Le Premier ministre du Liban annonce sa démission

0
47

JDN

Dans le contexte des manifestations à Beyrouth contre le gouvernement après l’explosion meurtrière qui a fait de nombreuses victimes, Hassan Diab a annoncé la dissolution du gouvernement : « C’est un accident qui s’est produit à cause de la corruption du système. C’est une situation d’un Etat-dans-l’Etat, il y a un risque de catastrophes plus graves. »

Le Premier ministre libanais Hassan Diab a annoncé sa démission ce soir (lundi), en raison de la catastrophe qui a eu lieu la semaine dernière à Beyrouth et des manifestations publiques qui ont suivi. Dans un communiqué spécial à Beyrouth, M. Diab a déclaré que l’explosion de la semaine dernière dans la capitale avait été causée par une « corruption chronique » que le pays était incapable de gérer. Il a ajouté que la démission du gouvernement visait à « ouvrir la porte », selon ses propres termes, pour sauver le pays.

« La corruption est plus grande que l’Etat, il y a un danger que d’autres catastrophes ne se produisent sous les auspices de la classe dirigeante », at-il ajouté. Selon Diab, « certains ne s’intéressent qu’aux victoires politiques et aux discours. Ils étaient censés avoir honte d’eux-mêmes parce que leur corruption a causé le désastre. Ce sont eux le vrai désastre du peuple libanais et ce sont eux qui n’ont pas lu la révolution libanaise qui était contre eux. » Il a ajouté qu ‘ »ils ont essayé de le jeter sur le gouvernement et de lui attribuer la responsabilité de l’effondrement ».

« Nous avons fait ce que nous pouvions pour sauver le pays, mais la corruption nous en empêche. Notre principale préoccupation est de trouver les coupables (de l’explosion) dès maintenant. Il est temps que nous ayons un gouvernement qui respecte la loi et le peuple. La corruption dépasse le gouvernement du Liban. J’annonce la démission du gouvernement. » La démission du gouvernement intervient après la démission de cinq ministres du gouvernement après la catastrophe, et après la démission du ministre des Affaires étrangères encore plus tôt.

LIRE  2 morts juifs sur le vol d'Adis Abbéba, et 2 Juifs sauvés !

Au moins 158 personnes ont été tuées dans la catastrophe du port de Beyrouth. Environ 6 000 personnes ont été blessées et environ un quart de million de personnes ont perdu leurs maisons. De nombreux citoyens libanais exigent que les hommes politiques assument la responsabilité de l’échec qui a conduit à la catastrophe, qui à leurs yeux symbolise la faillite définitive de leur pays. Une enquête préliminaire sur la catastrophe du port a révélé que les 2750 tonnes de nitrate d’ammonium qui y ont explosé ont été stockées sur le site pendant pas moins de six ans, et que si le personnel du port n’a eu cesse d’en informer les comités et les juges, rien n’a été fait pour les éliminer.

Comme mentionné, les manifestations se sont multipliées ces derniers jours au Liban et plusieurs ministres et députés ont déjà annoncé leur démission. Samedi, quelque 7 000 Libanais se sont rassemblés sur la «Place des Martyrs» dans le centre de la ville devant le bâtiment du parlement à Beyrouth pour protester contre le gouvernement. Les manifestants ont agité des pancartes indiquant «Vous êtes des meurtriers» et crié «Le peuple veut renverser le régime». Les médias locaux ont même rapporté que des manifestants avaient réussi à pénétrer par effraction dans le bâtiment du ministère des Affaires étrangères, qui était vide, après avoir été endommagé par une explosion. Au moins 258 ont été blessés et un policier a été tué.

Dans le même temps, l’enquête sur l’explosion meurtrière se poursuit, avec un bilan de plus de 200 morts hier. Le gouvernement a annoncé qu’il transférait le traitement de l’affaire au Conseil juridique suprême, le tribunal qui s’occupe des questions de sécurité nationale. Dans le même temps, le juge d’instruction, Ghassan a-Khuri, interrogera le chef de la sécurité de l’Etat, le général de division Tony Saliba, et il a été rapporté que des officiers supérieurs devraient être interrogés dans les prochains jours.

LIRE  Le début des manifestations...

Le journal libanais Al-Jumhariya a rapporté ce matin que l’armée libanaise a exclu la possibilité qu’un avion israélien ait attaqué l’entrepôt du port, après que le parquet général libanais a ordonné une enquête sur cette possibilité. Une enquête menée auprès de l’Autorité de l’aviation civile et de l’armée libanaise a révélé qu’au moment de l’explosion, il n’y avait pas d’avions israéliens dans la région de Beyrouth mais seulement dans le sud du pays, et la possibilité a été écartée que des missiles israéliens aient été lancés depuis le sud dans la zone portuaire. Selon le rapport, un examen de la base de données et des contrats dans la région au moment de l’explosion, la plupart des résultats n’ont pas fait soupçonner qu’il s’agissait d’une action délibérée.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire