-il un jour ? Je pense que oui ».

Zohar défend les budgets pour les orthodoxes : « Un enfant orthodoxe n’est pas un demi-enfant. Nous donnons des budgets pour l’éducation, pour les enseignants, contrairement aux 53 milliards de shekels d’argent d’extorsion que Bennett et Lapid ont donnés à Mansour Abbas. Tout le monde sait aussi que ces dernières années, le niveau d’emploi dans la société orthodoxe a augmenté, presque toutes les femmes travaillent. Et aussi les hommes orthodoxes. Peut-être pas au rythme que nous souhaitons, mais cela augmente. Certains d’entre eux choisissent également étudier la Tora et j’accueille tous ceux qui veulent approfondir la Tora, mais les opposants au gouvernement ont le désir de faire du secteur orthodoxe un bouc émissaire. C’est un mensonge et c’est inapproprié. Je vois toutes sortes de caricatures et de dictons selon lesquels les orthodoxes courent après l’argent – c’est parfaitement antisémite. »

« Les orthodoxes paient des impôts indirects comme la TVA parce qu’ils consomment beaucoup, et il y a aussi beaucoup d’hommes d’affaires orthodoxes qui paient beaucoup d’impôts. Nous voulons encourager le secteur orthodoxe à sortir pour travailler et encourager les études fondamentales. Les opposants au gouvernement tentent de tout peindre sur les orthodoxes. Il est clair qu’il y a des contraintes politiques dans les fonds de coalition pour nos partenaires, mais pensez-vous que Gantz ou Lapid ne donneraient pas aux orthodoxes ce qu’ils demandent pour former un gouvernement ? La réponse de l’intervieweur est oui, et tout le monde dans le système politique le comprend. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire