Le parjure !

0
54

Par Jean-Claude Benhamou (Association ADIR Israël)

On se souvient de Yom Tov Kalfon parcourant le kikar de Netanya et s’arrêtant à chaque terrasse de café pour récolter les voix des francophones.

Les élections le laissaient à la porte de la Knesset et grâce à la loi dite norvégienne, il put dans un deuxième temps être investi à la députation.

Pour lui, ce fut la consécration qu’il convoitait depuis son adhésion aux valeurs sionistes religieuses de Yamina.

Lors de son investiture, après avoir été béni par son père, son discours fut tourné vers les olim de France auxquels il promit d’être à leurs côtés.

Je me souviens de ce coup de fil que je lui ai passé la veille des élections, après un passage ultime de Bennett à la télévision, pour lui dire mon inquiétude de voir son chef de file rejoindre une coalition de gauche.

Se montrant rassurant il essaya de me convaincre que Bennett, homme de droite et sioniste religieux, ne s’associera jamais avec la gauche et Avigdor Lieberman.

La suite, on la connaît :

Reniement total de toutes les valeurs du parti Yamina, association avec la gauche et l’extrême gauche et surtout le parti islamique Raam.

Les francophones qui lui ont accordé leurs suffrages crient à la trahison car ils espéraient un ralliement à Benjamin Netanyahou et au bloc de droite et ils ont hérité d’une coalition de gauche et d’extrême gauche.

Tiens !

On ne se réclame plus du mouvement sioniste religieux ?

On abandonne ses frères de ‘Homesh ?

Quand on porte une kippa, comment peut on voter pour les réformes des conversions, de la cacherouth ?

LIRE  Après le corona, les gens de 45 ans sont limités comme s'ils avaient 80 ans

Il suffisait d’une seule voix pour faire obstacle à ces lois, mais Yom Tov Kalfon a préféré l’opprobre à l’honneur.

Il aurait pu devenir un héros national dont la communauté francophone aurait été si fière.

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire