Le Nom de D’ se retrouve sur un tesson au mont Eyval en Samarie

0
184

Une preuve convaincante de l’existence de la séance de bénédiction et de malédiction ? Le Nom explicite de D’ se trouve sur l’amulette révélée à l’autel de Yehochoua’ en Samarie • Plus ancien de plusieurs siècles que tout autre texte hébraïque de l’ancien Israël • Yossi Dagan : « Les empreintes digitales de l’histoire ici en Samarie »

JDN – El’hanan Toledano

Les archéologues ont annoncé qu’ils avaient réussi à déchiffrer une ancienne écriture hébraïque, sur un tesson découvert sur l’autel de Josué en décembre 2019 par l’archéologue Dr Scott Strippling et en janvier de cette année, le texte qui y apparaissait en hébreu ancien a été décrypté.

Le tesson a été découvert lors d’une filtration du sol laissée par des fouilles effectuées précédemment par le professeur Adam Zartal. Les chercheurs ont révélé, par des moyens avancés, avec l’aide de chercheurs de l’Université de Prague, que sur le tesson ont été retrouvés les mots : Maudit, Maudit, Maudit – Maudit par D’, tu mourras maudit. Maudit par D’ – Maudit, Maudit, Maudit • Pour la première fois, le Nom de D’ a été trouvé, datant de cette période si ancienne.

Les érudits pensent que l’amulette date de la fin de l’âge du bronze et convient à la découverte de feu le professeur Adam Zartal, qui a découvert l’autel de Josué lors de ses recherches sur le mont Menaché dans les années 1980 et a daté le site au dernier quart de la 13e siècle avant l’ère actuelle. Zartal a conclu que le site était un vestige d’un autel et l’a identifié avec l’autel décrit dans le Deutéronome, chapitre 27, versets 1-10, et dans le livre de Josué, chapitre huit comme élément central de la séance des bénédictions et des malédictions envers le peuple juif, et l’a donc appelé ‘autel de Yehochoua’.

LIRE  Des élus qui «perturbent» une prière de rue ? La formule utilisée par certains médias ne passe pas

C’est la plus ancienne écriture hébraïque jamais trouvée. Les spécialistes pensent que le tesson date de la fin de l’âge du bronze, ce qui correspond à la période où Yehochoua’ ben Noun est rentré avec le peuple d’Israël dans le pays, quand la cérémonie de bénédiction et de malédiction a eu lieu. La taille de la mascotte est de 2 cm sur 2 cm. Et elle comporte le Nom explicite de D’, ce qui est donc une première.

« L’importance de cette découverte pour le peuple d’Israël pour ses générations et pour l’État d’Israël ne peut être sous-estimée », a déclaré Yossi Dagan, chef du Conseil régional de Samarie. « Nous, en tant que conseil, continuerons à travailler pour préserver le lieu et exigerons que les autorités soient tenues de régler le problème et de prendre soin de protéger le site ».

Moshe Guttman, directeur de « Preservers of Eternity », a déclaré : « La découverte sensationnelle comporte un grand risque pour le site, et par conséquent, chez Preservers of Eternity, nous le définissons comme un site à risque au plus haut niveau de risque. La découverte prouve également qu’il ne s’agit pas d’une « affaire locale ».

« Si le site est endommagé, la responsabilité incombera au ministre de la Défense, au Premier ministre et au gouvernement d’Israël. Il est ridicule que nous ayons à dire cela, mais nous les appelons à agir immédiatement pour protéger le site. et le site archéologique qui l’entoure. C’est de notre histoire qu’il est question », a-t-il ajouté.

Il faut juste savoir si ce tesson a réellement à voir avec les bénédictions d’alors : il semble plutôt correspondre à un texte de malédiction ponctuelle destiné à un ennemi, et n’est pas du tout lié à cette obligation de la Tora qu’avait alors le peuple juif de lancer des bénédictions et des malédictions à ce moment précis de son histoire, sur la demande expresse du Maitre du monde.

LIRE  Le Congrès demande au Département d'Etat de publier un rapport secret sur le mythe des réfugiés palestiniens

Aucun commentaires

Laisser un commentaire